LE CYGNE (le lac saint andré 73)
 
Gonfle-toi, fais le beau, je ne suis pas séduit ;
Ta gloire est à présent sur tout l'étang raillée,
Cupide et sot oiseau ; L'on t'a vu l'autre nuit.
Poursuivre d'un bec vain la lune monnayée.
 
 
LE LAC DE LAFFREY
 
Entouré de ces monts à la route connue,
Par les gens de la plaine, ultime et ferme adieu
Sur ce lac d'un bleu pur qui reflète la nue
Parfois naît un sillon tel un frisson de Dieu !
 
 
LE LAC D 'ANNECY
 
L'évanescent frisson d'un brise légère
Fait du Lac qui rêvait onduler le miroir.
Du printemps l'hirondelle aimable messagère,
A retrouvé son nid dans la fraîcheur du soir.
 
 
L' HERMINE
 
Ayant aux jours d'hiver mis sa blanche fourrure
Elle court sur la neige et va batifolant.
On la distingue à peine en sa chaude parure
Guettant ses ennemis de son oeil vigilant.
 
 
JONQUILLES, NARCISSES, PERCES-NEIGE
 
Retrouvant les bonheurs
D'une époque indicible,   ( et bien souvent maudite)
Je revois dans ces fleurs
L'enfant au coeur sensible.
 
 
L' AIGLE
 
Dans le petit vallon sauvage et romantique
Chacun s'affaire, avec joie ou son ennui...
Mais, sur un Mont Neigeux un AIGLE hiératique
Contemple les humains bien moins libres que lui.
 
 
Les Cénobites du Monastère de la Grande Chartreuse ( 38)
 
Les Moines vont prier dans le petit matin
Seuls bruits ; le froissement léger de leurs tuniques,
L'aile de quelque oiseau nichant dans le jardin.
Ils vont en rangs sérrés, presque fantômatiques.
Le silence est propice à qui recherche Dieu.
Une porte se ferme, ils sont dans l'oratoire.
Au monde, à ses plaisirs ils ont su dire adieu,
Leurs corps doit obéir, à l'esprit, la victoire.
 
 
 
Le Presbytère du Lac d'Aix les bains.
 
Dans le jardin du Presbytère
Où la nuit craint de se glisser
Derrière un voile de mystère
Est-ce Dieu qu'on entend passer ?
 
Le feuillage poursuit un songe
Et l'étoile écoute l'oiseau.
Une clarté qui se prolonge
Au loin dévide son fuseau.
 
L'émoi du soir brise ma phrase ;
Mes yeux caressent l'horizon
Et mon coeur radieux d'extase
Met le jardin en oraison.
 
 
LA BAIE DE TALLOIRES ( tout près du Lac D'annecy)
 
Au fond de ce Val Clos,
Le clapotis des flots,
Un bruit de branche,
Un oiseau
Qui vers l'eau,
Se penche ;
Je ne sens rien en moi,
Sinon ! un peu d'émoi
Qui s'épanche.
 
Nicolas Descamino