La gifle

Sortie en salle du mercredi : « La gifle 2 » avec Manuel Valls

À Lamballe, communauté des gens de Bretagne, un remake du Pinoteau « La gifle » sort sur les écrans.

Avec Nolan L., 18 ans, dans le rôle de Lino le catcheur et Manuel Valls, 55 ans, dans celui d’Adjani, l’enfant espiègle.

Le remake 2017, c’est l’inversion générationnelle. Décidément ces jeunes d’aujourd’hui ne respectent plus rien.

En son temps, en 1974, le film symbolisa la génération tête à claque. Manuel Valls a 12 ans, l’âge de cette génération. L’histoire l’a rattrapé (Manuel Valls naît en 1962, il est baptisé à Barcelone par le père Ventura, ça ne s’invente pas).

Gifle, claque, tarte, torgnole, taloche, mornifle, chiquenaude, baffe, mandale, qui n’a pas pris la sienne dans son adolescence boutonneuse, et sans broncher, en plus !

Là, l’affaire est grave, c’est Marianne qui est giflée, par la joue républicaine dépositaire des Valeurs de la République, de son plus grand voyageur représentant placier, urbi et orbi.

Certes, il y a des précédents nombreux. Rappelez-vous : en 2002, François Bayrou avait donné une claque à un enfant qui essayait de lui faire les poches durant la campagne présidentielle. À l’époque, les Français avaient salué une marque d’autorité. Nul doute alors que Nolan aura fait preuve d’autorité, les mêmes causes produisant les mêmes effets ?

Eh bien non, à l’inverse, l’action du jeune Breton est humiliante : le candidat passe pour une personne fragile, qui ne peut se protéger. Pour l’ancien premier flic de France, c’est une gifle au sens propre comme au sens figuré.

C’est sans compter les entartrages de Noël Godin, le gloupier, qui peut se glorifier, à son palmarès, entre autres, d’un Chevènement et de huit BHL.

Et enfin, comble de l’extrême violence, une chemise déchirée, celle du directeur des ressources humaines d’Air France Xavier Broseta.

On vit dans une société d’une immense brutalité pour nos pauvres hommes politiques.

Manuel Valls gifle Bretagne

Si Manuel Valls n’a pas été « blessé », cette gifle est tout de même considérée comme une « violence » selon la Justice.

Cependant, il n’y a pas eu d’incapacité temporaire de travail (ITT) explique Patrick Elghozi, bâtonnier de l’ordre des avocats de Saint-Brieuc. Quel dommage, quand ça veut pas, ça veut pas.

Espérons que la femme, qui a été plaquée avec Nolan par le garde du corps n’ait pas été blessée. Il semble que cela n’intéresse personne.

Le jeune sauvageon encourt de la prison. Souhaitons lui la grâce présidentielle.

Comme autrefois les lansquenets, Manuel Valls aurait pu chanter :
« Que me font insultes et horions, faïlala…
   Qu’il freine donc s’il l’ose mon ascension grandiose »

Manuel Valls n’a rien d’un chevalier, son ascension est compromise. Il n’ira pas sur le pré, relever le gant, mais plus prosaïquement devant les tribunaux de la République.

source Michel Lebon

ignace_valls_gifle_bretagne-tv_libertes

France Inter - Un auditeur à Manuel Valls: "La claque, on est 66 millions à vouloir te la mettre!" - Ecoutez

En janvier 2015, Manuel Valls déclarait qu’il fallait s’habituer à vivre avec le terrorisme. En janvier 2017, il porte plainte contre ce jeune de 18 ans qui l’a giflé pour «ne pas laisser passer un acte de violence». Les attentats qui font des centaines de morts, il faut nous y habituer, mais lui encaisser un soufflet semble au-dessus de ses forces. 
source

Revenant sur la petite gifle essuyée en Bretagne, Manuel Valls y voit un coup de « l’extrême droite » et porte plainte. Le candidat à la primaire de gauche dénonce la violence, « d’où qu’elle vienne ». Pourtant, lorsqu’il était ministre, Manuel Valls ne manquait pas une occasion d’ordonner aux forces de police de faire usage de la violence contre les défenseurs de la famille mobilisés contre la loi Taubira. Le même Valls aimait aussi aligner des forces de police en nombre et casquées pour interdire un simple spectacle de l’humoriste Dieudonné. Drôle de non-violent, ce Manuel Valls…

sans-titre

Une gifle, ça se merite non ?

