MM. Fabius et consorts, était-ce du bon boulot ?

Quelques heures après le carnage à Paris, alors que la presse mainstream redouble d’efforts et d’adjectifs pour tenter de qualifier cet acte de guerre, nous sommes en mesure de vous annoncer immédiatement qui sont les responsables de ce carnage. A l’heure où nous écrivons ces lignes, de fortes présomptions nous orientent vers le groupe extrémiste Daesh qui aurait revendiqué l’attaque. Que cette information soit confirmée ou non, que la paternité de cette boucherie soit imputée à Al-Qaida ou même aux services secrets syriens, peu importe. En effet, la responsabilité incombe avant tout à ceux qui ont voulu redécouper et se partager le Moyen-Orient comme on se partage un gâteau. La déstabilisation de cette partie du monde avec les deux guerres d’Irak en préambule, est la cause première et ce que nous constatons aujourd’hui en est la triste conséquence. Dans la lettre AIL N°6, nous étions explicite à ce sujet, en exhumant un texte vieux de plus de trente ans qui fait douter de la fatalité de l’événement. Pour ceux qui ne sont pas encore abonnés, nous citons in-extenso :
 
« Ces deux guerres d’Irak ont été la mise en place d’un plan géostratégique (anglo-israélo-américain et de façon plus large par le Club) à travers tout le Moyen-Orient et jusqu’en Afrique du Nord. La phase finale se déroule actuellement en Syrie et l’afflux de réfugiés  relève d’une planification en phase terminale qui a été curieusement décrite en 1985 par le « complotiste » Serge Monast dans un document que nous mettons à votre disposition. Nous nous permettons quand même de relever l’alinéa 5 tant il est d’une actualité criante.
 
Pour nous assurer à tout prix de la réussite d’une telle entreprise, faisons en sorte que nos Agents déjà infiltrés dans les Ministères des Affaires Intergouvernementales et de l’Immigration des États-Nations fassent modifier en profondeur les Lois de ces Ministères. Ces modifications viseront essentiellement à ouvrir les portes des pays occidentaux à une immigration de plus en plus massive à l’intérieur de leurs frontières (immigrations que nous aurons d’ailleurs provoquées en ayant pris soin de faire éclater, ici et là, de nouveaux conflits locaux). Par des campagnes de Presse bien orchestrées dans l’opinion publique des États-Nations ciblées, nous provoquerons chez celles-ci un afflux important de réfugiés qui aura pour effet, de déstabiliser leur économie intérieure, et de faire augmenter les tensions raciales à l’intérieur de leur territoire. Nous verrons à faire en sorte que des groupes d’extrémistes étrangers fassent partie de ces afflux d’immigrants ; ce qui facilitera la déstabilisation politique, économique et sociale des Nations visées. »
 
Que toutes celles et ceux qui prétendent aider à la démocratisation (forcée) de la Syrie en armant des « rebelles modérés » osent  affirmer, devant les victimes, que les auteurs de l’attentat à Paris n’avaient pas été armés par l’occident.
 
M. Fabius déclarait en 2012 que le Conseil National Syrien, associé à Al-Nosra (donc Al-Qaida), faisaient du bon boulot. Pour qui ? Pour Israël qui réclame déjà sa part du dépeçage de la Syrie par l’annexion du Golan et de son pétrole à son seul profit ? Pour nos chers amis qataris qui veulent vendre leur gaz à l’Europe via un gazoduc passant obligatoirement par la Syrie ? Cette gérontocratie saoudite, sponsor du terrorisme et accapareur du Yémen, ne sachant même plus ce qu’elle veut, tant elle possède ? Ou nos chers amis américains qui prétendent contrôler l’énergie dans le monde et son recyclage en pétrodollars ? 
Que cesse la comédie démocratique et la croisade des libertés ! Ce qui se passe au Moyen-Orient ne concerne que d’immenses intérêts économiques et géopolitiques, n’en déplaise au « philosophe de mes deux », comme disait le regretté Pierre Desproges.
 
Ces groupes qui règnent en Libye, sur une grande partie de l’Irak et qui tentent de prendre le pouvoir en Syrie, qui les a mis en place ? Leurs mains ruissèlent de sang mais ces exécutants qui tuent sont moins des assassins que ceux qui les paient et les arment.
 
L’hypocrisie se paye cash…malheureusement pas pour les responsables.
Nous avons mis des millions de familles à la rue dans le monde en renversant des régimes en place, certes pas les meilleurs, mais qui entretenaient à minima une stabilité dans leur pays. Hier, Mme Merkel se frottait les mains avec tous ses laquais européens  de l’arrivée de ces migrants qui allaient relancer la natalité et la main d’œuvre bon marché. Aujourd’hui, les mêmes ferment tous leurs frontières et veulent offrir des milliards à la Turquie pour parquer ces pauvres gens, car, ô surprise, des vilains terroristes modérés se sont glissés parmi eux. La France s’est crue plus forte que l’Amérique qui jusqu’alors ne voyait que ses ambassades subir les foudres du djihad. Flamby le flamboyant a sans doute oublié deux choses : il n’a ni l’armée, ni les services secrets capables de protéger ses citoyens et les frontières européennes sont aussi hermétiques qu’une passoire. La loi sur le renseignement fraîchement votée n’apportera aucune sécurité supplémentaire dans ce type de guerre.
Malheureusement, comme nous redoutions le modus operandis de l’importation du terrorisme, il reste aux services secrets français, prétendument en alerte maximum depuis l’attentat de Charlie Hebdo, d’expliquer comment les auteurs se sont introduits en France et comment un tel carnage a pu avoir lieu. Notre analyse il y a quelques semaines de cela reste d’actualité, car le pire reste à venir. » Les files interminables d’hommes arborant le V de la victoire ne laisse pas présager de personnes soulagées et reconnaissantes mais plutôt de ce que bien des médias ne peuvent plus cacher : il y a forcément des terroristes dans ce flot ininterrompu de migrants. Le chiffre importe peu, quand on a vu que Merah, à lui seul, a terrorisé une ville ou que dans l’affaire Charlie, ils n’étaient que trois.  »
Les familles des victimes pourront sécher leurs larmes sur les épaules de nos politiques lors du requiem national à venir et diffusé en mondovision, car la compassion est réservée aux champs des caméras et à la plus grande gloire de nos très chers maîtres qui nous aiment et nous protègent. Mais en aucun cas ces familles n’auront excuses ou explications. La presse leur ayant déjà expliqué qu’elles n’étaient que des victimes collatérales d’une guerre pour la liberté.
Denissto et David Bonapartian

12241045_677933845643431_4515128563049081084_o

source