dimanche 20 décembre 2015

Un message du philosophe Alan Watts au cours de l'un des derniers séminaires qu'il a animé au début des années 70...

Et si l'argent n'avait pas d'importance... par syti
Posté par bichau à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 27 février 2015

Michel Onfray pointe les différences abyssales entre ce que dit la gauche d’elle-même et ce qu’elle fait réellement !

"Le bonheur ne tient pas seulement au rapport qu'on établit entre soi et soi, mais aussi entre soi et la nature, soi et le cosmos." Michel Onfray « Cette mafia qui se réclame de la gauche … » Je vous propose une interview décoiffante du philosophe Michel Onfray paru dans le magazine Le Point. Je n’ai jamais lu un tel réquisitoire contre la gauche ou plutôt, contre ce qu’est devenue la gauche. Il pointe les différences abyssales entre ce que dit la gauche d’elle-même et ce qu’elle fait réellement ! Et ce qui fait la... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 11 septembre 2012

Un esprit ne jouit d'une pleine indépendance, que s'il est capable de raisonnement correct.

Pour parvenir à garder un autre individu en sa puissance, on peut avoir recours à différents procédés.On peut l'avoir immobilisé par des liens, on peut lui avoir enlevé ses armes et toutes possibilités de se défendre ou de s'enfuir.On peut aussi lui avoir inspiré une crainte extrême ou se l'être attaché par des bienfaits, au point qu'il préfère exécuter les consignes de son maître que les siennes propres, et vivre au gré de son maître qu'au sien propre.Lorsqu'on impose sa puissance de la première ou de la seconde manière, on... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 30 mars 2012

comme l’ami tardait à lui répondre, il prit pour demeure un tonneau vide qu’il trouva au Métroon.

Diogène par Pugons Diogène, fils du banquier Ikésios, naquit à Sinope. Il s’enfuit, raconte Dioclès, quand son père, qui tenait la banque publique, fabriqua de la fausse monnaie. Eubulide, dans son livre sur Diogène, accuse de ce crime notre philosophe, et dit qu’il s’enfuit avec son père. Quoi qu’il en soit, Diogène lui-même s’accuse dans le Pordalos d’avoir falsifié la monnaie. Quelques auteurs racontent qu’étant inspecteur de la monnaie, il reçut d’ouvriers le conseil d’aller à Delphes ou à Délos, patrie d’Apollon, pour demander... [Lire la suite]
Posté par bichau à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 10 décembre 2011

Choisir un bon guide :

TOUS LES HOMMES QUI SE PIQUENT DE SAGESSE MANQUENT DE GUIDE. IL FAUT S'EN CHOISIR UN BON. Quelle est donc, Lucilius, cette maligne influence qui nous détourne de ce que nous cherchons, et nous pousse vers ce que nous fuyons ; qui, toujours aux prises avec notre âme, n'y souffre point de volonté fixe? Nous flottons entre mille projets divers, nous ne savons rien vouloir librement, rien d'une manière absolue et immuable. - C'est la folie, dites-vous, qui ne s'arrête à rien, à qui rien ne plait longtemps. - Mais quand, et comment nous... [Lire la suite]
Posté par bichau à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 30 juillet 2011

Marc Aurèle était aimé de tous ceux qui l’entouraient.

Marc Aurèle, le sage au bord du précipice. Un empereur sage et philosophe. Marc Aurèle (40 ans) et Lucius Verus (31 ans) succèdent à Antonin le Pieux à la tête de Rome le 7 mars 161. L’un et l’autre ont été adoptés 23 ans plus tôt par l’empereur défunt en vue de lui succéder, sur l’injonction de son prédécesseur, l’empereur Hadrien C’est la première fois que l’empire romain est confié à un tandem. La collaboration entre Marc Aurèle, épris de philosophie stoïcienne, et Lucius Verus, séducteur et jouisseur, se passe curieusement bien.... [Lire la suite]
Posté par bichau à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 21 décembre 2010

je déclare l'homme d'autant plus en possession d'une pleine liberté, qu'il se laisse guider par la raison.

Pour parvenir à garder un autre individu en sa puissance, on peut avoir recours à différents procédés.     On peut l'avoir immobilisé par des liens, on peut lui avoir enlevé ses armes et toutes possibilités de se défendre ou de s'enfuir.   On peut aussi lui avoir inspiré une crainte extrême ou se l'être attaché par des bienfaits, au point qu'il préfère exécuter les consignes de son maître que les siennes propres, et vivre au gré de   son maître qu'au sien propre.     Lorsqu'on impose sa puissance de la... [Lire la suite]
Posté par bichau à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 20 décembre 2010

parce que si on achève quelque chose c’est qu’on est au bout de la course ; si on est au bout de la course, c’est fini.

« A la vérité le seul sens de la vie c’est l’errance. Aller à la rencontre, ne pas arriver. Ce qui est effroyable c’est d’arriver… parce que si on achève quelque chose c’est qu’on est au bout de la course ; si on est au bout de la course, c’est fini. Et l’achevé c’est la mort. Je me considère en chemin, en permanence en chemin. C’est pour cela que je marche sans savoir où l’on peut aller ». Jacques Chancel 
Posté par bichau à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 16 décembre 2010

La nature a voulu que nous n'ayons pas besoin d'un nombreux attirail pour être heureux.

Et pourtant, s'il fallait que chaque désir soit satisfait dès qu'il se manifeste, comment les hommes occuperaient-ils leur vie, comment passeraient-ils le temps ? Imaginez cette race transportée vers une Utopie où tout croîtrait de son propre chef et où les dindons se rôtiraient d'eux-mêmes, où les amoureux se lieraient sans délai et vivraient ensemble sans difficulté ; en cet endroit, certains mourraient d'ennui ou se pendraient, d'autres se bagarreraient et s'entre-tueraient, et ils s'infligeraient ainsi davantage de souffrances... [Lire la suite]
Posté par bichau à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 16 décembre 2010

Je me demande ce qui pourrait arriver dans le monde, si les arbres avaient des mains et pieds.

Imaginez que vous soyez déraciné de votre maison, flanqué sur le toit  d’une voiture, attaché avec des cordes et ficelles, puis conduit dans un  endroit inconnu où vous êtes décoré avec des éclats de verre et des  lumières chauffantes, alimentées par un câblage électrique défectueux  qui pourrait vous enflammer à tout moment .. Tel est le sort d’un  arbre de Noël. Tout cela est fait en plus au nom de Jésus, comme si  Jésus était le genre de personne qui irait dans la forêt et trancherait  un... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,