Medical_Marijuana

Les experts de la santé supposés prétendent souvent que pas assez de preuves sont disponibles pour confirmer que la marijuana médicale est un traitement efficace de la douleur. Lors d'une récente présentation à la "2014 European League Against Rheumatism Congress", la Doctoresse Mary-Ann Fitzcharles, professeur agrégé de médecine à l'Université McGill au Québec, a déclaré que malgré la légalisation généralisée de la marijuana médicale aux États-Unis, les effets thérapeutiques de molécules cannabinoïdes sur les douleurs musculo-squelettiques reste à voir et serait pour l'instant fantaisistes.
Quelques passages de sa déclaration au congrès :
  • "Quand on pense à l'herbe de cannabis en particulier, il n'y a actuellement pas d'études chez des patients souffrant rhumatismales qui peuvent aider les médecins à conseiller avec compétence et en toute sécurité des patients», a déclaré Fitzcharles, ajoutant que les médecins qui prescrivent de la marijuana médicale pour les douleurs est equivalent à : " jeter merde sur le mur de voir si elle colle ".
  • "Malheureusement, diverses juridictions ont exigé que les médecins acceptent la responsabilité de prescrire du cannabis , ou pour soigner les patients qui peuvent utiliser le cannabis en l'absence de conseils judicieux," at-elle poursuivi. "Par conséquent, en l'absence de recherches sérieuses et rigoureuses qui sont nécessaires comme pour tout autre agent thérapeutique dans le monde entier, les médecins doivent passer un message d'une extrême prudence qui devrait se concentrer sur la nécessité de protéger à la fois le patient et la société."
Le Dr a exprimé du mépris pour la recherche sur la marijuana médicale actuellement disponibles sur les maladies rhumatismales, comme la fibromyalgie, en disant que seules quelques études locales de population ont indiqué que la marijuana a la capacité de soulager ce type de douleur. Toutefois, les recherches menées plus tôt cette année par la "The National Pain Foundation" a révélé que 62 pour cent des patients ayant consommés du cannabis pour lutter contre la fibromyalgie s'est rapporté à être «très efficace» pour calmer leurs symptômes. Seulement cinq pour cent ont dit que la marijuana médicale ne les a pas aidés du tout.

Il semble qu'en dépit du Dr Fitzcharles qui manifeste une hostilité accrue contre le cannabis médicinal, la marijuana peut être une forme efficace de gestion de la douleur pour certains patients atteints de rhumatismes. Après tout, il n'y a absolument rien de négligeable sur un petit échantillon de patients signalant des réductions significatives de la douleur provoquée par ces maladies handicapantes.

L'an dernier, Santé Canada et le Consortium canadien appris que près de 40 pour cent des patients de la marijuana médicale du pays a utilisé la plante pour lutter contre l'arthrite rhumatoïde. Si ce que le Dr Fitzcharles dit est vrai, il y a un nombre considérable de patients rhumatismales au Canada  qui recherchent actuellement un traitement alternatif à la marijuana médicale ( ce qui n'est pas souvent le cas , donc c'est que cela fonctionne cher doctoresse ).

En fin de compte, alors qu'il est indéniable que d'autres recherches doivent encore être menées en ce qui concerne les avantages potentiels de la marijuana médicale, les patients actuels ne devraient attendre que la science leurs confirment les bienfaits du cannabis médical sur leurs douleurs actuelles.
Source Internal : cannabis-infos
0
Découvrez "l'or vert": il rapporterait des millions à l’Etat, plus de tourisme, d’emplois et moins de criminalité

Ce matin, Bruno Wattenbergh revenait sur le  miracle économique du Colorado dans le Bel RTL Eco. En une seule  décision (controversée), il a gagné tellement d'argent qu'il va  peut-être devoir en rendre une partie à ses contribuables. Là-bas,  légaliser la vente de cannabis n'a eu que des effets positifs.

L’Etat du Colorado aux Etats-Unis coulerait sous les recettes fiscales de la vente de la drogue… Comment est-ce possible?
Et bien l’Etat du Colorado, comme celui de Washington ou des pays comme  l’Uruguay ou les Pays-Bas, a légalisé l’année passée la consommation  récréative du cannabis, mais aussi la production et la vente. Résultat,  au Colorado, en un une année à peine, plus de 2.000 entreprises se sont  ainsi lancées dans la ruée vers ce que l’on qualifie là-bas d’ "or vert"  … Cultivateurs, fabricants de produits prêts à consommer, ou encore  détaillants ont logiquement fait leur apparition, permettant aux  consommateurs de plus de 21 ans de se procurer jusqu'à 28 grammes de  marijuana par visite.


Et c’est donc devenu une sorte de secteur économique à part entière?
Exactement, sur une année, au Colorado, le chiffre d'affaires de l’industrie du  cannabis est estimé à 690 millions de $, soit à peu près 600 millions €.

 
Mais tout le monde ne peut quand même pas "comme ça" se lancer dans la culture du Cannabis?
Si, et pour vous donner une idée, à Denver, capitale du Colorado, les  cultivateurs de cannabis utilisent déjà un dixième des besoins en  électricité de la ville. Mais la production est étroitement surveillée  par l’Etat qui a mis en place une sorte de traçabilité : à chaque  nouvelle bouture étant accrochée une plaquette avec un code qui se  retrouve dans un registre digital contrôlé par les autorités.


Une surveillance étroite, notamment parce que ce commerce est taxé?
Effectivement  … au Colorado, le commerce de la marijuana est taxé à 30%, ce qui a  rapporté l’année passée à cet état 50 millions de $ (43,5 millions  d'euros). Imaginez la question morale qui peut se poser à des pays  européens comme le Portugal, l’Espagne ou encore la République Tchèque  qui ont dépénalisé la consommation de cannabis, sans pour autant  autoriser une légalisation et une production.


Légaliser et taxer est donc une très bonne affaire?
Oui, au Colorado, depuis la légalisation de ce commerce, il y plus de  tourisme, de nouveaux emplois, des nouvelles taxes et moins de crimes.  En fait, les narcotrafiquants effectuent un calcul coût-avantage pour  savoir s’il est intéressant économiquement de produire et de vendre de  la drogue. En officialisant un marché et en fixant un prix, on crée une  concurrence légale. Les trafiquants intègrent donc un nouveau coût,  celui de la concurrence, au calcul coût-avantage, et sont découragés à  poursuivre les transactions.


Paradoxe de cette petite histoire, cette drogue rapporte trop d’argent au Colorado?
Oui, les taxes prélevées sont tellement importantes que, selon une loi  locale de 1992, une partie va sans doute devoir être reversée à  l'ensemble des contribuables. Autre paradoxe, comme l'activité demeure  illégale sur le plan fédéral, les banques américaines refusent l'argent  du cannabis. Les achats dans les boutiques du Colorado sont donc réglés  en liquide, puis transportés par des convoyeurs de fonds.

Plus de 100 tribus Amérindiennes reconsidèrent le commerce du cannabis

Bien que les rapports précédents ont indiqué que les tribus amérindiennes étaient inquiets de la poursuite pénale fédérale sur la production de cannabis , mais depuis que le gouvernement fédéral peux leurs permettre de mettre en place le fonctionnement d'une industrie du cannabis récréative sur les terres tribales, une pléthore de tribus ont depuis rejoint avec intérêt la production et la vente de cannabis.


Un article récent du Huffington Post affirme que près de 100 tribus ont contacté FoxBarry Farms, une entreprise qui aide dans le développement économique des communautés tribales, avec beaucoup d'enthousiasme dans le mois passé, sur l'établissement des opérations dans le commerce du cannabis récréatif .