jeudi 27 décembre 2012

Pensées du jour :

"La même honte qui me retint m'a souvent empêché de faire de bonnes actions, qui m'auraient comblé de joie, et dont je ne me suis abstenu qu'en déplorant mon imbécillité." Jean-Jacques Rousseau "Nous gagnerions plus de nous laisser voir tels que nous sommes, que d'essayer de paraître ce que nous ne sommes pas." La Rochefoucauld
Posté par bichau à 11:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 30 août 2010

Toujours d'actualité : "l'art d'aimer" d'Ovide.

"Je sais et je sens que faire du bien est le plus vrai bonheur que le cœur humain puisse goûter."             Jean-Jacques Rousseau   L'art d'aimer C'est l'art avec lequel la voile et la rame sont maniées qui permet aux vaisseaux de voguer rapidement, l'art qui permet aux chars de courir légèrement : l'art doit gouverner l'Amour. [...]  Une beauté sans apprêt sied aux hommes. [...] C'est par la simple élégance que doivent plaire les hommes : que leur peau... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 13 août 2010

que la réputation qu’on acquiert auprès des sages se mesure sur le bien que l'on fait aux hommes.

La paix perpétuelle Je n'oserais répondre, avec l'abbé de Saint-Pierre : que la véritable gloire des princes consiste à procurer l'utilité publique et le bonheur de leurs sujets, que tous leurs intérêts sont subordonnés à leur réputation ; et que la réputation qu’on acquiert auprès des sages se mesure sur le bien que l'on fait aux hommes ; que l'entreprise d'une paix perpétuelle, étant la plus grande qui ait jamais été faite, est la plus capable de couvrir son auteur d'une gloire immortelle, que cette même entreprise, étant aussi... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 2 janvier 2010

Pour moi je traîne et souffre plus patiemment dans ma solitude, que quand j'étais obligé de grimacer devant les importuns...

Lettre A M.V... A l'Hermitage le 4 avril 1757. Votre lettre, mon cher concitoyen est venue me consoler dans un moment où je croyais avoir à me plaindre de l'amitié, et je n'ai jamais mieux senti combien la vôtre m'était chère. Je me suis dit : je gagne un jeune ami ; je me survivrai dans lui, il aimera ma mémoire après moi ; et j'ai senti de la douceur à m'attendrir dans cette idée. Il est vrai, mon ami, que j'espérais vous embrasser ce printemps, et que je compte avec impatience les minutes qui s'écoulent jusques à ma retraite... [Lire la suite]
Posté par bichau à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,