Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l’aube de vos connaissances.

" La terre est ma patrie et l'humanité, ma famille. "

" Emplissez chacun la coupe de l’autre, mais ne buvez pas à la même coupe. "

" Ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l'amour, car l'amour, s'il vous trouve digne, dirige votre cours. "

" Car l'on sait bien que l'amour ignore sa propre profondeur jusqu'au jour des adieux. "

cedre_du_liban_barouk_2005

        De l'amour

Alors al-Mitra dit : Parle-nous de l'Amour.
           Il leva la tête et regarda la foule sur laquelle un grand silence s'était abattu.

D'une voix assurée, il dit :

          Quand l'amour vous fait signe, suivez-le,
            Bien que ses chemins soient raides et ardus.
            Et quand il vous enveloppe de ses ailes, cédez-lui,
            Même si l'épée cachée dans ses pennes vous blesse,
            Et quand il vous parle, croyez en lui,
            Même si sa voix brise vos rêves comme le vent du nord dévastant un jardin.
            Car si l'amour vous couronne, il vous crucifie aussi.

Et s'il est pour votre croissance, il est aussi pour votre élagage.
            De même qu'il s'élève à votre hauteur pour caresser vos plus tendres branches frémissant dans le   soleil,
            Il descend jusqu'à vos racines et les secoue de leur adhérence à la terre.
            Telles des gerbes de blé, il vous ramasse et vous serre contre lui.
            Il vous vanne pour vous dénuder.
            Il vous tamise pour vous libérer de votre enveloppe.
            Il vous pile jusqu'à la blancheur.
            Il vous pétrit jusqu'à vous rendre malléables;
            Puis il vous assigne à son feu sacré afin que vous deveniez pain sacré au festin sacré de Dieu.
            Tout cela, l'amour vous le fait subir afin que vous connaissiez les secrets de votre cœur et, au travers de cette connaissance, deveniez fragment du cœur de la Vie.
            Mais si, pusillanimes, vous ne recherchiez que la paix de l'amour et sa volupté,
            Mieux vaudrait pour vous couvrir votre nudité et sortir de l'aire de l'amour,
            Pour pénétrer dans le monde sans saisons en lequel vous rirez, mais pas de tout votre rire, et pleurerez, mais pas de toutes vos larmes.
            L'amour ne donne que de lui même et ne prend que de lui-même.
            L'amour ne possède pas et ne saurait être possédé.
            Car l'amour suffit à l'amour.
            Lorsque vous aimez, vous ne devriez pas dire : "Dieu est dans mon cœur", mais plutôt : "Je suis dans le cœur de Dieu."
            Et ne croyez pas qu'il vous appartienne de diriger le cours de l'amour, car c'est l'amour, s'il vous en juge dignes, qui dirigera le vôtre.
            L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir.
            Mais si vous aimez et ne pouvez échapper aux désirs, qu'ils soient ceux-ci:
            Vous dissoudre et être comme l'eau vive d'un ruisseau chantant sa mélopée à la nuit,
            Connaître la douleur d'une tendresse excessive,
            Recevoir la blessure de votre conception de l'amour,
            Perdre votre sang volontiers et avec joie,
            Vous réveiller aux aurores, le cœur ailé, et rendre grâces pour une nouvelle journée d'amour,
            Vous reposer à l'heure du méridien et méditer l'extase de l'amour,
            Revenir à votre foyer le soir, avec gratitude,
            Puis vous endormir avec au cœur une prière pour l'être aimé et sur vos lèvres un chant de louange. 

À propos de la Connaissance de Soi...
            Vos cœurs connaissent en silence les secrets des jours et des nuits.
            Mais vos oreilles se languissent d'entendre la voix de la connaissance en vos cœurs.
            Vous voudriez savoir avec des mots ce que vous avez toujours su en pensée.
            Vous voudriez toucher du doigt le corps nu de vos rêves.
            Et il est bon qu'il en soit ainsi.
            La source secrète de votre âme doit jaillir et couler en chuchotant vers la mer,
            Et le trésor de vos abysses infinis se révéler à vos yeux.
            Mais qu'il n'y ait point de balance pour peser votre trésor inconnu,
            Et ne sondez pas les profondeurs de votre connaissance avec tige ou jauge,
            Car le soi est une mer sans limites ni mesures.
            Ne dites pas: "J'ai trouvé la vérité", mais plutôt: "J'ai trouvé une vérité".
            Ne dites pas: "J'ai trouvé le chemin de l'âme". Dites plutôt: "J'ai rencontre l'âme marchant sur   mon chemin".
            Car l'âme marche sur tous les chemins.
            L'âme ne marche pas sur une ligne de crête, pas plus qu'elle ne croit tel un roseau.
            L'âme se déploie, comme un lotus aux pétales innombrables.

Khalil Gibran

des_cedres_du_liban_large