Obama le petit versus Poutine le grand...

Obama, à trois semaines de son départ de la Maison Blanche, envenimant chaque jour un peu plus les relations entre les deux pays, expulse une trentaine de diplomates russes en représailles des attaques informatiques que la Russie auraient menées lors de la campagne présidentielle, pénalisant celle de l'Hillary.

Poutine lui répond en retour:

" Nous considérons les nouvelles mesures inamicales de l'administration américaine sortante comme une provocation visant à saper davantage les relations russo-américaines.
 Cet acte est manifestement contraire aux intérêts fondamentaux des deux peuples russes et américains.
Compte tenu de la responsabilité particulière de la Russie et des États-Unis pour la préservation de la sécurité mondiale, cet acte inflige des dégâts à l'ensemble des relations internationales.
Selon la pratique internationale en vigueur la partie russe a toutes les raisons pour une réponse adéquate.
Nous réservant le droit de prendre des mesures de rétorsion, nous ne tomberons pas dans la diplomatie irresponsable de bas étage et les prochaines étapes dans le rétablissement des relations russo-américaines seront construites au vu de la politique que mènera l'administration du président D.Trump.

Les diplomates russes de retour dans leur pays natal passeront les vacances du Nouvel An à la maison, entourés de leurs proches et leurs amis.
Nous ne créerons pas de problèmes pour les diplomates américains.
Nous n’expulserons personne.
Nous n'interdirons pas à leurs familles et à leurs enfants d'utiliser les lieux de vacances où ils passent habituellement les fêtes de fin d'année.
De plus, j'invite tous les enfants des diplomates américains accrédités en Russie au Kremlin, à l'Arbre de Nouvel An et l'arbre de Noël.
Il est regrettable que le président Obama achève son mandat de cette façon, mais, néanmoins, je lui souhaite ainsi qu'à sa famille une Bonne Année.

Je présente également mes meilleurs vœux au président Donald Trump, et à tout le peuple américain!

Je vous souhaite à tous bonheur et prospérité !

Vladimir Poutine, 30 décembre 2016 "

A mon grand regret et malgré tous les atouts dont il disposait, Obama aura été décevant de bout en bout.

source

99350246

Un avion présidentiel pour rapatrier les diplomates russes des USA

Un avion présidentiel pour rapatrier les diplomates russes des USA

© Sputnik. Vladimir Rodionov International17:07 30.12.2016
 
En difficultés même pour pouvoir acheter des billets retour pour Moscou, les diplomates russes ont reçu un soutien opportun du Kremlin, qui leur a accordé un avion du parc d’aviation présidentiel.
 
Le Kremlin a accordé un de ses avions spéciaux, destinés à transporter la première personne du pays, pour assurer le retour des membres des missions diplomatiques russes, expulsés la veille du Nouvel An des États-Unis par l'administration du président sortant Barack Obama.
 
« L'avion du parc d'aviation présidentiel Rossiya (La Russie, ndlr) du département de la gestion présidentielle, effectuera le vol pour assurer le chemin retour des diplomates et des membres de leurs familles ».
                       
Le 29 décembre, la Maison Blanche a expulsé 35 diplomates russes et a fermé deux missions diplomatiques.
Le président américain Barack Obama a qualifié les diplomates expulsés d'agents secrets.
source
 
Le président américain désigné Donald Trump... (Archives AFP, DON EMMERT)

Trump salue l'«intelligence» de Poutine.

Le président élu des États-Unis Donald Trump a salué dans un tweet aujourd'hui "l'intelligence" du président russe Vladimir Poutine moins de 24 heures après les sanctions prises contre Moscou par le président Barack Obama.

"Bien joué (de la part de V. Poutine) sur le report - J'ai toujours su qu'il était très intelligent!", a écrit le futur président américain. Donald Trump fait référence à la décision du président russe de ne pas répondre pour l'instant aux sanctions prises par Washington contre Moscou pour l'ingérence présumée de la Russie dans la campagne présidentielle américaine.

Donald Trump faisait référence à la décision du président russe de ne pas répondre pour l'instant aux sanctions prises par Washington, qui accuse Moscou d'ingérence dans la campagne présidentielle américaine. Le président Vladimir Poutine a créé la surprise aujourd'hui en décidant de "n'expulser personne", ne répondant ainsi pas à l'expulsion par Washington de 35 agents russes, contrairement à ce que proposait son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.
Donald Trump, qui a salué les qualités du président russe Vladimir Poutine et a nommé à son cabinet des responsables ayant des liens étroits avec le Kremlin, n'a cessé de répéter qu'il ne croyait pas aux accusations d'ingérence russe.
Il s'est abstenu toutefois jeudi de critiquer les sanctions de M. Obama, jugeant qu'il était "temps de passer à d'autres choses plus importantes". Il a précisé qu'il rencontrerait les chefs du renseignement américain "la semaine prochaine" pour faire le point sur cette affaire.