Sophia Aram : qui la chassera du service public de l’audiovisuel ?

Je boycotte le service public de l’audiovisuel depuis de nombreuses années et au premier chef France Inter – véritable repère de gauchistes. Il m’arrive de trouver des extraits d’émission, le plus souvent dénoncés par les sites de réinformations – renommés fachosphère par les médias !

C’est ainsi que j’ai pu écouter un billet de la pasionaria gauchiste Sophia Aram qui sévit sur France Inter et qui s’en prenait cette fois-ci aux Chrétiens et à la fête de Noël.

sophia-aram-qui-la-chassera-du-service-public

Reprenons quelques extraits de ce billet :

1 – Le Christ assimilé à un bébé éprouvette …

« Que l’on croit au Messie ou que l’on célèbre à sa façon la première insémination artificielle réalisée à partir d’un donneur anonyme …« 

Bon ! On passera sur le manque de respect contenu dans cette saillie pour cause d’humour ! Chacun en pensera ce qu’il voudra !

2 – « L’endive moisie » alias « Bobby le moisi » …

Arrivent très vite les insultes contre le maire de Béziers : « Ah … Robert Ménard … l’endive moisie de la régression biterroise … le pourfendeur des déjections canines et des enfants de chômeurs, l’éradicateur des repas halal dans les cantines scolaires [...] Bobby le moisi pour certains, Charles Martel pour les autres.« 

Pourquoi « endive » ? Parce qu’il est blanc ? Sophia Aram apprécierait-elle que quelqu’un la traite de « basanée rance » ?

3 – « Sa crèche, il peut se la carrer où il veut » …

Quand il s’agit d’attaquer la chrétienté, Sophia Aram n’a pas de limite  : « Robert Ménard aurait pu installer sa crèche dans son jardin [...] ou se la carrer où il veut … »

En clair, la crèche, premier symbole de la chrétienté, Robert Ménard peut se la carrer dans le cul ! (mille excuses, mais c’est ce que voulait dire l’auteur !

4 – un vocabulaire de charretier !

« Sa crèche, il a fallu qu’il la foute dans sa mairie, pour faire chier ! »

« foutre« , « chier » est-ce un vocabulaire digne de ce fameux service public de l’audiovisuel, censé être de qualité et montrer l’exemple à ces « cochonneries » de chaines privées et commerciales ?

5 – La laïcité à géométrie variable … mais qui la pratique ?

« Pour faire de la laïcité un concept à géométrie variable … Pour attiser du ‘touche pas à ma crèche !’ Pour cuisiner de la racine chrétienne de la France dans la casserole usée du ‘on n’est plus chez nous !’ Pour libérer les relents d’une laïcité toujours pas digérée comme on lâcherait un rot après un repas trop lourd … »

Oui, qui prône une laïcité à géométrie variable ? N’est-ce pas plutôt ceux qui bannissent le jambon des cantines scolaires, et proposent du halal ? N’est-ce pas ceux qui discriminent les femmes par des horaires spéciaux dans les piscines ? Et, dans le même temps, dénoncent l’installation des crèches dans les mairies !

En conclusion

creche-Menard

Après écoute de ce billet, les questions se bousculent :

  • Pourrait-on écrire un billet du même style en remplaçant le christianisme par l’islam et Noël par l’Aid-el-Kébir ?
  • Pourrait-on plaisanter sur les origines de Mahomet, alors qu’on a assassiné des journalistes qui l’avaient caricaturé ?
  • Pourrait-on proposer à Tariq Ramadan de se carrer un symbole sacré de l’islam dans le c .. l ?

Après un tel billet, combien d’heures mettraient les officines antiracistes du PS (SOS-Racisme, Licra et autre Ligue des droits de l’homme) à trainer l’auteur devant les tribunaux ?

Oui, c’est au kärcher qu’il  faudrait nettoyer les écuries d’Augias du service public de l’audiovisuel ! Où est la neutralité de cet organisme qui vit de notre redevance télé ? Quand on voit comment le pouvoir socialiste a repris en main tout le service de l’information sur France télévisions, on est en droit d’être inquiet à l’approche des élections présidentielles...

source

Illustration reprenant un dessin de Ixène

Cachez ces crèches que la bien-pensance ne saurait voir …

En ce lendemain de Noël, je publie un billet de Nicolas Dupont-Aignan paru dans Valeurs actuelles et traitant des polémiques autour de l’installation de crèches dans certaines mairies :

Pour le président de Debout la France, candidat à la présidentielle,
le Conseil d’État pratique assidûment la politique de l’autruche.

Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan

Le Conseil d’État vient d’écarter un grand péril pour la laïcité: les crèches de Noël. Que les bien-pensants se rassurent, ces arrêts n’empêcheront pas Anne Hidalgo de fêter chaque année la fin du ramadan à l’hôtel de ville de Paris, ni certains maires LR et PS de financer indirectement la construction des mosquées par les subventions aux associations et la mise à disposition de terrains publics, ni ces mêmes maires d’imposer des horaires distincts aux hommes et aux femmes pour fréquenter les piscines publiques.

Le Conseil d’État jugeait en effet récemment de l’installation de deux crèches dans des bâtiments publics lors des fêtes de Noël, l’une à Melun, l’autre en Vendée. Il a interdit la première au nom du « principe de neutralité » et renvoyé la question de la légalité de la seconde à une cour d’appel en lui précisant toutes les conditions à respecter pour installer une crèche dans les locaux d’un service public. Par principe, selon le Conseil d’État, une crèche de Noël ne peut être installée dans un bâtiment public. Par exception, une crèche peut l’être si des « circonstances particulières » montrent « qu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse ». Toute crèche présente par nature un caractère artistique, culturel et festif, mais cela ne suffit pas au Conseil d’État, qui veut faire des crèches l’exception, en attendant de les voir disparaître tout à fait. Ces conditions sont en effet si drastiques que les interdictions se multiplieront jusqu’à ce que les élus abandonnent la partie.

Ces arrêts sont des décisions politiques, visant à nier les racines chrétiennes de la France et nos traditions, le droit n’est qu’un prétexte.

  • Un prétexte d’abord parce qu’en cent onze ans, depuis la loi de 1905, personne ne s’était avisé que les crèches de Noël portaient en elles-mêmes atteinte à la neutralité de l’État. On y voyait, à juste titre, une tradition dépourvue de tout prosélytisme.
  • Un prétexte ensuite parce que même les ayatollahs du droit et de la négation des racines qui siègent à la Cour européenne des droits de l’homme n’avaient pas osé juger que la présence permanente d’un crucifix dans toutes les salles de classe d’Italie constituait une prise de position de l’État italien en faveur de la religion catholique (arrêt Lautsi et autres c. Italie de 2011).

Cette décision du Conseil d’État aurait pu rester anecdotique si elle ne s’inscrivait pas dans la politique de nos pseudo-élites depuis quarante ans, politique qui consiste à détruire méthodiquement notre identité française tout en favorisant un communautarisme islamique de plus en plus envahissant.

Ainsi, le Conseil d’État a « jugé » cet été que toute interdiction du burkini constituait une « atteinte grave et  immédiate » à « une liberté fondamentale », tout comme il « jugeait » en 1980 que les étrangers polygames devaient pouvoir faire venir en France toutes leurs épouses et leurs enfants au nom du « droit à une vie familiale normale ».

Je n’accepte pas cette politique de l’autruche qui nous fait céder à un nombre croissant de revendications islamiques au nom d’une vision dévoyée des droits de l’homme, cette politique qui résulte de la faiblesse d’élus qui abandonnent la France au gouvernement de certains juges aussi sévères envers les uns que laxistes envers les autres.

La France doit réaffirmer le véritable sens de la laïcité, c’est-à-dire l’interdiction d’imposer ses convictions à l’État au nom d’une religion, non la condamnation des festivités de Noël.

Nicolas Dupont-Aignan pour Valeurs actuelles.

Dans ce billet, Nicolas Dupont-Aignan fait remarquer que jusqu’à, un passé récent, l’installation de crèches dans des lieux publics ne posait aucun problème. Mais alors, qu’est-ce qui a changé ? Y a t-il plus de crèches dans les mairies ? Probablement pas, beaucoup de maires ayant probablement abandonné cette tradition pour « éviter les problèmes » ou à des fins électorales …

Non, ce qui a changé, c’est la progression de l’islam en France. Et l’islam est protégé par la gauche ! Il ne faut pas provoquer les musulmans et donc ce sont aux Français de gommer leurs traditions …

Nous sommes de plus en plus nombreux à refuser cette négation de notre identité !