dimanche 10 janvier 2016

Christophe Goze "Memory of you". Souvenirs d'enfance.

                                                                                          ... [Lire la suite]
Posté par bichau à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 23 décembre 2014

Aller vers les autres en s’investissant dans des associations, c’est aussi engranger des bénéfices pour soi à long terme.

« Quelle est la plus haute faculté de l’âme ? Est-ce que ce n’est pas le génie ? Non, c’est la bonté. » Victor Hugo OSER ÊTRE BON, UN NOUVEAU COURAGE C’est un pari. Sur nous-même, sur autrui, sur l’avenir. Dans un monde brutal où la tendresse n’est pas toujours de mise, s’ouvrir à l’autre et accepter le risque qu’il profite de nous, c’est faire preuve de bravoure. Être gentil, c’est être bête : méchanceté et réussite sont étroitement associées, dans ce monde de compétition qui nous incite à triompher par tous les... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 14 juin 2013

Tout raisonnement sur l’amour le détruit. Léon Tolstoï

  Vivre : laisser s'envoler tous les vains mirages, sortir de sa cage, s'harmoniser avec son entourage, faire fi de tous les faux sages, descendre de son nuage, accepter son âge, tourner la page et, au besoin, plier bagage pour entreprendre un merveilleux voyage.       Arrêtons de bouder la vie et de nous prendre au sérieux et apprenons enfin à rire de nous et de nos nombreuses gaffes. Notre vie ne sera plus la même.     Les aveugles ne sont pas ceux que l'on croit car la vraie lumière ne se... [Lire la suite]
Posté par bichau à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 10 juin 2013

"Je serai jusqu'à ma dernière heure du parti des victimes contre les bourreaux."

" Je te l'ai déjà dit : Les révolutions ne sont pas des lits de roses. Ce sont au contraire des lits d'épines. " Sand 1848 ...Le 8 mars (1848), George Sand écrit à Charles Poncy. "J'ai le coeur plein et la tête en feu. Tous mes maux physiques, toutes mes douleurs personnelles (elle vient de perdre sa petite fille) sont oubliés. Je vis, je suis forte, je suis active, je n'ai que vingt ans." L'amour vieillissait George, la politique la rajeunit. Chacun trouve sa fontaine de jouvence où il peut, et sa source d'oubli. Le 17 mars elle... [Lire la suite]
lundi 15 avril 2013

Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses ; Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d'adieux.

A M. V. H. Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses...Alfred de Musset (1810-1857)Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses,Pour savoir, après tout, ce qu'on aime le mieux,Les bonbons, l'Océan, le jeux, l'azur des cieux,Les femmes, les chevaux, les lauriers et les roses.Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses;Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d'adieux.Puis le coeur s'aperçoit qu'il est devenue vieux,Et l'effet qui s'en va nous découvre les causes,De ces biens passagers que l'on goûte à... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 3 février 2013

"La vie s'arrête lorsque la peur de l'inconnu est plus forte que l'élan."

"Le plus haut degré de sagesse humaine est de savoir plier son caractère aux circonstances et se faire un intérieur calme en dépit des orages extérieurs ."(Daniel Defoe) "Il est des moments où il faudrait oublier les vieux espoirs et s'en créer de nouveaux."  (Johann Friedrich von Schiller) "Peu de livres changent une vie. Quand ils la changent c'est pour toujours." (Christian Bobin) "La vie se contente de donner à chacun sa chance, une chance. A chacun de savoir la saisir au risque de ne plus en avoir une... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 29 janvier 2013

Le mouvement, c'est la vie ; la décadence, c'est la mort.

  Charles Nodier. - "L'Académie, cédant à l'usage, a supprimé universellement la consonne double dans les verbes où cette consonne suppléait euphoniquement le d du radical ad. Hugo. - j'avoue ma profonde ignorance. Je ne me doutais pas que l'usage eût fait cette suppression et que l'Académie l'eût sanctionnée. Ainsi on ne devrait plus écrire atteindre, approuver, appeler, appréhender, etc., mais ateindre, aprouver, apeler, apréhender. Si l'Académie et l'usage décrètent une pareille orthographe, je déclare que je... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 14 décembre 2012

Victor Hugo : "Il y a des gens qui observent les règles de l'honneur comme on observe les étoiles, de très loin."

La semaine où les masques sont tombés La semaine passée fut riche en annonces "choc" du gouvernement et en rebondissements. Leur principale conséquence ? Avoir fait tomber quelques masques ( déjà bien égratignés ) et révéler ainsi la pensée et la nature profondes de certains. Commençons par l'affaire Duflot-Eglise : une preuve éclatante de la grande valeur de notre bien-aimée ministre, et d'ailleurs plus généralement de tous ces dirigeants "écolos" qui vous font détester l'écologie au travers d'eux. On part d'un... [Lire la suite]
mardi 16 octobre 2012

"Pour peu que ton commerce avec l'autre monde continue, je serai forcée de me joindre à eux pour te voir quelquefois."

Dès l'été de 1853, Victor Hugo est la proie d'une nouvelle marotte. De passage à Jersey, une vieille connaissance, Delphine de Girardin, lui a raconté qu'un étrange divertissement de société fait fureur à Paris : les tables tournantes. L'idée de correspondre avec l'au-delà à travers un guéridon "inspiré" enthousiasme le poète qui, depuis la mort de Léopoldine, a toujours cru à la présence invisible des défunts dans l'air qu'il respire... Absorbé dans ces conversations avec les fantômes, il les prolonge jusqu'à une heure avancée de... [Lire la suite]
Posté par bichau à 15:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 14 mai 2012

Partout où pleure et crie un captif, Dieu regarde.

De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ? Liberté ! De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ? De quel droit ôtez-vous ces chanteurs aux bocages,Aux sources, à l'aurore, à la nuée, aux vents ?De quel droit volez-vous la vie à ces vivants ?Homme, crois-tu que Dieu, ce père, fasse naîtreL'aile pour l'accrocher au clou de ta fenêtre ?Ne peux-tu vivre heureux et content sans cela ?Qu'est-ce qu'ils ont donc fait tous ces innocents-làPour être au bagne avec leur nid et leur femelle ? Qui sait comment leur... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,