Dead Poets Society (Le Cercle des Poètes Disparus)

                
                
Dead Poets Society (Le Cercle des Poètes Disparus) un film de Peter Weir, sorti en 1989.

Un poète a disparu

cercle-poetes-disparus_fzum_7lqd5

Keating : Pourquoi est ce que je monte là ? Qui peut répondre ?

Charlie : Pour vous grandir !

Keating : Non ! Merci d’avoir joué ! Je monte sur mon bureau pour ne pas oublier qu’on doit s’obliger sans cesse à tout regarder sous un angle différent… Oui le monde est différent vu de mon bureau.

Keating

 Carpe Diem

On ne lit pas et on n'écrit pas de la poésie parce que ça fait joli. Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de la race humaine ; et que cette même race foisonne de passions. La médecine, la loi, le commerce et l'industrie sont de nobles occupations, et nécessaires pour la survie de l'humanité. Mais la poésie, la beauté et la dépassement de soi, l'amour : c'est tout ce pour quoi nous vivons. Écoutez ce que dit Whitman : « Ô moi ! Ô vie !... Ces questions qui me hantent, ces cortèges sans fin d'incrédules, ces villes peuplées de fous. Quoi de bon parmi tout cela ? Ô moi ! Ô vie ! ». Réponse : que tu es ici, que la vie existe, et l'identité. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime... Quelle sera votre rime ?
Le Cercle des poètes disparus
Carpe Diem
Peu importe ce qu'on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde.
Le Cercle des poètes disparus
Je ne vis pas pour être un esclave mais le souverain de mon existence.
Le Cercle des poètes disparus
Carpe Diem
 
Et ne restreignez pas la poésie au seul langage. La poésie est présente dans la musique, dans la photographie, voire dans l'art culinaire ; partout où il s'agit de percer l'opacité des choses pour en faire jaillir l'essence à nos yeux. Partout où ce qui est en jeu c'est la révélation du monde. La poésie est présente dans les objets ou les actions les plus quotidiens mais elle ne doit jamais, jamais, être ordinaire. Écrivez un poème sur la couleur du ciel, sur le sourire d'une fille si ça vous chante, mais qu'on sente dans vos vers le jour de la Création, du Jugement dernier et de l'éternité. Tout m'est bon pour peu qu'il lève un coin de voile sur le ciel et nous procure un frisson d'immortalité.
Le Cercle des poètes disparus
Carpe Diem
- Cette photo de l'oncle Watt là-haut, qu'est-ce-qu'elle vous inspire ? Ne réfléchissez pas, répondez tout de suite. - Heu... Un.. un malade. - Un malade. Quel genre de malade ? Tout de suite ! - Un... malade mental. - Oui mais là vous enrobez. Allez encore plus loin ! Laissez parler ce qui est en vous, dites la première chose qui vous vient, même si c'est farfelu ! - Heu... Dracula qui a oublié de se raser ! - Oui c'est bon ! Il y a un poète en vous en fin de compte ! Ok fermez les yeux. Non on ferme les yeux ! Attention décrivez-nous ce que vous voyez.  - Je ferme toujours les yeux ? - Oui... - Je vois la photo de Watt sur le mur... - Le Dracula fou qui a oublié de se raser ? - Le Dracula fou qui a oublié de se raser, avec un regard qui martèle mon cerveau... - Ca devient très intéressant... Animez-le maintenant ! Comment se comporte-t-il ? - Il tend ses mains vers moi, il m'étrangle... - C'est ça ! Bravo ! Magnifique ! - Maintenant il marmonne... - Qu'est-ce-qu'il marmonne ? - La vérité toute crue... - Oui ? - Il dit que la vérité c'est comme une couverture qui laisse les pieds froids ! [Rire des élèves] - Oubliez-les, oubliez-les ! Restez avec la couverture ! Parlez-moi de la couverture ! - On... on a beau la pousser, la tirer, elle ne recouvre jamais... On lui donne un coup de pied il n'y a rien à faire, c'est pas mieux ! Depuis qu'on est arrivé au monde en criant, jusqu'à ce qu'on le quitte en mourant, elle ne recouvre que notre visage ! Et c'est pourquoi on crie... on geint... et on pleure... - N'oubliez jamais ça.
Le Cercle des poètes disparus