lundi 17 février 2014

Je mourrai près de Séville, garroté au fond d'un cachot, pour avoir séduit la fille d'un sombre Hidalgo.

L’école de la poésie « Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s’ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes : ce sont des dactylographes. » (Léo Ferré)   Je mourrai...                 Je mourrai de la piqure D’un scorpion femelle jaloux, Croisé sur les chemins obscurs Et tortueux de l'amour fou.   Je mourrai près de Séville, Garroté au fond d’un cachot, Pour avoir séduit la fille D’un... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 15 mars 2012

Lorsque j'entends encore votre voix enrouée, de douloureux sanglots mon âme est secouée,

En hommage a Madame BARBARATOURMENTSJ'écoute au fond de moi les cris d'un AIGLE NOIR.Et les chants éternels de l'humaine détresse.Le  pas mystérieux du destin qui m'oppresseRYTHMANT mon existence en proie au désespoir.Nicolas Descamino Dans son livre  " Il était un piano noir... Mémoires interrompus "  Barbara écrivit après la rupture avec Hubert Ballay, ce haut fonctionnaire  : "  Dorénavant, je suis seule, plus rien ne va pouvoir me détourner de ma route, telle que je l'ai toujours pressentie. Rien,... [Lire la suite]