Raef Badawi a reçu ce matin ses cinquante coups de fouet en Arabie Saoudite

Raef Badawi, condamné à 20 fois 50 coups de fouets

Raef Badawi, condamné à 20 fois 50 coups de fouets

Raef Badawi a reçu ce matin ses cinquante coups en Arabie Saoudite, en public, après la séance de prière du vendredi.

En prison depuis le 7 juin 2012, ce blogueur avait été condamné à recevoir 1000 coups de fouets répartis sur 20 semaines, condamnation prononcée le 5 novembre 2014 pour insulte à l’Islam. Sa femme est réfugiée au Canada. Son avocat a également été incarcéré…

Je laisse imaginer la torture que cela constitue de répartir sur 20 semaines 50 coups de fouets, la peau étant à peine cicatrisée au bout d’une semaine. Qui plus est, psychologiquement, le stress et l’angoisse de voir chaque semaine approcher le jour fatidique.

Inutile de préciser que l’Arabie Saoudite est un pays musulman qui applique la Charia...

medias-presse.info

En Arabie saoudite, le blogueur Raif Badawi a été fouetté publiquement ce vendredi 9 janvier, après la prière hebdomadaire, près d'une mosquée de Jeddah. Condamné à 10 ans de prison et  à 1 000 coups de fouets pour avoir plaidé en faveur de la Saint-Valentin et pour des mesures libérales en Arabie saoudite. 

Conduit par un véhicule de police, Raef Badawi a été placé ce vendredi 9 janvier, debout, dos à la foule, près de la mosquée al-Jafali à Jeddah. Un fonctionnaire a lu la sentence du tribunal. La foule était silencieuse. Le blogueur a reçu 50 coups de fouet.

Raef Badawi, blogueur, est lauréat du prix Reporters sans frontières 2014. Il anime le site internet Liberal Saudi Network. Jeudi, les Etats-Unis avaient demandé à l'Arabie saoudite d'annuler sa condamnation à 1 000 coups de fouet répartis sur 20 semaines.

RSF, tout comme Amnesty International, dénonce une «condamnation inhumaine, contraire au droit international» et a lancé une pétition appelant le roi Abdallah d'Arabie à accorder une grâce à Raef Badawi.

                        
Geneviève Guarrigos, présidente d'Amnesty International en France 09/01/2015                                                   Benaichouche                                                                                         
Pour Amnesty International, Raef Badawi est un prisonnier d'opinion. Et il ne devrait me^me pas être incarcéré. Il devrait être libéré immédiatement. Mais en plus il a été condamné donc il va être détenu pendant 10 ans en prison suite à un procès inique. Mais surtout il a été condamné à 1000 coups de fouet qui vont lui être administré par séance de 50 coups de fouet pendant 20 semaines après la prière, publiquement...Le soumettre devant le public à ces coups de fouet, c'est un traitement inhumain et dégradant, donc nous ne pouvons que nous élever contre cette sentence.
                     écouter

raif-badawi

Raef Badawi a été condamné pour "insulte à l'Islam".

Un blogueur saoudien a reçu vendredi 50 coups de fouet près d'une mosquée de Jeddah (ouest de l'Arabie saoudite) qui font partie de sa condamnation par la justice pour "insulte à l'islam", ont rapporté plusieurs témoins. Raef Badawi, 30 ans, a été fouetté en public devant une foule de fidèles après la prière hebdomadaire près de la mosquée al-Jafali, selon ces témoins. Emprisonné en 2012, Raef Badawi a été condamné en novembre à dix ans de prison et 1.000 coups de fouet à être répartis sur 20 semaines.

Il a été conduit sur place dans un véhicule de la police. Un fonctionnaire des forces de l'ordre a ensuite lu devant la foule la sentence du tribunal. Le blogueur a été placé debout, dos à la foule, et un autre homme s'est mis à le fouetter, en retenant ses coups.

La foule a assisté en silence à la scène. Les forces de l'ordre ont signifié aux fidèles présents qu'ils était formellement interdit de prendre des photos. M. Badawi est l'animateur du site internet Liberal Saudi Network et lauréat 2014 du prix Reporters sans frontières (RSF).

Le département d'Etat américain s'est insurgé dans un communiqué jeudi contre une "punition inhumaine". "Le gouvernement des Etats-Unis appelle les autorités saoudiennes à annuler cette punition brutale et à réexaminer le dossier de Badawi et sa condamnation", a insisté la porte-parole de la diplomatie américaine, Jennifer Psaki.

RSF dénonce aussi une "condamnation inhumaine, contraire au droit international" et a lancé une pétition appelant le roi Abdallah d'Arabie saoudite à accorder sa grâce à Raef Badawi.

Les Etats-Unis et l'Arabie saoudite sont de très proches alliés. Washington exprime toutefois de temps à autres des critiques sur la situation des droits de l'homme dans cette monarchie du Golfe.