samedi 2 janvier 2010

Mon cœur, sans en rien perdre, s'est fondu en amour dans tous les cœurs

Paris, 26 février 1881 Cher bien-aimé, mon cœur qui t'adore depuis quarante-huit ans, s'est multiplié dans tous les cœurs qui pensent et qui aiment, et les hommages que tu reçois aujourd'hui sont ceux que je t'ai donnés depuis le premier baiser que j'ai mis sur ta bouche jusqu'à aujourd'hui. Mon cœur, sans en rien perdre, s'est fondu en amour dans tous les cœurs ; et toute cette admiration attendrie, tout cet enthousiasme délirant qui accourent vers toi des quatre points de l'horizon, ne sont que les manifestations recueillis de... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 1 janvier 2010

la faim de découverte : "on les jugeaient dignes de découvrir le monde".

Non, l'école ne leur fournissait pas seulement une évasion à la vie de famille. Dans la classe de monsieur Germain du moins, elle nourrissait en eux une faim plus essentielle encore à l'enfant qu'à l'homme et qui est la faim de découverte. Dans les autres classes, on leur apprenait sans doute beaucoup de choses, mais un peu comme on gave les oies. On leur présentait une nourriture toute faite en les priants de vouloir bien avaler. Dans la classe de monsieur Germain, pour la première fois ils sentaient qu'ils existaient et qu'ils... [Lire la suite]
Posté par bichau à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 1 janvier 2010

Lorsqu'on touche au fond de la détresse, la vie exige bien d'autres qualités.

Des conditions de vie semblables ne suffisent apparemment pas à produire des êtres humains semblables. Parmi ceux qui échouent sur cet aride pan de lande de cinq cent mètres de large sur six cents de long, on trouve aussi des vedettes de la vie politique et culturelle des grandes villes. Autour d'eux, les décors de théâtre qui les protégeaient ont été soudain empotés par un formidable coup de balai et les voilà, encore tout tremblants et dépaysés, sur cette scène nue et ouverte aux quatre vents qui s'appelle Westerbork. Arrachées à... [Lire la suite]
mercredi 30 décembre 2009

seul le savoir qui mène à la sagesse vous apporte le bonheur, et non celui qui mène au pouvoir.

  Amour, Dieu, vie intérieure : Ah, nous avons tout cela en nous : Dieu, le ciel, l'enfer, la terre, la vie, la mort et les siècles. Les circonstances extérieures forment un décor et une action changeants. Mais nous portons tout en nous et les circonstances ne jouent jamais un rôle déterminant : il y aura toujours des situations bonnes ou mauvaises à accepter comme un fait accompli, ce qui n'empêche personne de consacrer sa vie à améliorer les mauvaises. Mais il faut connaître les motifs de la lutte qu'on mène, et commencer... [Lire la suite]
Posté par bichau à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 30 décembre 2009

Aimer est une bonne chose, c'est le critère et l'épreuve ultimes.

Aimer est une bonne chose, car l'amour est difficile. Que deux êtres humains s'aiment, c'est sans doute la chose la plus difficile qui nous incombe, c'est une limite, c'est le critère et l'épreuve ultimes, la tâche en vue de laquelle toutes les autres ne sont que préparation. C'est pourquoi les jeunes, débutants en toutes choses, ne savent pas encore pratiquer l'amour : il faut qu'ils l'apprennent. De tout leur être, de toutes leurs forces concentrées dans leur cœur solitaire, inquiets, dont les battements résonnent, il faut qu'ils... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 29 décembre 2009

Un prix Nobel qui prisait les drogues...

Les drogues peuvent changer toute la façon d'être d'une personne. Cela n'est pas forcément mauvais. Toutes les cultures ont leurs drogues, grâce auxquelles le quotidien est embelli et grâce auxquelles les fêtes deviennent plus festives, plus joyeuses, plus cultuelles et peut-être plus sublimes. Les drogues sont bonnes quand on les utilise dans une optique culturelle. Comme utilisateur de drogues expérimenté, on peut citer par exemple le pharmacologue Otto Loewi, qui en 1936 avait reçu le prix Nobel comme découvreur du... [Lire la suite]
Posté par bichau à 18:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 28 décembre 2009

Une pensée à tous les oubliés de la terre.

C'est Noël chez mes petits-enfants, les cadeaux ne sont heureusement pas tous pour eux ! En ces jours de liesse et d'abondance, je voudrais envoyer mes pensées les plus profondes à tous les oubliés de la terre : ceux qui sont seuls, personnes âgées dans leur maison de retraite ou chez elles, enfants abandonnés en famille d'accueil ou orphelinats, personnes sans domicile ou ayant perdu leurs repères. Enfin, ceux qui, n'ayant pas rencontré l'âme soeur vivent ces fêtes comme une épreuve. Parce que leur amour a été baffoué, qu'il ne... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 27 décembre 2009

Un monde sans âme et sans espoir, qu'avons-nous fait de cette terre idyllique ?

Merci à cette inconnue pour ce très beau texte : Qu’avons-nous fait de notre monde ?Cette terre idyllique où les hommes avaient tout pour y être heureux ! Où sont passés, la simplicité, la solidarité, le bon sens, le cœur et le bonheur ? Plus de place pour l’essence pure de la vie !A l’heure du repas, par écrans interposés, des enfants sautent sur des bombes, innocentes victimes de la barbarie humaine. En prenant notre repas, nous les voyons déchiquetés et la vue d’autres enfants squelettiques et à l’agonie, est devenue si... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 25 décembre 2009

L'amour ne voit pas avec les yeux mais avec l'âme.

Nous sommes conçus pour progresser et non pour prendre nos aises, que ce soit dans les creux de vague ou dans les périodes fastes.   John Gardner
Posté par bichau à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 décembre 2009

Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation...

Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation, jurer ses grands dieux, se déclarer honnête homme, puis, au moment où l'on se rassure et où l'on rit de l'énormité en question, l'exécuter. On est dans son cercle intime ; il laisse entrevoir un projet qui semble, non immoral, on n'y regarde pas de si près, mais insensé et dangereux, et dangereux pour lui-même ; on élève des objections ; il écoute, ne répond pas, cède quelquefois pour deux ou trois jours, puis reprend son dessein, et fait sa volonté. Il y... [Lire la suite]
Posté par bichau à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,