Les amis de nos ennemis sont-ils nos amis?

Damned, snif, caramba et toute ces sortes de choses! Palmyre est tombée et Zénobie est morte. Vous me direz que ça fait longtemps que Zénobie est morte et que Palmyre est en ruines (en fait depuis qu’elle a été détruite par les musulmans en 634, nous dit Wikipedia). Une nouvelle preuve que l’histoire est un éternel recommencement. Il semble que les musulmans ont une tendance à détruire les sites antiques. Depuis le temps, la communauté internationale devrait être au courant. Ce qui semble la scandaliser, c’est que les musulmans d’aujourd’hui vont poursuivre l’oeuvre entreprise par leurs coreligionnaires d’il y a quatorze siècles.

Quoi qu’il en soit, ce Daech que nous combattons avec les autres membres d’une coalition hétéroclite, vient de recevoir (je l’ai appris ce matin de France-Inter) une grosse livraison d’armes en provenance de Turquie, d’Arabie saoudite et du Qatar. Des pays amis de la France, qu’elle soit hollandiste ou sarkozienne. Et qui semblent se ranger aux côtés de ceux que nous sommes bien obligés d’appeler nos ennemis. Avec la bénédiction des Saoudiens, nous venons même de vendre des Rafale au Qatar.

Il ne nous reste plus qu’à espérer que nos chers amis qataris borneront leur soutien aux livraisons d’armes et n’envisageront pas  de s’engager plus avant aux côtés des djihadistes. Ce serait un peu gênant et un peu difficile à expliquer si nos Rafale qui attaquent les positions de Daech se trouvaient amenés à combattre leurs Rafale qui les défendent.

islam_religion_de_paix

Oui, je suis abasourdi. Les nouvelles qui s’échappent de ma radio et de ma télé me plongent dans une sorte de stupeur qui annihile toute réaction d’indignation. Comment peut-on nous raconter de telles imbécillités, nous montrer de telles horreurs, nous faire part de tant d’ignominies, nous montrer tant de turpitudes, nous révéler tant de scandales, nous manifester un tel mépris sans que les gens se révoltent, sans qu’on envisage sérieusement de défenestrer quelques politiques, sans qu’on caillasse les cortèges officiels, sans qu’on assiège les ministères, sans que les garde du corps des princes qui nous gouvernent abandonnent leur poste ou même soient les premiers à leur casser la figure?

Est-ce dû à l’accumulation des motifs de révolte qui, un clou chassant l’autre, ne nous laisse même pas le temps de réagir?

Et je ne vise pas que le parti au pouvoir en France. Droite et gauche y sont interchangeables comme d’ailleurs leurs extrêmes respectifs. Et je ne parle pas que de la France, ni même de L’Europe, c’est le monde entier qui marche sur la tête. Des incompétents, des corrompus, des fous furieux, conduisent le monde à sa perte sans  que les peuples ne bronchent. Et seuls les difficultés et les coûts de la conquête spatiale les empêchent d’aller semer le bordel dans le reste du système solaire.

Il faut se reporter à la chute de Ceaucescu pour trouver un motif de se réjouir et de se dire que peut-être un jour …

source

blog38_ph2

"La France VEND SON ÂME AU DIABLE" 

Pour les chiffres du classement de l'indice de liberté, Russie 117e, Qatar 138e, histoire de souligner l'immense mauvaise foi avec laquelle on prétendait qu'il était impossible de seulement discuter avec la Russie alors qu'on roucoulait si tendrement avec le Qatar.

...Pour faire court, rappelons que le Qatar n’a pas de comptabilité publique, la caisse de l’Etat est celle de la famille régnante. Il n’est pas doté d’une constitution puisque Dominique de Villepin, chargé de la besogne avec, espérons-le une avance sur salaire, n’a toujours pas eu le temps de la rédiger. Les lois sont de circonstance, et les jugements aléatoires, prononcés par des magistrats qui sont des mercenaires étrangers obéissant au palais. La presse n’existe pas et la liberté donc pas d’avantage. Pour tout dire : Hollande met les pieds dans un monde assez peu « Charlie ». Pour mémoire, citons les centaines de milliers d’ouvriers étrangers, et exploités dans conditions dignes de l’esclavage, pour l’édification du paradis qatari.

