mercredi 10 juillet 2013

C'est être fou de croire qu'on sort d'un combat avec le respect du droit humain.

...Le peuple, dis-tu ! Le peuple, c'est toi et moi, nous nous en défendrions en vain... Le peuple féroce ? Non ! il n'est pas bête non plus, sa maladie actuelle est d'être ignorant et sot. Ce n'est pas le peuple de Paris qui a massacré les prisonniers, détruit les monuments et cherché à incendier la ville. Le peuple de Paris, c'est tout ce qui est resté dans Paris après le siège, puisque quiconque avait la moindre aisance s'est empressé d'aller respirer l'air de la province et embrasser la famille absente après les... [Lire la suite]

lundi 10 juin 2013

"Je serai jusqu'à ma dernière heure du parti des victimes contre les bourreaux."

" Je te l'ai déjà dit : Les révolutions ne sont pas des lits de roses. Ce sont au contraire des lits d'épines. " Sand 1848 ...Le 8 mars (1848), George Sand écrit à Charles Poncy. "J'ai le coeur plein et la tête en feu. Tous mes maux physiques, toutes mes douleurs personnelles (elle vient de perdre sa petite fille) sont oubliés. Je vis, je suis forte, je suis active, je n'ai que vingt ans." L'amour vieillissait George, la politique la rajeunit. Chacun trouve sa fontaine de jouvence où il peut, et sa source d'oubli. Le 17 mars elle... [Lire la suite]
jeudi 6 juin 2013

"Cette insigne faveur que votre coeur réclame, nuit à ma renommée et répugne à mon âme."

Ce monde sans mystère, sans suggestion, ces gens qui parlent au téléphone dans la rue, inattentifs à ce qui les entourent, rivés à eux-mêmes, ces écouteurs sur les oreilles pour ne rien voir de l’imprévu, de l’inattendu, du différent, ces « confessions » publiques et publiées, cette apothéose du « moi » infantile et sans intérêt, ce cucul porté aux nues du sentiment le plus positif, ce manque de profondeur, de vrai intérêt pour l’humain, ce « zapping », ce « surf », cet égoïsme, cette désolante... [Lire la suite]
Posté par bichau à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 17 novembre 2010

On est en possession de certaines joies intimes et pures qui sont bien l'idéal de celui qui les savoure.

" Le seul bonheur que Dieu nous ait accordé et dont on puisse oser, sans folie, lui demander la continuation, c'est de sentir qu'au milieu des accidents et des catastrophes de la vie commune, on est en possession de certaines joies intimes et pures qui sont bien l'idéal de celui qui les savoure. Dans l'art comme dans la philosophie, dans l'amour comme dans l'amitié, dans toutes ces choses abstraites dont les événements ne peuvent nous ôter le sentiment ou le rêve, l'âge ou l'expérience prématurée nous apportent ce bienfait de nous... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 3 novembre 2010

Pensées...

" Dès qu'un esprit commence à penser, il cherche à acquérir des connaissances et se nourrit de tout ce qui lui tombe sous la dent " " Dieu qui voit nos larmes à notre insu, et qui, dans son immuable sérénité, nous semble n'en pas tenir compte, à mis lui-même en nous cette faculté de souffrir pour nous enseigner à ne pas vouloir faire souffrir les autres. " George Sand
Posté par bichau à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 23 décembre 2009

Citations de George Sand et Vincent Van Gogh

"Commettre une faute et ne pas la corriger, c'est la vraie faute." Confucius  "Le bonheur, c'est-à-dire l'acceptation de la vie quelle qu'elle soit.""C'est à nous de déblayer nos nuages.""L'absence et la mort ne diffèrent pas beaucoup donc, on ne se quitte pas, on se perd de vue, mais on sait bien que n'importe où, on se retrouvera."“ La vie est une longue blessure qui s’endort rarement et ne se guérit jamais. ”     George Sand Correspondance, t. VI, p. 807"Lasse de creuser les autres et moi-même, j'ai dit un beau... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 23 décembre 2009

La source la plus vivante du progrès de l'esprit humain, c'est la notion de solidarité.

Mon siècle a fait jaillir les étincelles de la vérité qu'il couve ; je les ai vues, et je sais où en sont les foyers principaux, cela me suffit. J'ai cherché jadis la lumière dans des faits de psychologie. C'était absurde. Quand j'ai compris que cette lumière était dans des principes, et que ces principes étaient en moi sans venir de moi, j'ai pu, sans trop d'effort ni de mérite, entrer dans le repos de l'esprit. Celui du cœur ne s'est point fait et ne se fera jamais. Pour ceux qui sont nés compatissant, il y aura toujours à aimer... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,