Drôle de comparaison !

Lorsqu'il m'arrive de contempler un élevage de tortues terrestres, je ne peux m'empêcher de penser à ces réunions soporifiques siégeant au Palais du Luxembourg. On sait que les tortues ont cette faculté de vivre longtemps en se hâtant lentement. Animal grégaire au même titre que le sénateur, la tortue nous montre l'art de dormir éveillé en permanence, l'art de survivre et de s'adapter sans faire de vagues. Les seules motivations de ces deux engeances semblent se situer au niveau du sommeil réparateur, de la garniture de leur glande stomacale et, pour certains sujets mâles encore vigoureux, d'une bruyante et difficile fornication.

cumul-des-mandats1-1024x771

Mais soyons rassurés, si les tortues mâles tentent de copuler quotidiennement avec leurs consoeurs, il n'en est pas de même pour nos sénateurs (chez eux, on compte à peu près 7,8 mâles pour 2,2 femelles). Ceux-ci se tourneront plus naturellement vers leurs secrétaires ou leurs femmes de chambres. Comme on les comprend !

Pour information : - on ne compte aucun sénateur de moins de 30 ans
- on ne compte que 3 sénateurs de moins de 41 ans - on compte 21 sénateurs de 41 à 50 ans - on compte 70 sénateurs de 51 à 60 ans - on compte 167 sénateurs de 61 à 70 ans - on compte 76 sénateurs de 71 à 80 ans - et on compte même 7 sénateurs de plus de 81 ans.

Ces gens sont très représentatifs de la communauté française dans son ensemble sauf que 2 sénateurs ont l'audace d'être d'anciens ouvriers. Je n'ai pas creusé assez profond pour découvrir si ces deux là sont besogneux ou opulents. Au moins les tortues ne sont pas, comme les fourmis, les abeilles ou les humains réparties hiérarchies et en castes dominantes, dominées. Nos sénateurs semblent appartenir à la catégorie des roitelets suffisants.
cumul-des-mandats-le-senat-gagne-une-manche_reference
Tout le monde sait que ces retraités de la république sont très majoritairement cumulards (76,5 %). Ceci m'amène à penser que les 243 sénateurs d'un âge supérieur à 61 ans ne devraient recevoir aucun émolument. Il est bien évident que cette idée s'applique aussi à nos "chers" députés et à tous nos "très chers" élus. On ne devrait entrer en politique qu'après avoir chèrement acquis ses droits à la retraite. La politique pourrait presque devenir philanthropie. Mais je m'égare, je fabule, non je cauchemarde !
Que l'on soit poussin ou colibri, on aimerait voir tous ces "gros porteurs d'eau" s'activer à participer à éteindre le gigantesque incendie qui va détruire les pauvres animaux grégaires que nous sommes devenus.
Pour revenir à la comparaison entre tortue et sénateur, on peut constater que la première est actuellement en hibernation totale jusqu'à l'arrivée du printemps, alors que le second est en semi-hibernation permanente. Il ne se réveille que pour ouvrir sa bourse afin d'y enfouir ses pépites si durement obtenues ou éventuellement pour recevoir une décoration amplement méritée.
songes-utopiques
Le-Senat-et-l-absenteisme-a-l-ecole