jeudi 14 août 2014

Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de la race humaine, que cette race foisonne de passions

Dead Poets Society (Le Cercle des Poètes Disparus)                                   Dead Poets Society (Le Cercle des Poètes Disparus) un film de Peter Weir, sorti en 1989. Un poète a disparu Keating : Pourquoi est ce que je monte là ? Qui peut répondre ? Charlie : Pour vous grandir ! Keating : Non ! Merci d’avoir joué ! Je monte sur mon bureau pour ne... [Lire la suite]

samedi 9 février 2013

Je crois en une vie après la mort, tout simplement parce que l'énergie ne peut pas mourir...

"Tout nouveau-né entre frais et gaillard dans sa nouvelle existence, et jouit d'elle comme d'un don gratuit : mais... cette nouvelle vie, il l'a payée... payée d'une vie usée qui s'est évanouie, et qui portait en elle le germe indestructible de la suivante. Ces vies sont pourtant celles d'un être unique. Démontrer l'existence du lien qui les unit, ce serait éclaircir une grande énigme assurément." Arthur Schopenhauer (Le monde comme volonté et comme représentation) "Tout subsiste et rien ne meurt jamais, mais se dérobe aux... [Lire la suite]
vendredi 9 avril 2010

Nous sommes tous vivants et beaucoup plus heureux. Pourquoi pleurez-vous ?

" Nous sommes tous vivants et beaucoup plus heureux. Pourquoi pleurez-vous ? Par égoïsme, parce que vous ne pensez pas au bien pour nous mais seulement au manque que cela vous provoque. Celui qui arrive ici, d'un certain âge, par maladie ou mort naturelle, est toujours reçu par un membre de sa famille qui l'a accompagné dans ses derniers instants terrestres. Il arrive très souvent que ces personnes perçoivent dans leur chambre la présence de ceux qui sont venus les chercher ; au pied du lit, près des portes, au plafond... Aussi, au... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 15 décembre 2009

Considère le retour circulaire des choses sur elles-mêmes.

La mort ? Elle n'a rien de mauvais. L'effet d'une chose ne peut être mauvais, sans la présence de l'être qui ressentira cet effet. Eh bien, si tu as une telle envie de te prolonger dans le temps, dis-toi que tous les êtres qui disparaissent pour retourner au sein de la nature, d'où ils sont venus et d'où ils sortiront bientôt encore, aucun ne s'anéantit. Tout cela finit mais ne périt pas. La mort, dont nous nous effrayons, contre laquelle nous regimbons, interrompt notre existence, elle ne nous l'arrache point. De nouveau viendra un... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,