soros_george
Nouveau malaise sur le média de désinformation BFMTV : Le journaliste André Bercoff confirme les propos d’Evelyne Joslain qui affirmait quelques heures plus tôt sur BFM TV que les manifestants anti-Trump étaient financés par George Soros.
 

Propos d’Evelyne Joslain (spécialiste des Etats-Unis) : « Les manifestants anti-Trump sont payés par Soros. Ca devient un job lucratif d’être manifestant anti-Trump. »
 
 
Soros aurait financé plus de 50 organisations partenaires de la marche anti-Trump du 21

 
George Soros, le milliardaire mondialiste de triste notoriété, a menacé publiquement de « démolir le Président Trump ».

Il a aussi affirmé à l’assistance du Forum économique mondial de Davos, que le Nouvel Ordre Mondial fait les préparatifs nécessaires pour anéantir complètement tous les projets de Trump.

S'adressant à un public rassasié lors de son dîner annuel au Forum économique mondial de Davos, Soros a conseillé aux grandes multinationales de remettre à plus tard leurs activités aux USA, jusqu'à ce qu'il ait mis fin à la présidence Trump – ou bien d’en assumer les conséquences.

Interrogé sur les conseils qu'il donnerait aux entreprises qui se préparent au choc de la nouvelle présidence, il a dit : « Je m'en tiendrai aussi loin que possible. »

Gestionnaire de fonds spéculatifs et criminel condamné, devenu célèbre pour avoir gagné un milliard de dollars en pariant sur la dévaluation de la livre en 1992, Soros aurait perdu près d'un milliard de dollars à cause du ralliement du marché boursier à Trump, après sa victoire.

M. Soros a attribué la poussée des marchés à la promesse de M. Trump de réduire la réglementation et les taxes, mais il a dit aux zélites réunies au Forum économique mondial, que le bon temps sous Trump ne durera pas.
Soros a dit qu'après l'arrivée de Trump – en moins de 24 heures –, « la réalité prévaudra. »

16195761_10154347554337183_6645705844945203373_n


Quelques poulinières anti-Trump et pour le respect des femmes... C'est vrai que lors des viols de Cologne, elles étaient du coté des violeurs immigrés... Va comprendre Charles !

Les réactions de pure hystérie que l’élection de Donald Trump a suscitées suffiraient presque à notre bonheur.

Un malaise s’empare des passants qui tombent nez à nez avec des femmes quarantenaires en train de réaliser une chorégraphie sur une parodie de la chanson « C’est la ouate » de Caroline Loeb. Prétendant lutter contre l’élection de Donald Trump grâce aux pouvoirs de la « chatte », ces Montpelliéraines sont exemplaires d’une époque qui a réduit la contestation politique à des événements grotesques, pseudo festifs et à côté des enjeux réels.
Si les manifestations contre l’investiture de Donald Trump étaient mondiales, elles furent aussi anecdotiques partout où elles ont été organisées.
Aux États-Unis, les protestataires, ouvertement féministes, ont même touché le fond en se couvrant de voiles islamiques…
 L’artiste qui avait réalisé le poster « Hope » pour la victoire de Barack Obama, de son nom Shepard Fairey, a d’ailleurs réalisé une autre œuvre pour l’occasion.
Cette fois-ci, il entendait discréditer Donald Trump.
Comme on pouvait s’y attendre, il l’a pris par le plus petit bout, jouant sur les minorités et les tensions communautaires, en représentant notamment une femme couverte d’un hijab aux couleurs du drapeau américain.
La campagne “We the people” restera donc circonscrite à des mouvements marginaux, type “Black Lives Matter”.
Tête de proue des manifestantes, l’activiste Linda Sarsour est une musulmane pratiquante, présidente de l’Association des Arabes américains de la ville de New York et proche des Frères musulmans, lesquels sont désormais menacés d’être placés sur la liste des organisations terroristes aux États-Unis. Lire la suite

 

Soros a financé la ridicule marche féministe "pink pussy hat" à Washington aujourd'hui

* Des femmes qui portent une "touffe de poils roses" comme symbole féministe? Vraiment? Comment se fait-il que toutes ces femmes aient accepté de porter ce ridicule "chapeau de chatte", supposé faire allusion au mot "chatte" prononcé par Trump il y a 10 ans, et prétextant dénoncer ses propos sexistes et sa désinvolture? Les femmes se rassemblent et s'indignent de l'arrivée au pouvoir du nouveau président parce qu'il a de la difficulté à retenir sa langue et sa salive devant une femme, et elles ont probablement raison de craindre sa bave, mais elles ne s'indignent pas lorsque les médias américains annoncent que des cliniques d'avortement financées par l'État, Planned Parenthood, vendent des "organes frais" de fœtus avortés sur le marché noir?
 
Le "National Health Service" (NHS) américain veut récupérer plus de fœtus mort-nés, ou ayant des malformations fatales, pour récolter leurs organes 
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2016/03/le-national-health-service-nhs.html

Des fonctionnaires de l'organisation américaine de planification familiale Planned Parenthood, qui prône l'avortement, et de l'industrie de l'avortement disent clairement devant une caméra cachée que des organes "frais" de bébés avortés, dont les yeux, le coeur et les testicules, sont vendus sur le marché noir

Come on!
C'est forcément "l'esprit de troupeau" et le marketing "mind control" de Soros qui a motivé ces centaines de milliers de femmes à faire partie de cette marche aujourd'hui, je ne vois pas d'autre explication à cette humiliation du féminisme (mouvement autrefois progressiste, aujourd'hui devenu un mouvement d'enragées qui ne se comprennent même pas entre elles!).
source