mercredi 10 juillet 2013

C'est être fou de croire qu'on sort d'un combat avec le respect du droit humain.

...Le peuple, dis-tu ! Le peuple, c'est toi et moi, nous nous en défendrions en vain... Le peuple féroce ? Non ! il n'est pas bête non plus, sa maladie actuelle est d'être ignorant et sot. Ce n'est pas le peuple de Paris qui a massacré les prisonniers, détruit les monuments et cherché à incendier la ville. Le peuple de Paris, c'est tout ce qui est resté dans Paris après le siège, puisque quiconque avait la moindre aisance s'est empressé d'aller respirer l'air de la province et embrasser la famille absente après les... [Lire la suite]

lundi 10 juin 2013

"Je serai jusqu'à ma dernière heure du parti des victimes contre les bourreaux."

" Je te l'ai déjà dit : Les révolutions ne sont pas des lits de roses. Ce sont au contraire des lits d'épines. " Sand 1848 ...Le 8 mars (1848), George Sand écrit à Charles Poncy. "J'ai le coeur plein et la tête en feu. Tous mes maux physiques, toutes mes douleurs personnelles (elle vient de perdre sa petite fille) sont oubliés. Je vis, je suis forte, je suis active, je n'ai que vingt ans." L'amour vieillissait George, la politique la rajeunit. Chacun trouve sa fontaine de jouvence où il peut, et sa source d'oubli. Le 17 mars elle... [Lire la suite]