jeudi 16 mars 2017

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles travesties par des gueux pour exciter des sots, sans mentir toi-même d’un mot...

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties Sans un geste et sans un soupir ; Si tu peux être amant sans être fou d’amour, Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre, Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour, Pourtant lutter et te défendre ; Si tu peux supporter d’entendre tes paroles Travesties par des gueux pour exciter des sots, Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles Sans mentir toi-même d’un mot ; Si tu peux rester... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 30 mai 2015

Mon Dieu donne-moi la sérénité, d’accepter toutes les choses que je ne peux changer.

  Prière de la sérénité La Prière de la Sérénité '' (écrit par des moines du Moyen Age)''"Si, dans ta vie, un jour tu devais pleurer,Te sentant bien seul, loin de ceux que tu as aimés.Dis toi bien qu’il y aura toujours quelqu’un qui te montrera le droit chemin.Écoute ces mots, car moi qui te les dis, je n’ai pas toujours été ce que je suis.J’ai connu bien des pleurs, des paniques, et des misères,Alors récite avec moi cette prière.Mon Dieu donne-moi la sérénité,d’accepter toutes les choses que je ne peux changer.Donne-moi... [Lire la suite]
Posté par bichau à 21:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 17 février 2014

Je mourrai près de Séville, garroté au fond d'un cachot, pour avoir séduit la fille d'un sombre Hidalgo.

L’école de la poésie « Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s’ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes : ce sont des dactylographes. » (Léo Ferré)   Je mourrai...                 Je mourrai de la piqure D’un scorpion femelle jaloux, Croisé sur les chemins obscurs Et tortueux de l'amour fou.   Je mourrai près de Séville, Garroté au fond d’un cachot, Pour avoir séduit la fille D’un... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 15 avril 2013

Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses ; Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d'adieux.

A M. V. H. Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses...Alfred de Musset (1810-1857)Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses,Pour savoir, après tout, ce qu'on aime le mieux,Les bonbons, l'Océan, le jeux, l'azur des cieux,Les femmes, les chevaux, les lauriers et les roses.Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses;Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d'adieux.Puis le coeur s'aperçoit qu'il est devenue vieux,Et l'effet qui s'en va nous découvre les causes,De ces biens passagers que l'on goûte à... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 15 janvier 2013

J'ai attrapé la Vie.

J'ai attrapé la Vie Un après-midi d'hiver, Je n'en serai jamais guérie Comme chacun de mes frères. J'irai peut-être au paradis Ou peut-être en enfer... J'ai attrapé la Rage Un jour de peine. Parce que les hommes sont des sauvages Qui n'ont su que dévaster les plaines Et implanter sur les rivages Tant de soldats sourds aux sirènes. J'ai attrapé l'Amour Un matin d'espoir ! Et j'ai vu tant de jours Dans ses grands yeux si noirs, Qu'à attendre mon tour Je n'osais plus y croire. J'ai attrapé l'Espoir Au regard de l'amour, Ils... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 6 novembre 2012

Là ou s'ouvrait une fleur aucune fleur jamais plus ne dressera sa tête sous les coups de la pluie;

Et la mort n'aura pas d'empire - poeme de Dylan Thomas Et la mort n'aura pas d'empire.Pas plus que les cris des mouettes n'atteindront leurs oreillesOu le déferlements des vagues les rivages;Là ou s'ouvrait une fleur aucune fleur jamais plusNe dressera sa tête sous les coups de la pluie;Bien qu'ils soient insensé et morts comme des clous,Leurs têtes tels des marteaux enfonçant les marguerites;Frapperont le soleil jusqu'a ce que le soleil s'écroule,Et la mort n'aura pas d'empire.Dylan Thomas (Angleterre) ceux qui... [Lire la suite]
Posté par bichau à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 4 avril 2012

Les mots d'amour, ils sont gratuits

Cambriolage Les mots d'amour, ils sont gratuits Cambriolez tous vos tiroirs Et puis, du matin jusqu'au soir Acclamez-les à l'infini. Nicolas Descamino
Posté par bichau à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 21 mars 2012

En hommage a Monsieur LUCIANO PAVAROTTI

En hommage a Monsieur LUCIANO PAVAROTTIL' ARTISTELe coeur du monde exulte et chante jusqu' aux  astresLe moindre des vivants délivre un ciel caché,Belles sont les douleurs et féconds les désastres,La grâce peut jaillir des failles du péché.Voici que le réel est plus beau que le songe,Mon corps emprisonné va prendre son essor,Dans mon cachot j'entends un chant qui se prolonge,C'est un pur Paradis qui monte sans effort.Un tourbillon final me dérobe la terre,Et la gerbe des sons dont je suis éblouiM'emporte stupéfait, quand tout... [Lire la suite]
Posté par bichau à 17:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 14 octobre 2010

Ce n’est pas ton miroir qu’il faut casser. C’est toi qu’il faut changer !

  Le bonheur Si tu ne trouves pas le bonheur, c’est peut-être que tu le cherches ailleurs... Ailleurs que dans tes souliers. Ailleurs que dans ton foyer. Selon toi, les autres sont plus heureux. Mais, toi, tu ne vis pas chez eux. Tu oublies que chacun a ses tracas. Tu n’aimerais sûrement pas mieux leur cas. Comment peux-tu aimer la vie si ton cœur est plein d’envie, si tu ne t’aimes pas, si tu ne t’acceptes pas ? Le plus grand obstacle au bonheur, sans doute, c’est de rêver d’un bonheur trop grand. Sache cueillir le... [Lire la suite]
Posté par bichau à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 26 août 2010

Et puis il y a ceux qui restent là, à regarder leurs espoirs s’évaporer.

L'attrape rêve     On attache tant d’importance aux futilités. Un monde de riches, peuplé de pauvres. Money, money, money Et regardez-les courir. Ils ne savent même pas après quoi ils courent. Et puis il y a ceux qui restent là, à regarder pousser le blé dans leur champ. Ceux qui ont encore des rêves, les attrape avec leur filet d’espoir. Ils bougent au ralenti, en noir et blanc.   On attache tant d’importance aux futilités. Et comme pour se faire pardonner Les hommes vendent leur âme au seigneur En lui... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :