mardi 29 novembre 2016

Mme Marisol En Si n'a pas jugé bon de rappeler aux hétérosexuels qu'ils étaient exposés aux mêmes dangers exactement.

Les pédés sont-ils des cons ? Personnellement, jusqu'à ces jours derniers, j'aurais, à la question de mon titre, répondu “non” sans barguigner ; d'abord parce que je le pense, et ensuite parce que je ne veux pas d'ennuis avec la bigoterie ambiante. Mais depuis la dernière campagne de prévention du sida, lancée par le ministère de la Santé – donc par nous, en quelque sorte, ou au moins en notre nom –, je me pose des questions, forcément. Il me souvient fort bien que, dès l'apparition de ce mal mystérieux dont on cache le nom,... [Lire la suite]

vendredi 29 janvier 2016

C'est incompréhensible que ces dirigeants qui se disent de gauche, humanistes, acceptent des comportements homophobes en Europe!

Berlin. Un centre d'accueil pour protéger les réfugiés homosexuels des autres réfugiés - Breizh-info.com, Actualité, Bretagne, information, politique       source
mercredi 24 avril 2013

S'ils avaient intitulé cette loi "l'union civile pour tous" l'affaire était entendue mais c'était trop demandé au gouvernement.

Qui gouverne la France ? Y-a-t-il corruption et trafic d’influence ? Y-a-t-il un mariagegate derrière le mariage gay ?   On peut s’étonner de la relation tout à fait particulière entre un homme d’affaires qui achète et revend des media qui sont utilisés dans des activités de communication essentielle en faveur d’un candidat devenu Président et qu’ensuite, ce Président se voit affubler de ce même homme d’affaires pour lui dicter ses décisions. L’ennui, c’est que ce Président, c’est celui de la France, et ses décisions ont... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 13 février 2012

s’il était né homme dans certaines régions du monde, il aurait peut être été mutilé ou pendu.

         Le minou qui croyait en avoir un La nature dans sa diversité a parfois de drôles d’idées laissez-moi vous conter l’histoire du minou qui croyait en avoir… Je vous parle d’un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, une époque insouciante où l’on pouvait boire l’eau des rivières en rêvant au progrès. Ma famille habitait alors à la périphérie d’une ville de province, dans un quartier construit en mangeant la campagne, où on trouvait encore une ferme avec des... [Lire la suite]