jeudi 3 mai 2012

« Persepolis témoigne de qualités humaines et artistiques qui le destinent à un public universel. »

Diffusion de « Persepolis » en Tunisie : amende pour « atteinte au sacré ». Le patron de la chaîne Nessma jugé pour « atteinte au sacré » après la diffusion l’an dernier du film franco-iranien « Persepolis » a été condamné ce jeudi par un tribunal tunisien au paiement d’une amende de 2 400 dinars (1 200 euros). Un jugement qui intervient alors que la situation des journalistes ne s’est guère améliorée dans la Tunisie post-Ben Ali. La représentation d’Allah dans... [Lire la suite]