Marine LE PEN divulgue ce que les socialistes...

Pourquoi Diable le PS craint-il tant l’arrivée du FN à la présidence des régions Nord et PACA ?

On l’a vu, les têtes de liste socialistes du Nord-Pas de Calais et de PACA, Pierre de Saintignon et Christophe Castaner, contrairement à Jean-Pierre Masseret dans le Grand Est, ont accepté sans vraiment rechigner de retirer leurs listes pour le second tour des élections régionales qui aura lieu dimanche prochain.

Cette décision, présentée comme étant motivée par un héroïque sacrifice destiné à ériger le fameux « front républicain » à même de détourner par la magouille électorale la vague Bleu Marine qui a failli engloutir tout sur son passage dès le premier tour (plus de 40 % des votes pour Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen, rappelons-le), aura pour première conséquence la disparition totale, et pour cinq ans, du moindre élu socialiste à l’Assemblée régionale, dans ce qui fut les deux plus indéracinables, les plus puissants bastions du parti à la rose. Un bouleversement, un coup de Trafalgar politique encore totalement impensable, il y a ne fût-ce que cinq ans de cela ! Cinq ans ? Et bien oui tiens, justement, cinq ans… on va y revenir !

Et si, en réalité, il y avait d’autres motivations, nettement moins louables, nettement moins avouables même pour justifier, imposer ce hara-kiri électoral du PS et de ses fédérations, hier encore omnipotentes dans les deux régions concernées ?

Si cet « esprit de sacrifice » pour « sauver la République » face au retour « des heures les plus sombres … » (et vous connaissez la suite) avait en réalité des motivations plus terre-à-terre, et au fond nettement plus compréhensibles ? Si ces désistements, à même de permettre – peut-être – l’élection de Xavier Bertrand et Christian Estrosi, avaient été motivés avant tout par une tentative presque désespérée, avaient été conçus comme l’ultime moyen de sauver la mise à deux exécutifs socialistes, installés depuis plus de dix ans, avec tout ce que cela peut représenter de mauvaises habitudes, d’accommodements déraisonnables, d’entorse à la morale et de détournement du juste usage de la gestion publique ? Sauver la mise à deux exécutifs déjà maintes fois confrontés à la justice, pour des affaires de prévarication, d’emplois de complaisance, de détournement de fonds publics, j’en passe et des meilleures, comme par exemple avec les sordides affaires Kucheida (Nord) ou Guérini (PACA) ?

Si, loin d’être mis en œuvre pour sauver la République, ce désistement était donc en réalité plus simplement destiné… à sauver les meubles, à mettre la poussière des affaires et des comportements népotiques (voire mafieux) définitivement sous le tapis LR (lui-même pas franchement exemplaire avec – entre autres – l’affaire Bygmalion, l’argent du Qatar et de Kadhafi ou l’« arbitrage » Tapie), à éviter la justice et peut-être même la taule, grâce à un deal secret mais bien réel, passé avec les deux cuistres désormais restés seuls en lice face aux deux affreuses blondes fascistes du FN ?

Oui, il y a cinq ans, figurez-vous… Marine Le Pen, lors de la campagne des élections régionales (déjà !), avait lâché un Squd : magnéto ! 

Sympa, non ? Et vous noterez au passage que ne figurent dans cette liste que les « proches » dont les patronymes ont permis une identification évidente dès le premier coup d’œil ! Si l’on devait ajouter les cousins, les maîtresses, les jules, les potes, et j’en oublie… Dieu seul sait où cet « inventaire à la pervers » nous aurait conduits ! Peut-on adresser (au passage) une réponse plus définitive, plus cinglante à ceux qui ont le culot de reprocher au FN d’être une petite entreprise familiale qui vit sur le dos de la crise et des Français ?

Imaginez alors, avec l’accession à la Présidence du Nord-Pas de Calais et de la PACA, sur quelles informations explosives le FN pourrait demain mettre la main…

84558892_p

Alors, à votre avis : s’agit-il pour le Parti Socialiste et comme il le clame la main sur le cœur et la larme à l’œil de se sacrifier pour « sauver la République », ou s’agit-il en réalité et à tout prix d’empêcher le Front National de fouiller dans les tiroirs, d’ouvrir la boîte de Pandore du système PS mis en place durant tant d’années dans ces deux régions ?

Personnellement, je ne me pose pas véritablement la question, voyez-vous… et je suis prêt à prendre tous les paris : s’ils sont élus, et contrairement à ce qui se fait régulièrement lors d’une alternance politique, les deux têtes de gondole (si vous saviez comme j’ai eu envie d’écrire un autre mot !) de LR ne sortiront pendant cinq ans aucune casserole, ne dénonceront aucun scandale liés à la gestion socialiste des dix dernières années !

J’espère toutefois bien évidemment que la question que je soulève restera à jamais sans réponse : car cela voudra dire que, malgré ses basses magouilles, l’UMPS aura mordu la poussière. Et vous le savez bien, vous qui me faites l’amitié de me lire régulièrement, c’est tout le mal que je nous souhaite.

Marc LEROY – La Plume à Gratter

source

84558887_p