mardi 29 janvier 2013

Le mouvement, c'est la vie ; la décadence, c'est la mort.

  Charles Nodier. - "L'Académie, cédant à l'usage, a supprimé universellement la consonne double dans les verbes où cette consonne suppléait euphoniquement le d du radical ad. Hugo. - j'avoue ma profonde ignorance. Je ne me doutais pas que l'usage eût fait cette suppression et que l'Académie l'eût sanctionnée. Ainsi on ne devrait plus écrire atteindre, approuver, appeler, appréhender, etc., mais ateindre, aprouver, apeler, apréhender. Si l'Académie et l'usage décrètent une pareille orthographe, je déclare que je... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 16 octobre 2012

"Pour peu que ton commerce avec l'autre monde continue, je serai forcée de me joindre à eux pour te voir quelquefois."

Dès l'été de 1853, Victor Hugo est la proie d'une nouvelle marotte. De passage à Jersey, une vieille connaissance, Delphine de Girardin, lui a raconté qu'un étrange divertissement de société fait fureur à Paris : les tables tournantes. L'idée de correspondre avec l'au-delà à travers un guéridon "inspiré" enthousiasme le poète qui, depuis la mort de Léopoldine, a toujours cru à la présence invisible des défunts dans l'air qu'il respire... Absorbé dans ces conversations avec les fantômes, il les prolonge jusqu'à une heure avancée de... [Lire la suite]
Posté par bichau à 15:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 14 mai 2012

Partout où pleure et crie un captif, Dieu regarde.

De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ? Liberté ! De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ? De quel droit ôtez-vous ces chanteurs aux bocages,Aux sources, à l'aurore, à la nuée, aux vents ?De quel droit volez-vous la vie à ces vivants ?Homme, crois-tu que Dieu, ce père, fasse naîtreL'aile pour l'accrocher au clou de ta fenêtre ?Ne peux-tu vivre heureux et content sans cela ?Qu'est-ce qu'ils ont donc fait tous ces innocents-làPour être au bagne avec leur nid et leur femelle ? Qui sait comment leur... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 15 juin 2011

Ce qui ressemble à l'amour est toujours de l'amour (Tristan Bernard).

"Ta tâche n'est pas de chercher l'amour, mais simplement de chercher et trouver tous les obstacles que tu as construits contre l'amour." Djala Al-Dîn Rûmi "L'amour immatériel est éternel, parce que l'être qui l'éprouve ne peut mourir. Ce sont nos âmes qui s'aiment et non nos corps." Victor Hugo  Nous ne voulons pas de richesses. Nous voulons la paix et l'amour. Sagesse indienne
Posté par bichau à 13:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 4 décembre 2010

Je ne vis qu'elle était belle qu'en sortant des grands bois sourds.

Vieille chanson du jeune temps Je ne songeais pas à Rose ;Rose au bois vint avec moi ;Nous parlions de quelque chose,Mais je ne sais plus de quoi.J'étais froid comme les marbres ;Je marchais à pas distraits ;Je parlais des fleurs, des arbresSon œil semblait dire: " Après ? "La rosée offrait ses perles,Le taillis ses parasols ;J'allais ; j'écoutais les merles,Et Rose les rossignols.Moi, seize ans, et l'air morose ;Elle, vingt ; ses yeux brillaient.Les rossignols chantaient RoseEt les merles me sifflaient.Rose, droite sur ses... [Lire la suite]
Posté par bichau à 15:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 4 mars 2010

Victor Hugo, fleurs-pensées.

Aimer, c'est savourer, au bras d'un être cher, La quantité de ciel que Dieu mit dans la chair... Chaque homme dans sa nuit s'en va vers sa lumière. En temps de révolution, prenez garde à la première tête qui tombe. Elle met le peuple en appétit. Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, Mais, dans l'œil du vieillard, on voit de la lumière. Grattez le juge, vous trouverez le bourreau. Il faudrait faire pénétrer de toutes parts la lumière dans l'esprit du peuple: car c'est par les ténèbres qu'on le perd. L'eau qui ne... [Lire la suite]
Posté par bichau à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 23 février 2010

Toujours d'actualité !

Extrait du discours prononcé le 10 novembre 1848 par Victor Hugo devant l’Assemblée nationale   « Personne plus que moi, messieurs, n’est pénétré de la nécessité, de l’urgente nécessité d’alléger le budget. J’ai déjà voté et continuerai de voter la plupart des réductions proposées, à l’exception de celles qui me paraîtraient tarir les sources mêmes de la vie publique et de celles qui, à côté d’une amélioration financière douteuse, me présenteraient une faute politique certaine. C’est dans cette dernière catégorie que je range... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 18 janvier 2010

Rien ne ressemble à une âme comme une abeille.

"Rien ne ressemble à une âme comme une abeille. Elle va de fleur en fleur comme une âme d'étoile à étoile, et elle rapporte le miel comme l'âme rapporte la lumière." Victor Hugo
Posté par bichau à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 2 janvier 2010

Mon cœur, sans en rien perdre, s'est fondu en amour dans tous les cœurs

Paris, 26 février 1881 Cher bien-aimé, mon cœur qui t'adore depuis quarante-huit ans, s'est multiplié dans tous les cœurs qui pensent et qui aiment, et les hommages que tu reçois aujourd'hui sont ceux que je t'ai donnés depuis le premier baiser que j'ai mis sur ta bouche jusqu'à aujourd'hui. Mon cœur, sans en rien perdre, s'est fondu en amour dans tous les cœurs ; et toute cette admiration attendrie, tout cet enthousiasme délirant qui accourent vers toi des quatre points de l'horizon, ne sont que les manifestations recueillis de... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 23 décembre 2009

Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation...

Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation, jurer ses grands dieux, se déclarer honnête homme, puis, au moment où l'on se rassure et où l'on rit de l'énormité en question, l'exécuter. On est dans son cercle intime ; il laisse entrevoir un projet qui semble, non immoral, on n'y regarde pas de si près, mais insensé et dangereux, et dangereux pour lui-même ; on élève des objections ; il écoute, ne répond pas, cède quelquefois pour deux ou trois jours, puis reprend son dessein, et fait sa volonté. Il y... [Lire la suite]
Posté par bichau à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,