Pourquoi une telle mystification est-elle aujourd’hui possible ? Celle de nous faire croire que la Qatar est le phare du « modernisme arabe », tellement nimbé de l’esprit des « Lumières » que, dans un bras de fer contre l’émir, Diderot pourrait aller se coucher ? J’ai sous la main une Bible secrète qui explique comment, de connivence avec Doha, nos édiles français ont fabriqué le masque qui cache la vraie nature de cette dictature, telle un aimable « Larva » du carnaval de Venise.

L’ouvrage, la fameuse « Bible » a été éditée chez Michel Lafon. Elle s’intitule sobrement : « Qatar-France, une décennie de diplomatie culturelle 2003-2013 », mais ne le cherchez pas en librairie, l’usage en est réservé aux amis.

Pour attraper des mouches, même volontaires pour leur capture, le Qatar utilise trois sortes de miel. Les appâts sont différents Prix remis à des personnalités éminentes, ou à des groupes méritants. On compte ainsi, remis à Paris par l’ambassadeur Al Kuwari, le Prix de poésie Max Jacob... Mais il va rester marginal dans ce micro pays où le destin des rimeurs est la prison. Peu de rêveurs seront récompensés par les lauriers de ce pauvre Max Jacob qui ne méritait pas cette infamie posthume. Comme une seconde mort.

Non les prix lourds, lâchés en chaine et lestés d’un chèque de dix mille euros, s’intitulent « Doha capitale culturelle arabe » ou encore « Solidarité ». Cette dernière récompense étant également soutenue par EADS. Après la préface écrite en langue de chêne par un nègre méritant, mais signée de l’ambassadeur, viennent assez vite, comme la tique sur le chien, deux autres textes introductifs de deux politiques qui ont, jusqu’à l’eau, mouillé le maillot pour Doha. J’ai cité Jack Lang, et Renaud Donnedieu de Vabres. Gauche droite ou droite gauche, c’est comme on veut. Ces deux-là sont comme un bol, ils n’ont pas de sens. Lang tire la première salve, y va de son extase. Le Qatar ? « Un pays de raffinement, d’ouverture et de créativité »...

Nicolas BeauJacques-Marie Bourget

Le Vilain Petit Qatar

Avec ses milliards de dollars à investir, le petit émirat qatari achète le PSG, finance des plans de sauvetage pour nos banlieues, soutient notre marché immobilier et entre au capital de nos entreprises : Saint-Qatar, sauvez-nous de la crise !, implorent nos responsables politiques de tous bords. Mais pour quelles raisons le Qatar se montre-t-il si généreux avec la France ? Que risquons-nous à accepter les cadeaux d’un tel « ami » ? Il y a moins d’un siècle, cette péninsule grande comme la Corse n’était qu’un repaire de pêcheurs de perles. Depuis que le gaz a surgi sous ses pieds, ce nain est traité en géant et sa télévision, Al-Jazeera, considérée comme le lieu de la libre expression proche ou moyen-orientale. En plongeant dans les secrets du sérail qatari, ce livre révèle les impostures de l’Émir et de son clan.  Non, ce champion des colloques sur la corruption n’est pas un modèle de vertu quand lui-même lave l’argent des dictateurs !  Non, cet État qui a soufflé sur les braises du printemps arabe n’a jamais sponsorisé un islam tolérant, pas plus dans nos banlieues qu’au Nord-Mali !  Derrière la vitrine occidentale, c’est un ogre wahhabite qui tient la caisse.

Professeur à Paris VIII, Nicolas Beau a travaillé au Monde, à Libération et au Canard Enchaîné avant de fonder bakchich.info.

Grand reporter et spécialiste du Moyen-Orient, Jacques-Marie Bourget a travaillé à France Inter, L’Express et Paris-Match. Il a obtenu le prix Scoop pour avoir révélé l’affaire Greenpeace."

On se sent impuissant, dans une "democratie" qui prône les "droits de l'homme" et qui manipule son peuple et tue d'autres peuple ! Qui fait semblant de lutter contre le terrorisme et qui signe des contrats d'armement avec les terroristes et s'en vente en plus...
source

aldous-huxley