République de copains, République de coquins

CGT : Thierry Lepaon recasé par le gouvernement

Selon "Le Monde", l'ancien syndicaliste va être nommé à la tête de l'Agence de lutte contre l'illettrisme. Elle sera transformée pour qu'il soit rémunéré.

Thierry Lepaon, l'ancien patron de la CGT, a trouvé un point de chute après être resté un an sans emploi, payé par le syndicat.

Thierry Lepaon, l'ancien patron de la CGT, a trouvé un point de chute après être resté un an sans emploi, payé par le syndicat. © AFP/ PATRICK KOVARIK

Tout ceci est normal, moral et éthique car nous sommes en France pays ou les syndicats sont des mafias, les syndicalistes des mafieux et les politiciens des parrains…

ob_5b1975_francois-hollande-et-thierry-lepaon-47

C’est un petit scandale de plus dans la République des amis de François Hollande : le gouvernement vient de trouver un point de chute à Thierry Lepaon, l’ancien secrétaire général de la CGT débarqué du syndicat après le scandale de la rénovation de son bureau pour plus de 60 000 euros puis de son appartement de fonction pour plus de 100 000 euros. Malgré son éviction, Thierry Lepaon est toujours payé par la CGT, et ce, depuis plus d’un an. Miracle : l’homme va être « parachuté à l’Agence nationale contre l’illettrisme », selon le Canard enchaîné, qui reprend l’information du blog de Michel Noblecourt sur Le Monde. « Problème, ajoute l’hebdomadaire : le président de ladite agence ne touche aucune rémunération. Solution : le gouvernement a décidé de la transformer en une Agence de la langue française, dont le président sera rétribué ! »

La structure actuelle donne pourtant toute satisfaction. « Les acteurs de terrain, directement concernés, ne trouvent rien à reprocher à l’actuelle Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, qui présente l’avantage de ne pas coûter cher, n’employant que 12 personnes pour un budget annuel de 1,2 million d’euros, dont 600 000 euros de subvention d’État. Elle a même reçu il y a peu les compliments de la Cour des comptes », explique Europe 1. Le gouvernement envisage donc de faire coexister dans un premier temps les deux structures, qui auraient des missions plus ou moins identiques…

Le conseil des ministres devrait également nommer Stéphane Lardy, un responsable de Force ouvrière (FO), à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). De quoi calmer ces deux syndicats qui ont bruyamment fait part de leur mécontentement face au projet de loi El Khomri ? Rien n’est moins sûr. Pour Europe 1, si le gouvernement est intervenu pour le « recaser », c’est bien sur fond de mobilisation contre la loi travail : Thierry Lepaon recasé, c’est un signal de bonne volonté envoyé au syndicat. Le Canard y voit en tout cas, non sans une note d’humour, la preuve que « le gouvernement n’est pas sectaire »… (source : LePoint.fr)

source