Il faut revenir aux fondamentaux de la société humaine: pas d’organe de pouvoir séparé du peuple, égalité et travail commun...

Nouvel Ordre Mondial: La tyrannie des accords de « partenariat » trans-atlantique et trans-pacifique et le rouleau compresseur capitalo-fasciste…

« De manière plus appropriée, le fascisme devrait être appelé ‘corporatisme’/’entrepreneurialisme’ car il est la fusion du pouvoir de l’État et de l’Entreprise ».
~ Benito Mussolini ~

11_19r-2-5f3eb

Si ces partenariats passent… La grille de contrôle totale sera presque refermée, ils passeront ensuite à une société fasciste globale sans argent liquide, tout en paiement électronique avec puçage RFID et la grille de contrôle globale sera mise en place avec la dernière étape: privatisation des forces de sécurité. Plus de police nationale, CRS, gendarme pour contrôler les foules en colère: des robots, drones et des mercenaires. Blackwater et DynCorps dans les rues de Paris et Marseille pour mater les manifestants et les déporter dans des camps de « rééducation et de travail forcé ».

Il serait temps d’arrêter de se tromper de combat. Arrêter le NOM c’est arrêter l’empire, seul empire de l’histoire sans terre et en profiter pour abolir État et institutions obsolètes, place à l’auto-gouvernance et l’autogestion. La société n’a aucunement besoins de l’État et du parasitisme entrepreneurial ambiant pour fonctionner correctement. Il faut revenir aux fondamentaux de la société humaine: pas d’organe de pouvoir séparé du peuple, égalité et travail commun pour l’intérêt commun. Pour ce faire, il nous faut changer d’attitude et refuser de consentir à notre mise perpétuelle en esclavage. 

Les “partenariats” trans-antlantique et trans-pacifique ne sont qu’une mise sous tutelle corporatiste complète et globale 

Paul Craig Roberts

source 

tafta4-1024x924

Comme je l’ai déjà souvent dit, le but de ces “partenariats” est de donner aux grosses entreprises transnationales une immunité contre les lois des pays avec lesquels elles font des affaires. Le principe de mécanisme de cette immunité est de donner aux corporations en question le droit de traîner des gouvernements et des agences gouvernementales en justice si ceux-ci avaient en place des lois et/ou réglementations qui empièteraient sur les profits des entreprises. Par exemple la France interdit véhémentement toute forme de nourriture génétiquement modifiée (OGM), sous le partenariat trans-atlantique ceci représentera une réglementation empiétant sur les profits corporatistes. (NdT: imaginez le lobbyisme des Monsanto, Syngenta, Novartis, BASF etc.. derrière cela)

Les “partenariats” mettent en place des “tribunaux” gérés par les entreprises et ce en dehors du système judiciaire des gouvernements souverains. Ce sont dans ces tribunaux privés entrepreneuriaux que se tiendront les audiences. En d’autres termes, les entreprises seront à la fois juge, jurés et procureur. Elles ne peuvent pas perdre. Les “partenariats” mettent en place des gouvernements secrets ne rendant compte à personne et qui ont des pouvoirs supérieurs aux gouvernements résultant des élections.

03_06r-2-6ed75

Vous pouvez légitimement vous demander combien de fric les représentants des pays qui ont “passé en accéléré” ce système furent payés par les entreprises/corporations et de combien seront les pots-de-vin pour que ces accords soient approuvees par les législateurs. Quand vous verrez les officiels gouvernementaux américains, britanniques, allemands et autres s’agiter en faveur de la règle corporatrice, vous saurez alors que tous et toutes ont été grassement soudoyés pour ce faire.

Peter Liley, ministre du commerce et de l’industrie dans le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher et actuellement député conservateur au parlement britannique a pris la peine de lire le traité trans-atlantique et a averti contre. En tant que politicien, il ne peut pas trop en dire, mais il vous donne l’image. Ici un rapport d’Eric Zuesse: http://www.strategic-culture.org/news/2016/04/09/british-conservative-breaks-ranks-opposes-ttip.html

Aucun représentant de quelque gouvernement que ce soit qui possède le moindre gramme d’intégrité et de patriotisme n’approuverait ces accords et aucun corps législatif qui ne soit pas complètement corrompu abandonnerait son pouvoir et sa fonction à des entreprises/corporations transnationales.

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Tafta : un danger pour les politiques locales ?

tafta

Négocié en secret, le traité transatlantique (dit «Tafta») permettrait de multiplier les investissements du fait d’un nouveau modèle politico-juridique. Citoyens et élus craignent néanmoins un impact sur le pouvoir politique, à travers notamment l’impossibilité d’édicter des normes protectrices.

Le traité prévoit en effet un mécanisme juridique dit « investisseur-Etat » qui donnerait à toute entreprise américaine investissant dans un pays européen le droit de réclamer devant un tribunal d’arbitrage privé des dédommagements financiers de la part d’un État dont une nouvelle loi, ou une norme, seraient de nature à porter atteinte à aux profits actuels ou envisagés de l’entreprise contrariée.

(source : collectifstoptafta.org/)

02_02-2-8e09e

 

Posté par bichau à - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Il faut revenir aux fondamentaux de la société humaine: pas d’organe de pouvoir séparé du peuple, égalité et travail commun...

Nouveau commentaire