jeudi 28 mai 2015

De toute évidence, des réseaux ont fait main basse sur l’appareil d’État et sa périphérie, partis, syndicats, médias.

Ces gens ont tous les droits parce qu’ils ont tous les toupets et tous pouvoirs. Ayons une infinie gratitude pour Mme Saal. Sa façon de piocher dans les deniers publics avec une telle et folle désinvolture est proprement admirable… et si pleine d’enseignements. Seulement, n’écoutons pas les niais qui voudraient ne voir là qu’un écart circonstanciel, exceptionnel ou accidentel. Parce qu’enfin, Mme Saal n’est coupable de rien lorsqu’elle confond sa bourse et celle du service dont elle a la charge, l’Institut national de... [Lire la suite]