L’islamisation de la France, fruit des lâchetés de nos élites

Voici une interview réalisée par Yves de Kerdrel avec Samuel Laurent, spécialiste de l’islam, et auteur de l’ouvrage « Al-Qaïda en France », interview parue dans le dernier numéro de Valeurs actuelles :

islamisation-de-la-frence

Yves de Kerdrel : « Partagez-vous les mêmes craintes que Michel Houellebecq sur une possible France devenant islamique ou croyez-vous comme certains bien-pensants qu’il s’agit d’un pur fantasme ? »

« La classe politique n’a rien fait depuis des années (droite et gauche confondues) pour empêcher ce phénomène dont elle était pourtant consciente. Et cela à dessein. La gauche, parce qu’elle avait besoin des voix des musulmans pour se faire élire après avoir perdu celles de la classe ouvrière. Et la droite pour protéger les intérêts économiques de grands groupes avec les marchés du Moyen-Orient et notamment ces deux puissances que sont le Qatar et l’Arabie Saoudite, qui financent dans notre dos les communautés salafistes en France ».

« Nos dirigeants de gauche et de droite portent donc une lourde responsabilité dans ce choc de civilisations qui se prépare dans notre pays. Simplement pour avoir mené des politiques de courte vue ».

Yves de Kerdrel : « Vous dressez donc le même constat que Houellebecq sur la lâcheté de nos élites dirigeantes ?« 

Samuel Laurent : « Naturellement. Avec une communauté musulmane qui compte au moins 6 millions d’individus en France, nous savons que nous sommes face à une bombe à retardement, même si je me garderai bien de confondre islam et islamisme. Mais nos élites n’ont rien fait pour empêcher le développement de communautés dont certaines sont devenues incontrôlables. Pour la seule raison qu’il ne fallait pas heurter les musulmans de France« .

« Mais c’est une politique de gribouille totalement inconsciente. Et de fait, en dépit des alertes de nos services secrets, tous les liens entre une partie de cette communauté musulmane et des groupuscules salafistes violents ont été occultés par le pouvoir politique qui porte une très lourde responsabilité« .

cocorico-allah-akbar

Yves de Kerdrel : « La France est selon vous le maillon faible de l’Europe face à cet islam conquérant ?« 

Samuel Laurent : « Je vous rappelle ce sondage réalisé l’été dernier par l’institut britannique ICM Research dans plusieurs pays européens qui a révélé que 16% des Français interrogés avaient une opinion favorable de l’État islamique (le califat). Les résultats sont très différents avec 7% d’opinions favorables en Grande-Bretagne et 2% en Allemagne« .

« Cette enquête d’opinion incontestable n’a pratiquement été reprise par aucun grand média français, tellement elle est lourde d’enseignements. D’autant qu’un chiffre est encore plus effrayant dans le sondage d’ICM Research : le pourcentage favorable à l’organisation islamiste grimpe à 27 % chez les 18-24 ans« .

Une véritable censure s’est exercée sur cette enquête qui pointe pourtant du doigt le danger qui guette la France en particulier.

« Pourtant, tous ceux qui, comme moi, travaillent depuis longtemps sur ces questions savent que l’islam puise ses origines dans la conquête, dans l’annexion. Et qu’en l’absence d’un État fort, capable de le contenir, la radicalisation demeure toujours un risque important ».

Yves de Kerdrel : « Existe-t-il encore un moyen d’empêcher le scénario catastrophe que laisse envisager Houellebecq ?« 

Samuel Laurent : « Tout est dans les mains de la classe politique. Est-ce que celle-ci va avoir enfin le courage de regarder ce qui se passe vraiment dans nos banlieues avec l’argent venant de mouvements salafistes ? Est-ce que celle-ci va prendre conscience de l’importance des jeunes qui partent faire le djihad ou qui s’attaquent à des Français avec des méthodes inspirées de l’étranger mais que l’on qualifie de déséquilibrés? Est-ce que nos dirigeants vont arrêter de dérouler le tapis rouge à un Qatar qui fait officiellement partie de la coalition contre l’État islamique, mais dont certains ressortissants financent le califat au su et au vu de tout le monde ? Est-ce que nos capitaines d’industrie enfin vont arrêter de se faire mettre le grappin dessus par des capitaux qataris qui leur promettent de vastes marchés et la tranquillité dans leur capital ? Si nous sommes collectivement capables de répondre à ces questions, alors rien n’est perdu« .

Yves de Kerdrel : « Mais, au fond de vous-même, vous n’y croyez pas vraiment ?« 

Samuel Laurent : « Je suis convaincu, après avoir vu la lâcheté de nos élites dirigeantes, que la seule chose qui pourra vraiment les faire changer, c’est une très forte pression du peuple. Si les Français commencent à s’inquiéter de cette islamisation rampante, comme le font actuellement les Allemands de Pegida, alors il peut y avoir une prise de conscience des politiques« .

Mais seul le peuple français pourra faire sauter cette chape de plomb qui interdit tout débat sur le prosélytisme islamiste.

« Ce sera de toute manière un combat long, très long« .

Yves de Kerdrel : « Pensez-vous que, avec la montée des communautarismes, à défaut d’une prise de pouvoir par l’islam, la France connaisse une sorte de libanisation ?« 

Samuel Laurent : « Je suis certain que, si rien n’est fait, les chocs entre les différentes communautés vont être de plus en plus violents. Comme l’a déjà montré l’insupportable progression des actes antisémites en France. La société française va se fragmenter davantage et va connaître des soubresauts quelquefois violents, tant que la principale communauté qui vit en France, celle des musulmans, continuera de profiter et d’abuser de la faiblesse de nos élites intellectuelles et de nos dirigeants politiques« .

 

charlie-dessinateurs