Le « logos » de Manolis Glezos au Parlement Européen face aux outrages de Martin Schulz.

a3a518d822e7afa8a43a47b835323b0f

Au Parlement Européen, Manolis Glezos a répondu en grec ancien et en latin au discours outrageux de Martin Schulz, en citant Euripide et Saint Thomas d’Aquin :

«Πρῶτον μὲν ἤρξω τοῦ λόγου ψευδῶς, ξένε, ζητῶν τύραννον ἐνθάδ᾽· οὐ γὰρ ἄρχεται ἑνὸς πρὸς ἀνδρὸς ἀλλ᾽ ἐλευθέρα πόλις. δῆμος δ᾽ ἀνάσσει διαδοχαῖσιν ἐν μέρει ἐνιαυσίαισιν, οὐχὶ τῷ πλούτῳ διδοὺς τὸ πλεῖστον ἀλλὰ χὠ πένης ἔχων ἴσον».

« Étranger, tu as débuté par une erreur, en cherchant un tyran dans ces lieux. Cette ville ne dépend pas d’un seul homme, elle est libre ; le peuple y commande à son tour, et les magistrats s’y renouvellent tous les ans; la prépondérance n’y appartient pas à la richesse, et le pauvre y possède des droits égaux ».

EURIPIDE,  LES SUPPLIANTES.

Traduction française : M. ARTAUD.

« Timeo hominem unius libri » « Je crains l’homme d’un seul livre.

Saint Thomas d’Aquin

par

Le gouvernement grec pourrait poursuivre Goldman Sachs

184_10_juillet-01-27781

Athènes étudierait la possibilité de poursuivre la banque pour avoir aidé la Grèce à maquiller ses comptes pour cacher sa dette à ses partenaires européens.

Le gouvernement grec d’Alexis Tsipras pourrait poursuivre la banque américaine Goldman Sachs dans l’affaire du maquillage des comptes grecs en 2001-2002 destiné à aider Athènes à rester dans l’euro. À lire la une du quotidien britannique The Independent de samedi citant des sources de bonne foi, les autorités grecques examinent la possibilité de saisir les tribunaux pour tenter de récupérer la commission colossale de plus de 600 millions de dollars (538 millions d’euros) gagnée par la filiale européenne de l’établissement new-yorkais sur cette transaction qui a aidé la Grèce à camoufler sa dette à ses partenaires européens. Ironie du sort, l’équipe Syriza serait conseillée dans ce dossier par… un ancien banquier de Goldman Sachs – dont le nom n’a pas été divulgué -, expert des dettes souveraines.

En traînant Goldman Sachs devant les tribunaux, Athènes suivrait l’exemple du fonds souverain libyen qui lui réclame 800 millions de dollars détournés sous le régime Kadhafi devant la Haute Cour de Londres.

En 2001-2002, dans la foulée de l’entrée de la Grèce dans l’euro, le gouvernement socialiste grec de Costas Simitis choisit Goldman Sachs pour l’aider à réduire le service de sa dette. Pourquoi refuser pareil mandat hautement rémunérateur, parfaitement légal, même s’il s’agit dans les faits d’enjoliver les comptes publics afin de dissimuler l’ampleur de ces déficits ? Une associée anglo-grecque du bureau de Londres, Antigone Loudiadis, experte des produits financiers complexes, met au point un mécanisme appelé « credit derivative swaps » ou « CDS souverains » dans le jargon. Grâce à cette transaction, Loudiadis aurait reçu un bonus de 12 millions de dollars. Goldman Sachs affirme avoir prévenu Eurostat, l’organisme européen chargé de surveiller la comptabilité des États, du montage financier grec. À l’époque patron d’Eurostat, le baron Michel Vanden Abeele a toujours nié avoir été informé par la banque. « Les normes de transparence auraient dû être meilleures »

En 2005, la National Bank of Greece (NBG) devient le partenaire de la Grèce sur les marchésfinanciers. Goldman Sachs se contente du rôle de banque-conseil. La NBG, avec l’aide de Goldman Sachs, crée une société basée dans la City, baptisée Titlos. La coentreprise est installée dans les bureaux de Wilmington Trust et Services, compagnie spécialiste de la finance offshore, en particulier dans l’enregistrement de sociétés dans le paradis fiscal américain du Delaware. En transformant les CDS souverains de 2001 en une obligation à vingt ans, Titlos parvient à transférer, ni vu ni connu, la dette grecque du bilan du pays à celui de la NBG. Les Européens ont préféré regarder ailleurs. Et les Grecs, eux, ont pu continuer à vivre à crédit.

Goldman Sachs n’a jamais oublié cette opération rémunératrice. La preuve, à l’automne 2009, Gary Cohn, le numéro deux de la banque, accompagne une délégation d’investisseurs à Athènes pour rencontrer officiels et analystes. John Paulson, le patron du fonds spéculatif américain éponyme, est présent. Grand vainqueur de la crise en pariant contre les banques, Paulson est un gros client de Goldman Sachs qui effectue l’essentiel des transactions de son hedge fund. Cohn propose au nouveau Premier ministre grec, George Papandréou, de lui vendre un instrument financier permettant de débudgétiser une partie de la dette du service de santé grec. Paulson serait prêt à s’associer à l’entreprise. Le chef du gouvernement socialiste refuse.

Le 23 février 2010, la commission des finances de la Chambre des communes interroge Gérald Corrigan, l’un des principaux dirigeants de Goldman Sachs. Il reconnaît l’aide que la firme a apportée au truquage des comptes grecs, « avec le recul, c’est clair que les normes de transparence auraient dû être meilleures ». Mais à l’écouter, la banque d’affaires américaine est un bouc émissaire. En effet, d’autres institutions financières – à commencer par JP Morgan – ont permis à des pays de la zone euro, à l’instar de l’Italie ou de la Belgique, de « maquiller » leur dette sans provoquer une telle curée.

Source

10408127_1035921159752283_1945759631183010850_n-2-b7418-9ee39

goldman-sachs-a-camoufle-la-dette-de-la-grece-puis-parie-sur-sa-faillite

Ce qui constitue véritablement un précédent dans cette affaire, c’est le fait que les États aient choisi de transférer le risque pris par des acteurs privés à l’ensemble des citoyens.

2) L’Allemagne, le bon élève qui a fait faillite 4 fois au cours des deux derniers siècles.

ADVERTISEMENT

« Ce n’est pas à l’Allemagne de payer pour les errements des gouvernements grecs  »

Cette phrase n’est plus seulement incantatoire, elle a été élevée au rang de dogme. Cependant là aussi une lecture historique des événements vient heurter cette liturgie très largement présente sur nos ondes.

Car si au cours des deux derniers siècles il y a un pays en Europe qui n’a pas remboursé ses dettes, c’est bien l’Allemagne. Voici le rappel historique : l'Allemagne-paie-t-elle-ses-dettes ?