bichaublog

lundi 7 janvier 2019

Vingt années de violence des riches contre les pauvres sont sorties de la boîte de Pandore et ne sont pas prêtes à y retourner.

EMMANUEL MACRON ET SON PORTE PAROLE GRIVAUX ONT BIEN OBTENU LA GUERRE CIVILE EN FRANCE   Depuis le temps qu'Emmanuel Macron insulte les Français, depuis les semaines que Benjamin Grivaux insulte les Gilets Jaunes, la haine a bien été au rendez-vous, incarnée dans des Gilets Jaunes remontés comme jamais lors de cet Acte VIII. En effet plusieurs niveaux ont été franchis lors de cette première manifestation de 2019: d'abord le boxeur Christophe Dettinger, ancien champion de France poids lourds, qui en a eu assez de voir... [Lire la suite]

vendredi 21 décembre 2018

A Athènes,les citoyens, pour pouvoir tous jouer le rôle de « sentinelles de la démocratie », tenaient plus que tout à l’iségoria

Etienne Chouard – « Je demande un droit de réponse loyal à ceux qui me calomnient » Pour Apathie Chouard est « un extrémiste » [RIC POUR LES GILETS JAUNES (et les autres)] Les mœurs des « journalistes » en France, en 2018, avec les vrais opposants, c’est 2 qui tiennent et 3 qui cognent… et un bâillon pour qu’il se taise… Je demande le droit de nous défendre loyalement : en direct et en face à face Je me fais une très haute idée de la fonction de journaliste. J’ai été très marqué par l’imaginaire de... [Lire la suite]
lundi 12 novembre 2018

nous avons tous accepté de donner notre vie pour notre patrie, pour que nos familles vivent libres.

  Je n’en peux plus de toute cette sauvagerie, je voulais simplement revenir à la maison, travailler ma terre et voir grandir mes enfants. Je voulais juste être vivant parmi les miens.  Ma très chère petite fille, Le jour où tu liras cette lettre, je ne serai plus de ce monde. Je ne sais pas quel est ton prénom, et peu importe, il est certainement le plus beau prénom du monde. J’aimerais te dire tant de choses mais je n’aurai que le temps de ces quelques mots. Le jour où tu liras cette lettre, c’est que ta maman te... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 5 novembre 2018

Je ne t'oublie pas soldat. Le paltoquet de l'Elysée et son premier sinistre pourraient peut être écouter cette chanson...

  Je ne vous oublierai jamais soldats Je ne t'oublie pas soldatJe t'ai suivi dans les récits de la grande guerreLe froid, la faim, la soif et la galèreJ'ai vu Douaumont, j'ai vu Fleury…La pluie d'obus que tu as pris. Dans ma vie de soldat, j'ai pu rencontrer tes amisRevenus de Normandie, de Maginot et de ProvenceDes Ardennes et de la Somme, rescapés de ce Tsunami. Je ne vous oublierai jamais soldats. De l'Indochine l’Algérie nombre de vous, loin du paysPour la France ont donné leur vieDes rizières ou bien du... [Lire la suite]
samedi 13 octobre 2018

Le père de la prose combat revient avec un tout premier single qui rappelle que Claude M Barali n’a pas perdu sa verve lexicale!

Porté disparu pendant dix ans, celui qui voulait que la vie d’autrui soit comme une poésie, Solaar, réapparait au coin de la rime avec pas moins de dix-neuf titres. Embellie sur la météo du rap : le Solaar est revenu. Après dix années passées dans l’obscurité quasi complète, Claude MC, le pionnier de la prose-combat made in France, l’as de trèfle qui piquait nos coeurs, l’homme qui a semé le tempo du genre au début des années 90, a enfin mis en pratique l’un des refrains qui a fait son succès : Bouge de là !  Résultat, un... [Lire la suite]
Posté par bichau à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 30 septembre 2018

Prisonnière des mollah : "Avant de la connaître, je n'avais jamais pensé que ma langue natale était particulière..."

C'est à Mme Mohammadi, mon professeur de littérature, que je dois l'amour de ma langue. Avant de la connaître, je n'avais jamais pensé que ma langue natale était particulière. Je la parlais, c'est vrai, et elle me permettait d'aller de A vers B par des chemins détournés mais, jusqu'alors, sa beauté m'était restée cachée. Mme Mohammadi était tellement imprégnée de cette langue qu'elle en avait pris les couleurs chatoyantes. "Ecoutez-moi", disait-elle, avant de lire l'une des préfaces du Gulistan ("Le Jardin des roses") de Saadi : ... [Lire la suite]

dimanche 30 septembre 2018

"Les petits riens ne sont jamais insignifiants, la beauté foisonne dans l’infime."

L’amour se nourrit de choses si petites qu’on ne les voit pas toujours. Un artiste a corrigé ça ! "Les petits riens ne sont jamais insignifiants, la beauté foisonne dans l’infime." , a écrit Sylvie Germain. Et elle avait raison. Concernant l’amour, on a parfois tendance à négliger les petits riens qui devraient éveiller nos coeurs. C’est pourquoi un artiste a décidé de rendre hommage à ces instants simples mais magiques qui, si on y prend garde, alimentent le bonheur au quotidien. <img... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 18 juillet 2018

Après avoir flotté aux vents, les drapeaux bleu-blanc-rouge seront jetés à terre, le football-patriotisme ne dure qu'un temps...

 Désolé, cette équipe gagnante, ce n'est pas ma France.  J'avais promis 100% sans foot pendant cette coupe du monde, j'ai tenu parole. Celle-ci étant (enfin finie), je peux donc faire un p'tit billet sur ce grand moment de communion nationale (poils aux amygdales). "On" est en quarts, puis "On"est en demies, puis "On" est en finale et enfin, cherry on the cake, "ON a gagné !! ". Je tenais tout de même à préciser que je n'y suis pour rien dans cette victoire de même que les centaines de milliers de crétins qui ont... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 8 mai 2018

Elle était la voix la plus sensuelle de toutes nos chanteuses, quelle artiste magnifique !

 SUR UN PRÉLUDE DE BACH Lorsque j'entends ce prélude de BachPar Glen Gould, ma raison s'envoleVers le port du Havre et les baraquesEt les cargos lourds que l'on rafistole Et les torchères, les grues patraquesLes citernes de gasoil Toi qui courais dans les flaquesMoi et ma tête à claquesMoi qui te croyais ma chose, ma bestioleMoi je n'étais qu'un pot de colle Lorsque j'entends ce prélude de BachPar Glen Gould, ma raison s'envoleEt toutes ces amours qui se détraquentEt les chagrins lourds, les peines qu'on... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 4 mai 2018

Nous venons de remporter l'interdiction totale de pesticides tueurs d'abeilles dans 28 pays de l'Union Européenne !

                                                                                          ... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,