Alep de l’est dévoile les horreurs des rebelles: des charniers, des mines, des engins explosifs et un arsenal énorme (vidéos) 

Après le départ des rebelles des quartiers est d’Alep, les horreurs qu’ils ont commises sont révélées au grand jour.

manar-09463900014827716881

« Des charniers contenant des dizaines de Syriens ayant été exécutés sommairement et ayant subi des actes sauvages de torture ont été découverts », a indique lundi le porte-parole du ministère de la Défense, le général Igor Konachenkov, selon lequel « la plupart ont été tués d’une balle dans la tête, beaucoup de corps ne sont pas entiers », selon l’agence russe Sputnik
L’un de ces charniers contenant 21 corps a été retrouvé dans les prisons administrées par les groupes terroristes dans les quartiers de Soukkari et Al-Kallassé.

img_11

Les « civils (ont été) exécutés par les groupes terroristes avant leur sortie des quartiers est de la ville d’Alep », a indiqué Sana dimanche soir.
Cité par l’agence, le chef du département des médecins légistes à Alep, Zaher Hajjo, a affirmé que « cinq enfants et cinq femmes » figuraient parmi les victimes. Ils ont été trouvés et ont été exécutés par balles à bout portant », a-t-il précisé.
Selon des sources syriennes, ces 10 victimes appartenaient à une même famille et voulait sortir des quartiers est.
Durant la dernière phase de la libération des quartiers est d’Alep, et qui était accompagnée par l’évacuation massive des civils, les miliciens ont liquidé de nombreux civils qui voulaient sortir et se rendre vers les quartiers loyalistes.

img_22

Au lendemain de la libération totale d’Alep, l’armée syrienne avait retrouvé les cadavres de 100 hommes également fraichement abattus: il s’est avéré que ces hommes sont des militaires syriens faits prisonniers qui ont été liquidés, soit par balle dans la tête soit par égorgement, quelques heures avant la départ des miliciens.
Pourtant il était convenu selon l’accord conclu qu’ils les livrent à l’armée syrienne.

Ces exactions seront dûment prouvées « pour que les protecteurs européens à Londres et à Paris des soi-disant opposants prennent conscience de qui sont leurs protégés et qu’ils reconnaissent leur responsabilité dans la cruauté » des rebelles. suite