On a connu ses caprices quand il était au pouvoir, notamment pour obtenir un avion aussi performant que "Air Force One".
Ce que l'on sait moins, c'est que Sarko vit toujours aux crochets de la République, lui qui voudrait que le versement du RSA soit justifié par un travail. Regardez, dans le document joint, les sommes qu'il perçoit chaque année pour ses frais personnels et vous comprendrez qu'il y a deux poids deux mesures. Par quel travail, profitable à la République, justifie-t-il ces frais astronomiques ?
Bravo aux journalistes de Mediapart qui font un travail d'investigation remarquable...
 
660.000 euros par an sont alloués aux collaborateurs de l'ancien président de la République © Maxppp
  

Médiapart révèle que l'État a remboursé 1,6 million d'euros de frais de personnel et 196.000 euros de loyer mensuel à Nicolas Sarkozy en tant qu’ancien président de la République. L'élu écologiste Raymond Avrillier, qui s'est procuré ces documents, dénonce un mélange des genres.    

Deux coffres forts, une armoire blindée, une Citroën C6V6 HDI Exclusive, un parc informatique tout neuf, du mobilier de prestige, 16.000 euros de loyer par mois : les privilèges accordés par l'État à Nicolas Sarkozy ont été dévoilés par Mediapart, qui a pu se procurer le détail des frais remboursés à l'ancien président de la République.

660.000 euros alloués à sept collaborateurs

Coût total de la facture : plus de 570.000 euros, sans compter les 660.000 euros net par an alloués aux sept collaborateurs de Nicolas Sarkozy dans ses bureaux de la rue de Mirosmenil à Paris... Ni les 215.392 euros qui comprennent les frais d'entretien, de nettoyage, de la facture d'électricité, des téléphones fixes et mobiles et du consommables de bureau.

Des révélations rendues possibles grâce à Raymond Avrillier, un élu écologiste de Grenoble qui s'était fait connaitre pour avoir dévoilé les sondages commandés par l'Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Ce militant a demandé ces documents à Matignon et les a reçus en fin d'année dernière... après quatre mois d'attente.

Mélange des genres

Outre la question de l’opportunité de telles dépenses en périodes de crise, ces documents posent, selon Raymond Avrillier, un certain nombre de questions. Et d’abord celle du mélange des genres : Nicolas Sarkozy, contrairement à ses prédécesseurs, n’est pas à la retraite. Et dans le contexte d’avantages versés à un ancien président de la République et nouvellement réelu président de l’UMP, la question du financement des partis par une personne morale affleure. "Une personne morale ne peut financer un parti politique. La personne morale en l’occurrence, c’est l’Etat, qui, par le biais de ces avantages alloués à monsieur Sarkozy, finance donc un parti politique...", souligne ainsi Raymond Avrillier.

caricatures_61

J'enfonce le clou !
C'est juste insupportable qu'on nous demande de payer cela !
LE SCAN POLITIQUE - Mediapart détaille la liste des avantages que perçoit Nicolas Sarkozy en tant qu'ancien président de la République: l'État lui a remboursé 1,6 million d'euros de frais de personnel et 196.000 euros de loyer annuel.
En décembre dernier, plusieurs députés socialistes emmenés par Yann Galut et Alexis Bachelay créaient la polémique en réclamant que le nouveau chef de l'opposition Nicolas Sarkozy abandonne les avantages dont il bénéficie en tant qu'ancien président. Mediapart a révélé le montant de la facture de ces privilèges pour le Trésor public.
Tous les anciens présidents bénéficient des largesses de la République depuis la décision de 1985 prise par le premier ministre d'alors, Laurent Fabius. Le coût de ces dépenses est estimé entre 1,5 et 2 millions d'euros annuels par bénéficiaire. Mais c'est la première fois que le détail des factures est rendu public.

1566_tout_le_monde_veut_prendre_sa_place

Entre mai 2012 et décembre 2014, Mediapart révèle que l'ancien locataire de l'Élysée a totalement renouvelé le mobilier. Le remplacement des bureaux, du parc informatique et téléphonique de la rue de Miroamesnil dépasse les 55.000 euros. L'État paie par ailleurs le loyer pour un montant de 196.092 euros par an, soit plus de 16.000 euros par mois pour une surface de 320 m2. Nicolas Sarkozy bénéficie également de la mise à disposition d'une Citroën C6V6 HDI Exclusive, achetée 44.140 euros au lendemain de sa défaite. La facture de carburant s'élève à 4.046 euros par an et l'entretien à 5.301 euros.
1,6 million d'euros de frais de personnel Autre gros poste de dépenses: la rémunération du personnel mis à disposition de l'ancien
président. On y trouve les salaires des cinq fonctionnaires mis en disposition ainsi que ceux de cinq conseillers contractuels rémunérés entre 5.247 euros et 7.020 euros en net par mois. On retrouve parmi ces conseillers la demi-sœur de Carla Bruni, l'épouse de Nicolas Sarkozy: Consuelo Remmert occupe le poste de «conseillère diplomatique», et aurait pour mission selon Mediapart d'organiser les fameuses conférences rémunérées que l'ancien président donne à travers le monde. Ce coût en personnel s'élèverait au total à 1,6 million d'euros pour deux ans et demi selon le site d'investigation.
Alors que des voix s'élèvent à gauche pour s'interroger de la pertinence du maintien de telles dépenses en période de crise, pour un responsable politique qui a repris des fonctions de premier plan, l'entourage de Nicolas Sarkozy dément tout mélange des genres. Jeudi 15 janvier, Véronique Waché, conseillère en communication du patron de l'opposition, assurait à Mediapart que toute l'organisation qui l'entoure a été doublée, afin que les frais inhérents à l'ancien président ne bénéficient pas au chef de l'UMP.
Tous les anciens présidents vivent en effet sous perfusion de la République depuis une décision de 1985 .
l’État règle le loyer de Nicolas Sarkozy à hauteur de 16 341 euros par mois, soit 196 092 euros par an, en toute légalité etc....
plus 56 724 euros d’achats.divers plus etc... Et après ils viennent nous faire de longs discours pompeux sur les soient disant corporatisme qu' il faut combattre a tout prix au nom de l'intérêt général.
Nicolas Sarkozy : il embauche la demi-soeur de Carla Bruni aux frais du contribuable

Si les anciens Présidents déclarent effrontément devant les médias, qu'ils sont redevenus de simples citoyens comme les autres, alors il faut que cela soit réellement effectif dans la réalité là aussi pour éviter que les Français soient une fois de plus pris pour des "cons" :

La pétition à signer ci-après… Pour en finir avec les privilèges de nos anciens présidents : 

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Pour_en_finir_avec_les_privileges_de_nos_anciens_presidents/?pv=23