dimanche 30 septembre 2018

Prisonnière des mollah : "Avant de la connaître, je n'avais jamais pensé que ma langue natale était particulière..."

C'est à Mme Mohammadi, mon professeur de littérature, que je dois l'amour de ma langue. Avant de la connaître, je n'avais jamais pensé que ma langue natale était particulière. Je la parlais, c'est vrai, et elle me permettait d'aller de A vers B par des chemins détournés mais, jusqu'alors, sa beauté m'était restée cachée. Mme Mohammadi était tellement imprégnée de cette langue qu'elle en avait pris les couleurs chatoyantes. "Ecoutez-moi", disait-elle, avant de lire l'une des préfaces du Gulistan ("Le Jardin des roses") de Saadi : ... [Lire la suite]

dimanche 30 septembre 2018

"Les petits riens ne sont jamais insignifiants, la beauté foisonne dans l’infime."

L’amour se nourrit de choses si petites qu’on ne les voit pas toujours. Un artiste a corrigé ça ! "Les petits riens ne sont jamais insignifiants, la beauté foisonne dans l’infime." , a écrit Sylvie Germain. Et elle avait raison. Concernant l’amour, on a parfois tendance à négliger les petits riens qui devraient éveiller nos coeurs. C’est pourquoi un artiste a décidé de rendre hommage à ces instants simples mais magiques qui, si on y prend garde, alimentent le bonheur au quotidien. <img... [Lire la suite]
Posté par bichau à 08:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,