dnjf5wxw4aiaob9

Cette citation de Marcel Proust devrait guider nos réflexions s’agissant des jihadistes occidentaux ayant quitté leur pays pour rejoindre les rangs des égorgeurs en Irak ou en Syrie. A l’heure où les terroristes sont bientôt privés de territoires, les ressortissants européens se souviennent de leur patrie et l’appellent à l’aide. On pourrait s’étonner de voir ces hommes et ces femmes réclamer la clémence de ces pays qu’ils se proposaient aux heures de gloire d’envahir pour y planter le drapeau noir du califat. Rien de surprenant toutefois, les intéressés n’étant courageux que dans la victoire et comme celle-ci leur échappe désormais, ils fuient la queue entre les jambes.

Bien évidemment, cette vermine n’est coupable de rien. Les combattants du califat n’y sont allés que pour aider les populations civiles, secourir les blessés voire servir de chair fraîche aux terroristes en mal de sexe mais bien sûr au grand jamais pour y commettre quelque exaction que ce soit. Compte tenu de leur altruisme, ces rebuts de la société réclament de leurs pays qu’ils mettent tout en œuvre pour les rapatrier, admettant éventuellement d’y être jugés pour avoir eu la bienveillance mal orientée.

Ce qui est grave, c’est que la plupart des nations concernées, à commencer par la Suisse, vont faire de leur mieux pour donner suite aux supplications de ces terroristes qui, après avoir beaucoup exercé couteau en main, se trouvent désormais du côté de la lame. Le poète ne pensait sans doute pas aux fous d’Allah lorsqu’il prononça les mots figurant en titre mais ils conviennent fort bien à la situation actuelle. Toute générosité sera interprétée à raison par les bénéficiaires comme une nouvelle faiblesse démontrant clairement que la vision chrétienne donc humaniste qui est la nôtre doit être combattue au nom du Prophète. Ne nous y trompons pas, les terroristes ont trouvé tout seuls la route de l’Etat islamique où ils ont fait pis que pendre. Qu’ils y restent et soient jugés par les autorités locales, par ces hommes et ces femmes qui ont vécu l’enfer islamiste. Nul doute que là-bas, le châtiment sera à la hauteur de leurs crimes. Un terroriste mort sur place est un terroriste qui ne tuera pas ici.

Yvan Perrin lesobservateurs.ch 

source

France : Collomb avoue que près de la moitié des djihadistes revenus de Syrie sont en liberté !!! Mais rassurez-vous, tout est sous contrôle !!!

Environ 240 djihadistes sont revenus en France depuis 2012 a déclaré Gérard Collomb, ce jeudi 26 octobre. Problème, seuls 130 d'entre eux sont en prison.                 

Quel aveu ! Ce jeudi 26 octobre, Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, était interrogé par la sénatrice centriste Nathalie Goulet sur le retour de djihadistes partis en Syrie et en Irak. "Plus de 240 majeurs et plus de 50 mineurs, dont la plupart ont moins de 12 ans (…) sont revenus depuis 2012 sur le sol français", a-t-il indiqué rapporte l'AFP, avant de préciser que depuis 2015, les femmes, les hommes majeurs et les "quelques mineurs combattants" étaient systématiquement placés en garde à vue.

54 % des "revenants" en prison

Mais Gérard Collomb a aussi effectué un état des lieux chiffré. Environ 130 de ces djihadistes "revenants" sont en prison (54 %) a-t-il expliqué, avant d’avouer que les autres étaient en liberté et faisaient seulement "l'objet d'un suivi administratif" ou "judiciaire". Pour autant, le ministre de l'Intérieur a jugé que le "problème" était "parfaitement pris en charge aujourd'hui en France".

Sur un millier de Français partis en zone jihadiste irako-syrienne, environ 300 y ont trouvé la mort, a indiqué le ministère de la Justice en juin. Quelque 700 adultes (dont 300 femmes) s'y trouvaient encore, avec 400 enfants. Le groupe jihadiste État islamique a depuis perdu beaucoup de terrain en Syrie et surtout en Irak, au terme de combats qui ont décimé ou dispersé une partie de ses troupes.
Sur le même sujet