pole

Aurélie Barbot, Auxerroise de 27 ans, a commencé le 6 février une grève de la faim pour faire valoir son droit de travailler.

Mariée et mère de deux enfants de 2 et 6 ans, elle gagne en effet moins d'argent depuis qu'elle a retrouvé un emploi à plein temps que lorsqu'elle restait chez elle à garder ses enfants. La perte des aides sociales ne lui permet plus de joindre les deux bouts.  Alors, quand elle ne travaille pas, elle campe devant la mairie d'Auxerre avec des pancartes portant le slogan « je veux avoir le droit de travailler. »

La Caf et la mairie d'Auxerre m'ont dit mot pour mot : 'vous êtes bêtes d'aller travailler'.