mardi 5 mars 2013

Ayant, depuis quelques années, le temps de réfléchir, nager et me souvenir, lire (quel doux parfum que la lecture !)

Du haut de mon balcon fleuri  Vaincu et inutile depuis bien longtemps, je vous regarde du haut de mon balcon que j’ai fleuri d’un œillet dérisoire, symbole d’une myriade d’espoirs déçus et de blessures profondes. Ayant, depuis quelques années, dans un confort suffisant et paisible, le temps de réfléchir, nager et me souvenir, lire (quel doux parfum que la lecture !), observer et décortiquer, ce mélange détonant qui se déroule et s’enroule sous mes yeux me fait aujourd’hui exploser. De terreur. ... [Lire la suite]