MC_MC056_XL

Et la mort n'aura pas d'empire - poeme de Dylan Thomas

Et la mort n'aura pas d'empire.
Pas plus que les cris des mouettes n'atteindront leurs oreilles
Ou le déferlements des vagues les rivages;
Là ou s'ouvrait une fleur aucune fleur jamais plus
Ne dressera sa tête sous les coups de la pluie;
Bien qu'ils soient insensé et morts comme des clous,
Leurs têtes tels des marteaux enfonçant les marguerites;
Frapperont le soleil jusqu'a ce que le soleil s'écroule,
Et la mort n'aura pas d'empire.


Dylan Thomas (Angleterre)

ZsWotiB0Zptmz4bdBmxNOAtXo1_500
les seules gens qui existent pour moi sont les déments, 
ceux qui ont la démence de vivre, la démence de discourir, 
la démence d’être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, 
ceux qui ne savent pas bâiller ni sortir un lieu commun mais qui brûlent, 
qui brûlent, pareils aux fabuleux feux jaunes des chandelles romaines 
explosant comme des poelles à frire à travers les étoiles 

Poème de Jack Kerouac ( Etats-Unis)

Hidden_by_ReeNaa
L’eau !
Eau, tu n’as ni goût, ni couleur, ni arôme,
on ne peut pas te définir,
on te goûte, sans te connaitre.
Tu n’es pas nécessaire à la vie : tu es la vie.
Tu nous pénètres d’un plaisir qui ne s’explique point par les sens.
Avec toi rentrent en nous tous les pouvoirs auxquels nous avions renoncé.
Par ta grâce s’ouvrent en nous toutes les sources taries de notre cœur.

Tu es la plus grande richesse qui soit au monde,
et tu es aussi la plus délicate, toi si pure au ventre de la terre.
Tu n’acceptes point de mélanges, tu ne supportes point d’altération,
tu es une ombrageuse divinité...
Mais tu répands en nous un bonheur, infiniment simple.

Poème de Saint- Exupéry

 

Vouloir d'Alain ( Propos sur bonheur )

 

0 puissance de l'imagination. Vous voilà en déroute avant d'avoir combattu. Ne regardez pas au-delà de vos mains. On n'agirait jamais, si l'on considérait le poids immense des choses et la faiblesse de l'homme. C'est pourquoi il faut agir et penser son action. Voyez ce maçon; il tourne tranquillement sa manivelle; c'est à peine si la grosse pierre remue. pourtant la maison sera achevée, et des enfants gambaderont dans les escaliers.


Il faut avoir foi dans les petits efforts et lutter en insecte contre l'insecte. Mille causes travaillent pour vous, sans quoi il n'y aurait point d'ormeaux. La destinée est instable; une chiquenaude crée un monde nouveau. Leplus petit effort entraîne des suites sans fin. Celui qui a planté ces ormes n'a pas délibéré sur la brièveté dela vie. Jetez-vous comme lui dans l'action sans regarder plus loin que vos pieds, et vous sauverez vos ormeaux. »

Alain (Propos sur le bonheur )
2009_1226AgeldeMoulin0002
Sur ce site de poésie : poesiedumonde.blogspot