Peillon : plus c’est gros, moins ça passe…

 
Au concours de qui va le plus dézinguer le Parti socialiste, il raflerait en ce moment le premier prix.
À quelques semaines de la présidentielle, si Vincent Peillon n’existait pas, il faudrait l’inventer !
Au concours de qui va le plus dézinguer le Parti socialiste, il raflerait en ce moment le premier prix.
Après avoir comparé, sans rire, l’extermination des juifs sous Hitler « il y a quarante ans » (sic) avec la stigmatisation des musulmans de France, l’ex-ministre éclair de l’Éducation nationale nous entretient de sa vision de la gauche et de la droite : à gauche, c’est les gentils, à droite, c’est les méchants.
Jusque-là, rien de nouveau sous le soleil.

ob_ef0419_kak-democratie-election-2017-pirates-h

Mais attention, Peillon, le philosophe devant l’Éternel, argumente, c’est du lourd. Jugez plutôt.
« La gauche, c’est : “J’ai des droits, et je considère que si j’ai des droits – le droit de voter, le droit de me marier -, d’autres, même s’ils ont d’autres orientations, doivent avoir les mêmes droits.” La droite, c’est des gens qui considèrent qu’il y a des différences entre nous qui font que, par exemple, “si nous n’avons pas la même orientation sexuelle, moi j’ai le droit de me marier, lui n’a pas le droit de se marier. Il est noir ? Il n’a pas le droit de vote. C’est ça, notre histoire depuis deux siècles”. »
Heu… la droite de notre pays, empêcher les Noirs de voter ?

Il n’y va pas un peu fort, là, Peillon ?
Même le journaliste de TMC semble gêné aux entournures, c’est dire… Si si, « ils [les gens de droite] ont été contre le vote des Noirs dans l’Histoire ». Qui ? Quand ?
 Combien de temps ?
 Peillon n’en pipera mot… et pour cause !
Finalement, dans son genre, il est excellent, ce Peillon.
Vieux briscard politicien et croire encore que « plus c’est gros, plus ça passe » !
 Il n’a pas saisi que, justement, ça ne passe plus.
« La religion catholique qui doit disparaître », les enfants qu’il faut « arracher à tous les déterminismes » – en clair, les soustraire à l’influence de leurs parents -, les musulmans qui ont au moins autant de droits que les non-musulmans mais qu’il assimile aux juifs qui étaient privés de tous.
 Et maintenant des assertions purement mensongères : cela commence à faire un peu beaucoup, coco.
Surtout qu’il y a des précédents.
 Prenez son second successeur, l’inoubliable Najat Vallaud-Belkacem.
Elle se targuait de reconnaître l’électeur de gauche au fait qu’il « parle exactement pareil à un chef d’entreprise du CAC 40 et à un chauffeur de taxi ».
Ah, ces socialistes et leur sens inné de la nuance !
 Soit dit entre nous, l’électeur de droite aussi, leur parle de la même manière.
 La preuve : lui, il ne tutoie aucun des deux…
Cette stratégie de communication toute manichéenne ne semble pas porter bonheur au candidat Peillon, qui stagne désespérément à la quatrième place dans les sondages pour la primaire de sa famille ?
 Qu’il n’en change surtout pas.
Que les socialistes, dans leur ensemble, ne changent surtout pas et suivent le mouvement : plus ce sera gros, moins ça passera.

source

Sans titre 1

Il est noir, il n'a pas le droit de vote'. C'est ça notre histoire depuis deux siècles".
Cet homme, qui prétend représenter le parti socialiste à l'élection présidentielle, m'insulte. Comme il a insulté hier les juifs, et avant hier les chrétiens. Cet homme est indigne.
Vincent Peillon a été ministre de l'éducation de ce gouvernement de gauche. Il est soutenu par des personnalités importantes comme le maire de Paris. Et il est donc candidat à une primaire organisé par un Parti Socialiste qui a maintenu comme président de l'Assemblée Nationale un Claude Bartolone qui avait également fait une campagne abjecte et insultante.
Je me demande comme la société pourra être apaisée et rassemblée. La droite répondra à ses insultes institutionnelles, comme elle a répondu aux déclarations ordurière de Bartolone aux régionales. Ca ne sera pas beau. Et le pays continuera à se fracturer, à se diviser.
Mais le philosophe opportuniste et parachuté Vincent Peillon aura été candidat. Lui qui n'honore pas son mandat de député européen. Il aurait mieux fait de rester dans son silence politique, car quand il est présent, il lui fait mal, à la politique. Inquiet pour la suite.
Vincent Peillon ou la campagne abjecte.

"Certains veulent utiliser la laïcité, ça a déjà été fait dans le passé, contre certaines catégories de la population. C’était il y a 40 ans, les Juifs à qui on mettait des étoiles jaunes. C’est aujourd’hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans qu’on amalgame souvent avec des islamistes" a-t-il déclaré, pointant notamment du doigt le "fascisme rampant" de Marine Le Pen.

Vincent Peillon, agrégé de philosophie
Invité de "L'Entretien politique", mardi 3 janvier sur France 2

C'est nouveau, ça ? Et merci au professeur Peillon de nous avoir enfin appris, après plus de 70 ans de ténèbres, que les nazis avaient imposé au juifs le port de l'étoile jaune au nom de la laïcité. Oui "plus de 70 ans", le professeur Peillon est non seulement nul en histoire mais aussi nul en calcul. Ce type brigue la magistrature suprême ! Un branquignol socialiste de plus...