cugctu4wsaaw7sw

cydftldxuae7h1z

L’état islamique revendique l’attaque au couteau en Ohio. C’est marrant, les médias ont peu communiqué que c’était un musulman… Étrange.

Il a blessé onze personnes, dont une grièvement, en percutant d’abord plusieurs passants en voiture, puis en brandissant un couteau de boucher. Il a été abattu par un policier de l’université rapidement intervenu.

Le terroriste était un somalien  musulman pratiquant qui se plaignait de l’amalgame fait entre islam et terrorisme.

On rappelle que Trump a demandé un arrêt total de l’immigration musulmane pour des raisons de sécurité, ce qui horrifiait nos bien-pensants. Ainsi on peut aisément constater que le problème ne vient pas « de l’extrême droite » mais bien de la gauche et de son immense arrogance.

 

sans-titre

 

Interview du terroriste effectuée quelques mois auparavant par le journal du Campus “The Lantern”.

Un étudiant identifié comme Abdul Razak Artan avait fait l’objet d’un article du journal étudiant The Lantern au mois d’août. Il faisait état de sa foi musulmane et se plaignait de l’absence de salle de prière pour les musulmans sur le campus.

CyYQON2W8AAiHCZ

The Lantern :

Le texte ci-dessous est une citation directe d’Artan.

« J’ai juste été transféré de Colombus State. Nous avions des salles de prières, comme de vraies salles où nous pouvions aller prier parce que nous les musulmans devons prier cinq fois par jour.« 

De vraies victimes persécutées.

« Il y a le Fajr, qui est tôt le matin, à l’aube. Puis Zuhr dans la journée, puis Asr dans la soirée, à peu près là maintenant. Et puis Maghrib, qui est exactement au crépuscule, et puis Isha la nuit. Je voulais prier Asr. Je veux dire, je suis nouveau ici. C’est mon premier jour. Cet endroit est énorme, et je ne sais même pas où prier. »

« Je voulais prier à l’air libre, mais j’étais effrayé avec tout ce qui se passe dans les médias. Je suis un musulman, ce n’est pas comme ce que les médias dépeignent que je suis. Si les gens me regardent, un musulman priant, je ne sais pas ce qu’ils vont penser, ce qui va se passer. Mais je ne les blâme pas. Ce sont les médias qui mettent cette image dans leur tête, donc il vont juste l’avoir et ça, ça va les faire se sentir mal à l’aise. J’étais assez effrayé là maintenant. Mais je l’ai juste fait. J’ai compté sur Dieu. Je suis allé vers le coin et j’ai seulement prié. »

Donc, Atran affirmait être un musulman pacifique injustement victime de l’image médiatique des siens, trois mois avant de commettre lui-même un acte terroriste.

source

A3169E6DAF2D4F05A5A3889A8B0C51CD1