Résultat de recherche d'images pour

Ainsi donc l'ex-premier ministre a reçu une petite baffe et aussitôt le monde de s'arrêter pour commenter l’événement. Et bien moi aussi, je vais commenter, y a pas de raison ! Valls est à Lamballe, en campagne pour être Président, va au contact de la foule, comme il aime si bien le dire, passe devant un jeune homme et se prend d'icelui une petite baffe de rien du tout. Ce n'est pas bien ! Oui, oui, donner une baffe à quelqu'un ce n'est pas bien, surtout dans un pays qui a interdit la fessée. La violence n'est pas admissible. On aurait pu en rester là.
Sauf que n'est pas Valls qui veut ! Alors notre matador catalan, il a décidé d'instrumentaliser le truc comme il sait si bien le faire. Rendez-vous compte, la joue de Valls était encore toute rosée qu'on savait déjà que le prénommé Nolan serait un autonomiste-régionaliste breton, probablement d'extrême droite et qu'il pratique la quenelle comme personne. C'est dire la nauséabonderie du jeune homme: tout pour déplaire. Valls qui est la douceur même se devait néanmoins de réagir et il le fit aussitôt en décidant de porter plainte. On ne s'attaque pas impunément à un symbole. " Je suis un symbole " qu'il a dit sur France Inter et de se poser en défenseur de la démocratie: " Vous trouverez toujours des individus qui veulent empêcher la démocratie. Moi, je n’ai jamais eu peur du contact avec mes compatriotes, je suis courageux. Rien, rien ne m’arrêtera ". Carrément, il a dit ça. S'attaquer à lui, c'est en quelque sorte s'attaquer à la démocratie, " La violence est inacceptable en démocratie "; au nom de la démocratie et du respect que l'on doit au symbole qu'il serait, Valls contre-attaque et porte plainte. Vaillant combattant ! Mon con, oui ! 

Parce que question violence, d'un tout autre type de violence, celle qui se cache derrière la légalité et la fonction, Valls n'est quand même pas un tendre. N'est-ce pas lui qui fit embastiller pendant quelques heures ou plusieurs jours de simples militants de la manif pour tous ? N'est-ce pas lui qui fit gazer des familles qui ne demandaient qu'à manifester paisiblement contre le mariage zinzin ? N'est-ce pas lui qui fit interpeller des gens dont le seul tort était de porter des sweat-shirts frappés du logo LMPT ? N'est-ce pas lui qui, aussi ivre de colère que violent dans le propos pointa du doigt les bancs de la droite à l'Assemblée en hurlant " Le retour du terrorisme, c'est vous " ? 
valls-49 3

Inacceptable la violence ? Dans notre démocratie ? Soit mais pourquoi doit-on alors la subir au quotidien cette violence sans que lui, alors Premier Ministre, n'intervienne ? Quoi de plus violent que le chômage, la précarité, les bonnets rouges qui mettent à feu et à sang une région, les gens du voyages qui privatisent, et de quelle manière, une autoroute ou une gare SNCF, les trente et quelques morts par arme à feu à Marseille en 2016, les attentats et son cortège de morts et de blessés, la jungle de Calais, etc... La violence d'un ex premier ministre qui nous demande de nous habituer au terrorisme... Valls ne serait-il pas en fait, d'une certaine manière, le symbole de la violence inouïe de ce quinquennat qui s'achève ? C'est une bonne baffe à la violence sous toutes ses formes que nous attendions, c'est Valls qui l'a reçu, n'est ce pas un juste retour des choses ?
 
" Il y a toujours des individus qui veulent empêcher la démocratie de s'exprimer. Il y a ceux qui contestent la démocratie et ceux qui l'incarnent [comprendre, lui, Valls, pour incarner la démocratie], comme les hommes politiques. La démocratie ne peut pas être la violence." qu'il a déclaré Manu... il a raison, la démocratie ne peut être la violence, il en sait quelque chose, on l'a vu faire pendant plus de quatre ans.
Alors, oui, cette baffe, c'est pas bien mais ne l'a-t-il pas mérité ? Combien sommes-nous à ne pas avoir osé lui en mettre une quand il se démenait si bien pour en mériter plusieurs? 60 millions comme a osé le dire à Valls un auditeur de France Inter ce matin ?
Il nous parle de symbole et il a bien raison; cette baffe, c'est le symbole de ce que l'on ne respecte plus la classe politique. Cette baffe est le symbole d'une classe politique qui a laissé l'autorité et le respect filer à l'anglaise et qui par ses comportements fait que le pékin moyen ne respecte plus ceux qui sont supposés incarner l'autorité et la justice. A force de reniements, de compromissions, de mensonges, de comportements douteux et de promesses non tenues, les politiciens n'imposent plus le respect, ils nous donnent envie de les baffer. Il y a eu les enfarinages, les sifflets et les huées, le temps des baffes serait-il venu ?

 
Alors pour autant que fut inadmissible son geste, le jeune Nolan n'a fait que passer à l'action. Et c'est sans doute ce qu'il y a de plus remarquable dans cette histoire de gifle, Nolan était peut-être seul mais un peuple qui passe à l'action... il y a de quoi faire frémir nos dirigeants. Valls l'a sans doute bien compris.
 
NB: Entre nous soit dit, si il y en a quelques uns qui méritent de bonnes paires de baffes, ce sont les bodyguards de Valls parce qu'être à une dizaine et le laisser se faire gifler par un gamin...

Addendum: La justice peut être redoutablement rapide et efficace quand elle le veut. Nolan a été condamné cet après-midi à 3 mois de prison avec sursis, 105 heures de TIG et à verser 1 euro à Valls.