S’il vous plaît retenez le nom de Kayla Mueller, esclave sexuelle du chef de l’Etat islamique.

Elle était occidentale, américaine et chrétienne. Une des nôtres donc.

rtr4q6hq

Tout a été dit sur l'esclavage sexuel pratiqué par les combattants de l'Etat islamique. Tout semble avoir été dit sur les manuels, très détaillés, qui codifient cette activité. Le prix. Ce qu'il est licite de faire. Avec qui c'est permis.

Des milliers de filles yézidis et chrétiennes ont connu, et connaissent, ce destin. On vous en a parlé et ici-même excellemment. Tout a été dit et rien n'est dit.

Des chiffres sans âme, un anonymat qui prive les victimes du respect et de la compassion qui leur sont dues. Puis de ces données abstraites et froides émerge soudain un nom : Kayla Mueller.

Parler d'elle c’est donner une identité à toutes les malheureuses dont les noms sont ignorés. Kayla Mueller avait 26 ans. Et ses photos montrent qu'elle était jolie. Elle travaillait pour un organisme humanitaire à Alep, ville martyre de Syrie, quand elle fut capturée par les djihadistes de l'Etat islamique.

Une prise de choix qui ne pouvait revenir qu'au chef suprême, l'émir al-Baghdadi. Elle fut torturée et violée pendant des mois. Elle est morte. Assassinée par son geôlier ? Tuée accidentellement, lors d'un raid américain ? Qu'importe. Mourir était peut-être, et hélas, ce qui pouvait lui arriver de mieux compte tenu de ce qu'elle subissait.

stream_img

Avec elle, et avec toutes les autres qui n'auront jamais d'identité, c'est nous tous qui sommes assassinés et souillés. Nous tous car ce qui lui a été infligé n'avait rien à voir avec ce qu'elle faisait mais avec ce qu'elle était : d'une autre religion que celle de son bourreau ! Que ceux qui sont croyants prient pour elle. Que ceux qui ne le sont pas cherchent les moyens de la venger. Kayla Mueller : retenez, s'il vous plaît, son nom. Et oubliez les niaiseries prétendument intelligentes qui se racontent sur l'Etat islamique: un groupe de cinglés et de monstres comme il n'en existerait nulle part ailleurs...

kayla2

Daesh n'a, hélas, rien d'exceptionnel. Les mêmes codes d'esclavage sexuel, avec les mêmes précisions, étaient en vigueur au sein du GIA algérien il y a une vingtaine d'années. Sauf que là il s'agissait de filles arabes décrétées hérétiques et non musulmanes car ne portant pas le voile. De la même façon les djihadistes de Boko Haram au Nigeria codifient l'usage qui peut être fait de leur butin féminin.

Il paraît que tout ca n'a rien à voir avec l'islam. Admettons. Mais ça a beaucoup à voir avec une tradition multiséculaire de razzias dont le but était de ramener le maximum d'esclaves pour les harems orientaux. Le passé est toujours nécessaire pour éclairer le présent. Quant à Kayla Mueller, délivrée par la mort, qu'elle repose en paix. Et nous ne nous reposons pas.             

source 

kayla_in_india

"Cette jeune femme était une activiste de la paix, qui soutenait la cause palestinienne et musulmane. Elle connaissait la région et les factions parfaitement."
kayla1_large
Les parents de l'Américaine Kayla Mueller, morte début février alors qu'elle était aux mains du groupe État islamique (EI), ont affirmé vendredi à la chaîne ABC avoir été informés par leur gouvernement que leur fille avait été violée par le chef du groupe djihadiste. Enlevée à Alep, dans le nord de la Syrie, en août 2013, Kayla Mueller, jeune humanitaire, est morte début février. Le groupe EI a affirmé qu'elle était décédée lors de bombardements menés par des avions de la coalition internationale.
Washington a contesté ces informations sans détailler les circonstances de sa mort. La chaîne américaine ABC News a rapporté vendredi, citant des responsables du contre-terrorisme, que la jeune femme avait été violée à plusieurs reprises par le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi. Des informations confirmées par les parents de Kayla Mueller, qui aurait eu 27 ans vendredi. "On nous a dit que Kayla a été torturée, qu'elle était la propriété de Baghdadi. Le gouvernement nous a dit cela en juin", ont déclaré Carl et Marsha Mueller.
D'après la ABC News c'est grâce aux interrogatoires d' Umm Sayyaf et de 2 adolescentes yazidies, que les abus sur l'otage américaine ont été connus. Des jeunes femmes qui étaient détenues dans la villa du chef jihadiste, Abou Sayyaf.

2015-08-13_110032-366x196