dimanche 2 décembre 2012

" Je ne veux rien leur devoir, pas même une retraite ou une pension " avait coutume de dire le Général De Gaulle.

L' Élysée. ...René Dosière s'est aperçu que pendant les douze années Chirac, les dépenses de palais ont crû de 465%. Cette équation n'est pas tout à fait de "bonne foi" car l'Élysée a dû réintégrer, au fil des ans des privatisations, des charges qui auparavant étaient payées par les entreprises publiques comme les PTT. Reste qu'en douze ans, les députés de trois législatures différentes -dissolution comprise- de droite et de gauche ont continué à voter chaque année un budget de quelque 30 millions d'euros sans s'apercevoir de cette... [Lire la suite]