4053913158_2

LA BANQUE NATIXIS FACE A LA JUSTICE (10 ANS DE RETARD)  Vs  FRANCOIS FILLON (1 JOUR DE RETARD) 

Regardez bien:  "La banque d'affaires Natixis a été mise en examen dans le cadre d'une procédure ouverte en 2010 et qui vise deux communiqués diffusés au second semestre 2007, soit au début de la crise dite des "subprimes" qui mènera un an plus tard à la faillite de Lehman Brothers".

C'est pas beau ça  ???... Un jour après les révélations du Canard Enchaîné, la famille Fillon, elle, a vu les juges leur tomber dessus...

Dans la grande arnaque des banques (où les sommes manipulées sont parfois 1 million de fois plus élevées, quand même, que celle de Fillon) curieusement, les juges et/ou le parquet financier ne sont pas très pressés pour instruire les dossiers et passer à l'acte.

Natixis a bénéficié de 10 ans de retard, Fillon à peine 1 jour.

Mais on vous dit que la Justice est indépendante....

Bien sûr, c'est évident !

Soyez rassurés, "La mise en examen ne questionne que l'information diffusée par Natixis dans deux communiqués de 2007, et ne remet en cause ni sa communication ultérieure, ni sa communication antérieure". "Cette crise (des subprimes ndlr) a constitué, pour Natixis comme pour toutes les banques, une situation sans précédent, dont il était alors impossible d'anticiper les conséquences en chaîne" ... "Natixis considère avoir fourni au public, en toute sincérité, les informations dont elle disposait sur ses expositions, au fur et à mesure de l'identification des risques sous-jacents", ajoute enocre l'établissement, qui avait dû procéder à une augmentation de capital massive en 2008", lire ici Europe 1.

Quand vous lisez "avait dû procéder à une augmentation de capital massive en 2008", cela veut dire qu'elle avait explosé en plein vol, mais chuuut, Sarkozy a pris l'argent des Français, votre argent, pour renflouer cette banque de faux-jetons.

Dans tous les cas, cela nous montre bien à quel point la police financière française est aux ordres des politiques. Tous ceux qui ont été ruinés en faisant confiance aux pseudo-analystes de la Natixis en sont pour leur frais.

Presse par Pierre Jovanovic ©  www.jovanovic.com