4839198

--------------------------------------------------------------------------------------------------
Officiel : Le recours de l’ONAG et de SOLIDARITE GUYANE a été jugé irrecevable par la France !
--------------------------------------------------------------------------------------------------
Communiqué de Solidarité Guyane (4 novembre 2015 ) leur site http://www.solidarite-guyane.org :
IRRECEVABILITE : UN NOUVEL AFFRONT DE LA REPUBLIQUE AUX PEUPLES AUTOCHTONES DE GUYANE
Le sens des conclusions du Rapporteur public au Tribunal Administratif de Cayenne au recours de plein contentieux contre l'Etat des associations ONAG et ASG qui sera prononcée à l'audience du 05/11 à 9h : REJET DE LA REQUÊTE POUR IRRECEVABILITÉ.

h-20-2371709-1295086205

Communiqué de Solidarité Guyane du 5 novembre 2015 :
La décision définitive est repoussée au 19 novembre 2015 !
 
La réponse du Tribunal Administratif de Cayenne au recours de plein contentieux contre l'État des associations ONAG et ASG est différée. Cette affaire a été mise en délibéré à deux semaines, et la décision du Tribunal sera connue le 19 novembre prochain.
 
Source : https://www.facebook.com/Solidarité-Guyane-188389503599/?fref=nf
 
Mon commentaire :
Je suppose que l'administration locale veut probablement l'accord des instances parisiennes pour noyer le poisson, ne pas se mouiller… et être protégée en cas de révolte citoyenne et amérindienne… Lamentable est un mot faible pour ce cas de figure…
 
Rappel du dossier :
Le sens des conclusions du Rapporteur public au Tribunal Administratif de Cayenne avant le jugement du 5 novembre 2015 avait statué pour l'IRRECEVABILITÉ !
 
L'État français aura-t-il le culot de classer le 19 novembre 2015, ce recours en  IRRECEVABILITÉ ? Ce serait un véritable scandale…
Pour rappel l’ASG et l’ONAG ont formé un recours auprès de Monsieur le Préfet de Cayenne, en date du 23 décembre 2013, préalable à une action en responsabilité contre l’Etat français du fait de la carence fautive de l’Administration.
Par ce recours préalable, les requérantes ont enjoint à Monsieur le Préfet de prendre les mesures nécessaires afin de faire respecter les lois et règlements s’agissant, d’une part, de l’activité de sociétés d’orpaillage sur le territoire guyanais et, d’autre part, de la prévention et de la protection des atteintes à la santé des personnes et à l’environnement.
Conformément à l’article R. 421-1 du CJA, les requérantes ont formé un recours de plein contentieux, en date du 24 avril 2014, à l’encontre de la décision implicite de l’Administration devant le Tribunal administratif de CAYENNE.

1011217_862695_460x306

Réaction :
Le 4 novembre 2015,
Monsieur le Premier Ministre !
Suite à mon courriel du 27 octobre 2015 où je vous donnais à nouveau des informations au sujet des suicides en Guyane et d’un recours auprès du Tribunal Administratif de Cayenne pour (demain) le 5 novembre 2015, j’apprends que l’administration française a tout bonnement décidé de l’irrecevabilité de ce recours. Voilà bien une autre fausse note à la veille de #‎COP21 !
Je suis tout bonnement atterré par ce cynisme de l’État français qui a pollué et laissé polluer, pendant des décennies, les eaux de Guyane par le mercure pour l’extraction du minerai de l’or, provoquant des dégâts écologiques et sanitaires irréparables et qui continue de s’en laver les mains tout en poursuivant son plan de prédation et d’invasion territoriale sur une région qui appartenait aux Amérindiens depuis des siècles.
On regrettera le temps de l’ININI (1930-1946) où les France s’était contenté d’une prédation qu’au 20 km le long des côtes de cette portion d’Amérique du Sud et laissait tranquille le reste de ce territoire qui appartenait aux Amérindiens.
Recevez, Monsieur le Premier Ministre, mes salutations citoyennes franches, directes et militantes.
Pierre Sarramagnan-Souchier
initiateur avec des associations amérindiennes et des députés européens de la pétition présidentielle de 2010
pour sauver les derniers Amérindiens Wayana et Teko de Guyane Française.
Le site dédié à cette pétition : 
-----------------------
RAPPEL : L’ININI :
À cette occasion, on notera avec intérêt une progression de la prédation de la République française depuis l’époque de l’ININI :
Par rapport au territoire de l’ININI (1930-1946) qui était réservé aux Amérindiens, c’est une avancée sérieuse des prédateurs sur les territoires ancestraux des Amérindiens, puisqu’à l’époque, seul une surface de 20 km le long de la bande côtière était « occidentalisée » et avait autorisation d’exploitation… L’état français prédateur avançant inexorablement tel un rouleau compresseur… comme le pressentait en son temps Monsieur Claude Lévy Strauss. Et peut-être serait-il temps pour les Amérindiens, de revendiquer une indépendance sur leur territoire comme le firent les Kanak en Nouvelle Calédonie avant qu'il ne soit définitivement trop tard ? 
En lire plus sur le sujet :