le-printemps-de-prague

Les peuples des pays de l’Est nous font la leçon !

Ils nous montrent qu’ils sont des peuples fiers de leur identité et attachés à leurs valeurs.

Des valeurs qui leur sont d’autant plus chères que le communisme est venu tenter de les détruire !

Mais, nos élites, qui devraient s’inspirer de leur résistance, les toisent du haut de leurs certitudes et les condamnent sans procès !

Ce matin, sur RTL, Eric Zemmour a joué au professeur d’histoire et leur a expliqué pourquoi leur Histoire passée explque leur comportement d’aujourd’hui :

Yves Calvi : En République tchèque, les élections ont donné une large victoire à un mouvement populiste. Cela intervient après la victoire d’une droite, très à droite, en Autriche …

Eric Zemmour : Cela s’appelle une série ! La République tchèque vient après l’Autriche, qui vient après la Pologne, qui vient après la Slovaquie, qui vient après la Hongrie !

  • Mêmes élections qui tournent autour de la question migratoire et de l’islam.
  • Même victoire d’une droite qui les rejette sans états d’âme !
  • Même rapprochement électoral avec une extrême droite qui fait fi de tous les tabous issus de la seconde guerre mondiale.
  • Même bras de fer avec la Commission de Bruxelles qui dénonce les atteintes à l’Etat de droit.
  • Même mépris des médias européens contre les populistes.
  • Et même leçons de morale des dirigeants français et allemands !

Mais les mots ne veulent plus rien dire !

On les croit hostiles au libéralisme. On les dit « illibéraux » … Mais ils sont en réalité d’autant plus pour l’économie de marché qu’ils ont, eux, connu les ravages du système communiste. On les appelle eurosceptiques, mais ils sont d’autant plus favorables à l’Europe que leur entrée dans l’Union leur a donné, d’office, le droit de se glisser sous le parapluie américain !

On peut le leur reprocher mais ils sont moins hypocrites que les Occidentaux qui, eux aussi, pensent que la défense européenne s’appelle l’OTAN.

Ces peuples rejettent un libéralisme qui serait obligatoirement libertaire, comme il l’est chez nous depuis mai 68. Ils refusent aussi des institutions européennes qui leur imposent, qui leur imposeraient, un quota de migrants ou le mariage gay ! Les joies de la diversité qui font le bonheur de la France, de l’Allemagne et de l’Angleterre, ne leur font nulle envie ! Ils ne veulent, ni des mosquées, ni du djihad !

Leurs parents ont vécu sous le joug communiste. Les Hongrois et les Tchèques ont connu les chars russes dans les rues. Les Polonais en ont eu peur ! Les Autrichiens furent longtemps tenus à une neutralité prudente et craintive. Ils connaissent le prix de l’indépendance nationale. Ils ne souhaitent pas remplacer Moscou par Bruxelles !

Les chars russes en 1968, pour le Printemps de Prague

Yves Calvi : L’Histoire expliquerait, selon vous, ces comportements politiques apparemment similaires ?

Eric Zemmour : Oui, l’Histoire, comme la politique, les rassemble. Tous ces pays étaient membres, avant la guerre 14-18, de l’empire des Habsbourg. Ils en ont connu la gloire et le déclin. Ils ont subi, dans les années 30, le drame des nations qui doivent vivre avec des minorités qu’on ne peut assimiler. Les Allemands en Tchécoslovaquie, les Hongrois en Roumanie. Ces pays ont retrouvé, en même temps que leur souveraineté, le bonheur des nations homogènes où la confiance règne, parce qu’on partage la même culture et la même Histoire.

Une Histoire qui a longtemps croisé la route de l’islam …

Contrairement à la France ou l’Allemagne, la Hongrie a été occupée trois siècles par l’empire ottoman et Vienne a subi deux sièges, dont le dernier remonte à 1683 ! Alors, c’est une troupe européenne, dirigée par un général polonais, qui repoussa l’envahisseur musulman. Le roi de France, Louis XIV, ne leva pas le petit doigt …

Trois siècles … C’était hier !

Eric Zemmour pour RTL

source