mardi 16 octobre 2012

"Pour peu que ton commerce avec l'autre monde continue, je serai forcée de me joindre à eux pour te voir quelquefois."

Dès l'été de 1853, Victor Hugo est la proie d'une nouvelle marotte. De passage à Jersey, une vieille connaissance, Delphine de Girardin, lui a raconté qu'un étrange divertissement de société fait fureur à Paris : les tables tournantes. L'idée de correspondre avec l'au-delà à travers un guéridon "inspiré" enthousiasme le poète qui, depuis la mort de Léopoldine, a toujours cru à la présence invisible des défunts dans l'air qu'il respire... Absorbé dans ces conversations avec les fantômes, il les prolonge jusqu'à une heure avancée de... [Lire la suite]
Posté par bichau à 15:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 2 janvier 2010

Mon cœur, sans en rien perdre, s'est fondu en amour dans tous les cœurs

Paris, 26 février 1881 Cher bien-aimé, mon cœur qui t'adore depuis quarante-huit ans, s'est multiplié dans tous les cœurs qui pensent et qui aiment, et les hommages que tu reçois aujourd'hui sont ceux que je t'ai donnés depuis le premier baiser que j'ai mis sur ta bouche jusqu'à aujourd'hui. Mon cœur, sans en rien perdre, s'est fondu en amour dans tous les cœurs ; et toute cette admiration attendrie, tout cet enthousiasme délirant qui accourent vers toi des quatre points de l'horizon, ne sont que les manifestations recueillis de... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,