Milices à Beaumont-sur-Oise : la PARTITION est sous nos yeux

 
La ville de Beaumont-sur-Oise est plongée dans le chaos depuis la mort d’Adama Traoré.
 
 Plus précisément, le quartier Boyenval semble bien être en pleine partition.
 Des milices ont remplacé la police et même les pompiers sont chassés par les habitants qui éteignent eux-mêmes les incendies qu’ils allument.
 
80% des gendarmes ont demandé leur mutation
 
Selon Le Monde, pas moins de 80% des gendarmes à Beaumont-sur-Oise ont demandé leur mutation.
De grands renforts ont été déployés et ce sont jusqu’à 170 hommes qui quadrillent la ville pendant la nuit.
Toutefois, la présence est moins forte dans le quartier de la famille Traoré.
 
Une famille polygame de 17 enfants

À Boyenval, c’est le clan malien qui bat le pavé.
Le délinquant décédé est en effet issu d’une gigantesque famille de musulmans polygames : ils sont 17 enfants officiels, tous basés dans leur ghetto.
Un père pour quatre mères.
On peut imaginer que ce noyau n’est que le coeur de la famille Traoré : le quartier doit être infesté de cousins en tout genre.
Cet aspect tribal explique comment la situation a pu devenir si incontrôlable : des dizaines voire des centaines d’habitants sont liés à Adama par le sang.
En conséquence, ces spécimens mécontents de la justice française ont chassé les représentants de l’État hors de leur quartier.
 
Des milices d’Africains tiennent un quartier

Les gendarmes évitent au maximum de patrouiller dans Boyenval.
Tout au plus le traversent-ils rapidement en fourgonnette. 
La sécurité des habitants est désormais assurée par des milices d’Africains.