Privilège de Christiane Taubira : combien il coûte à l’Etat
Quand vous savez, que Merkel qui est la femme la plus puissante du monde, n'a que...2 gardes du corps, tout est dit !

Un peu plus d’un mois après son départ du ministère de la Justice, l’ancien garde des Sceaux jouit toujours d’un privilège accordé à son ancien statut. Une sorte de faveur octroyée par l’exécutif.

Il y a un peu plus d’un mois, Christiane Taubira quittait le gouvernement, en désaccord avec la ligne gouvernementale mais surtout en opposition frontale avec la déchéance de la nationalité.

"Parfois, résister c’est rester, parfois résister c’est partir", avait-elle déclaré avant de s’envoler vers d’autres aventures. Mais si depuis, l’ancien garde des Sceaux a plié bagages et a laissé le ministère de la Justice à Jean-Jacques Urvoas, elle a emporté dans ses cartons ses gardes du corps.

A lire aussiChristiane Taubira : de retour de Guyane, que va-t-elle faire maintenant ?

"Au moins jusqu’à l’élection présidentielle"


En effet, dans un indiscret du Point, on apprend qu’en quittant la place Vendôme, elle a gardé ses quatre officiers de sécurité. Une petite faveur de l’exécutif car ce privilège post-ministériel est seulement accordé aux anciens présidents de la République, Premiers ministres et ministres de l’Intérieur, qui ont le droit d’être protégés à vie par des fonctionnaires de la place Beauvau.

Contacté par l’hebdomadaire, le ministère de l’Intérieur explique que cette protection rapprochée n’est que temporaire, et durera "au moins jusqu’à l’élection présidentielle".

                   
Privilège de Christiane Taubira : combien il coûte à l’Etat               

Même si elle n’est plus ministre depuis un mois, Christiane Taubira profite encore d’un privilège dont le coût est estimé à plusieurs milliers d’euros chaque année pour l’Etat. 

Le 27 janvier dernier, Christiane Taubira donnait sa démission au président. Mais si elle ne fait plus partie du gouvernement depuis plus d’un mois, l’ancienne garde des Sceaux profite cependant encore d’un privilège auquel sa fonction de ministre lui donnait droit. Selon les informations du Point, elle serait en effet toujours protégée par quatre officiers de sécurité. Une faveur accordée par l’exécutif et qui est d’ordinaire réservée aux anciens présidents, Premiers ministres et ministres de l’Intérieur.

2301466-focus-wide

Près de 300 000 euros par ans


Et ce privilège a un coût. Toujours d’après l’hebdomadaire, chaque policier coûterait 71 879 euros par an à l’Etat. Ce qui ferait un total de 287 516 euros annuels, toujours à la charge de l’Etat. Une somme qui promet de faire jaser. Il revient à "ceux qui prennent la décision (de m’) attribuer cette protection", s’est défendue Christiane Taubira, auprès du Point. L’ancien ministre a ensuite souligné la nécessité de cette protection rapprochée en lâchant : "Vous prenez les officiers de sécurité pour du décor ?". De son côté, le ministère de l’Intérieur a indiqué que ce privilège serait maintenu "au moins jusqu’à l’élection présidentielle".
C'est peut-être une goutte d'eau dans le budget de l'état, mais il y a tellement de gouttes d'eau qu'on arrive à remplir des fleuves
Ces politiques n'ont aucune honte, aucune morale et se servent allègrement sur la bête (nous pauvres cons-tribuables)
Ils cherchent désespérément de l'argent dans nos poches, pour continuer de le gaspiller à leur bénéfice et celui de leurs protégés et affidés.
Ils feraient bien de prendre exemple sur les démocraties du nord de l'Europe, où de pareilles pratiques feraient scandale et en plus seraient punissables d'inégibilité à vie (même les ministres en exercice n'ont ni garde du corps, ni voiture  avec chauffeur, ni logement de fonction  etc...)
Mais en France, on vous dit, c'"est l'état qui paie, comme si c'était gratuit, sans savoir que via l'état c'est le con-tribuable qui paie (- de 50% de la population en a conscience)