La "poutinophobie", un signe de respect et… d'envie

Les médias occidentaux se plaisent à diaboliser le président russe, mais toute personne sensée est parfaitement consciente qu'il s'agit d'une manifestation de jalousie et d'une tendance à inventer un ennemi en vue de mobiliser l'opinion publique.

"Les tentatives d'intimider le public en diabolisant Poutine, dont l'image est utilisée par la propagande occidentale avec les pires connotations possibles, finissent à la longue par susciter du respect pour le président russe", écrit le site d'information polonais Obserwator Polityczny.

"La véritable raison du «Poutine bashing» réside dans l'envie et l'admiration qu’il suscite", affirme le média.

"De nombreux responsables politiques occidentaux aimeraient pouvoir gouverner de la même manière que le président russe, et de nombreux pays souhaiteraient — tout au moins en partie — être gouvernés de la sorte", constate le site d'information.

"Par conséquent, Vladimir Poutine n'est vraiment pas un objet de haine, mais plutôt un objet de désir, d'admiration et de jalousie", affirme Obserwator Polityczny.

Vladimir Poutine (ONU)
©                     AP Photo/ Seth Wenig

Si Vladimir Poutine dirigeait l'Union européenne, il n'y aurait eu ni crise provoquée par l'afflux de migrants, ni problèmes liés au Brexit, ni polémiques au sujet des "normes de la démocratie" en Pologne. Avec un leader comme lui, l'Union européenne serait devenue une organisation complètement différente, une association de pays que beaucoup aimeraient voir s'instaurer. 

"Nous entendons des affirmations présentant Poutine comme un «mal absolu» parce qu'il bombarde des enfants en Syrie, ce qui augmente le flux de réfugiés se dirigeant vers l'Europe", écrit le magazine, ironisant que "les Russes doivent avoir des avions très performants pour cibler uniquement des enfants".

Mais si cela ne suffit pas, la présence médiatique de Poutine gagne en ampleur au point d'empêcher les Européens de l'oublier un instant. A cet effet, on fait appel à la "propagande du Kremlin", notamment à la chaîne de télévision RT dont l'audience internationale est telle que ses rivaux sont contraints d'inventer des raisons artificielles pour contrer son impact. En Allemagne par exemple, on est même allé jusqu'à ouvrir une enquête pour établir si le renseignement russe n'utilisait pas la presse locale pour manipuler l'opinion publique. 

En fin de compte, s’amuse le magazine, "Poutine est devenu la cause de tous les fléaux et de toutes les calamités. Il pleut. Qui est à blâmer? Poutine, bien entendu. Pas directement, mais il est fort probable que les Russes soient pour quelque chose dans les hautes couches de l'atmosphère. Telle est la logique. Et elle marche", souligne le média polonais.

"Même un observateur superficiel, en voyant les saletés déversées sur Poutine, finit par se demander: «Pourquoi? Qu'a-t-il fait de si mauvais?» Et alors, toute la faute de Poutine se résume à ceci: il défend les intérêts de la Russie", conclut Obserwator Polityczny.

Lire la suite : ici

ob_5d1de5_tafta13

Les Etats-Unis veulent affaiblir l’Europe en la coupant de la Russie.

Selon l’universitaire et homme politique français Henri Temple, "la révolte est inévitable". Elle permettra de reconstruire une autre Europe, fondée sur les nations, dont la Russie.

Les Etats-Unis cherchent à dominer l’Europe en empêchant notamment les pays de l’ouest du continent d’entretenir des liens avec la Russie, a déclaré à l’agence Sputnik l’universitaire, avocat et homme politique français Henri Temple, auteur du livre "Théorie Générale de la Nation"

"Les Etats-Unis ne veulent pas d'une Europe forte, prospère, unie, partenaire de la Russie, qui serait un concurrent redoutable", estime l’expert.

"Ils essaient de la diviser chaque fois que possible (crise de l'ex-Yougoslavie, entrée de la Turquie, crise de l'Ukraine), de l'affaiblir ou de l'enfermer dans des constructions qu'ils manipulent (OTAN, OMC, FMI-BM, et à présent le projet de Traité transatlantique)", a précisé l’intellectuel français.

En outre, Washington tente de dominer l’Europe "juridiquement et intellectuellement (conception du droit, de l'économie et de la finance), et d'infiltrer ses dirigeants et ses "élites" par ses réseaux (Goldman Sachs, Bilderberg, Forum, Fondations, CIA, proximité entre anglophones)". 

M. Temple estime que l’Europe est désormais à la croisée des chemins.

"Les mêmes causes vont continuer à produire les mêmes effets: une monnaie inadaptée, l'ouverture  incontrôlée des frontières, la captation politique par Bruxelles, la castration des Nations, conduisent  les peuples d'Europe à toujours plus de paupérisation, de désindustrialisation, de chômage, de régressions démocratiques. La révolte est inévitable, qui permettra de reconstruire une autre Europe fondée sur les gens et les nations, dont la Russie", a-t-il indiqué.

Lire la suite ici