Sylviane Agacinski

Le hurlement primal de Marie-Antoinette d’Autriche, reine de France, injustement accusée de pédophilie sur son propre enfant par le tribunal révolutionnaire, résonne encore dans ce qui nous reste d’âme : «J’en appelle à toutes les mères !» Ainsi se défendit cette femme immense, et mère de famille exemplaire. A notre tour, devant la cruauté inouïe de la pratique des mères porteuses, nous en appelons à toutes les mères.

Quelle mère fut Christiane Taubira pour encourager de telles atteintes à la dignité de la femme ? Quelle mère fut Najat Vallaud-Belkacem pour imposer au monde le silence criminel du ministère des droits des femmes ? Qui sont les monstres qui nous gouvernent pour se glisser avec autant de complaisance et de lâcheté dans la négation du lien charnel et affectif qui unit la mère et son enfant ?

Dans une tribune remarquée du quotidien Ouest France (édition du lundi 07/07/2014), l’épouse de Lionel Jospin, Sylviane Agacinski, dénonce avec des mots très forts l’action subversive des mafias du lobby LGBT, et va très loin puisqu’elle en appelle jusqu’au Président de la République. Elle titre : «La propagande en faveur de la légalisation de la pratique des mères porteuses a récemment changé de stratégie : faute d’être recevable sur le fond, elle prend des chemins détournés.

gpa1-600x360

La philosophe n’hésite donc pas à dénoncer «la propagande», car ces mafieux usent d’intelligence à falsifier le sens des mots, à engraisser des cours de journalistes vilipendés, et à vouloir faire accepter l’inacceptable : l’esclavage des mères porteuses et le commerce de leurs enfants. Après deux années de gouvernance socialiste, on peut se demander jusqu’à quel point nos ministres et nos députés tous partis confondus, ne sont pas complices de ces manipulations honteuses ?

Ainsi, Sylviane Agacinski dénonce les mots «softs» imposés par les médias, à commencer par «gestation pour autrui», qui cache la réalité d’un commerce puant : en effet, ce commerce renvoie aux pires époques de l’esclavagisme. Jusqu’au 19ème siècle, sur les bateaux esclavagistes du commerce transatlantique, les équipages s’adonnaient aux «pariades», séances de viols collectifs à l’envi qui avaient pour but d’augmenter la valeur marchande des femmes, vendues enceintes avec leur progéniture, tout en satisfaisant les désirs fantasmés des équipages.

La GPA est encore pire que la pariade, si tant est qu’il y ait un ordre dans la barbarie, car elle programme la séparation de corps de l’enfant d’avec sa mère avec un cynisme digne du marquis de Sade. Dès la signature du contrat, la femme et l’enfant sont traités comme «des choses», insiste Sylviane Agacinski. La mère est réduite à la chose louée pour produire un enfant. L’enfant est réduit à la chose dont on fait un commerce. Ces pratiques immondes devraient inspirer à François Hollande et à ses ministres les mots les plus durs et les initiatives les plus urgentes, tant au niveau national qu’international.

gpa

A contrario, rien de cela. N. V-Beaukaka et son valet de la contre-éducation persistent dans leurs utopies pseudo-égalitaires et veulent engager le lavage des cerveaux de nos enfants, pour qu’ils en viennent à accepter de telles pratiques. Un endoctrinement des enseignants, baptisé en novlangue «plans de lutte contre le sexisme», puis des enfants dès la maternelle (malgré l’abandon de façade des ABCD de l’égalité) est lancé dès la rentrée 2014. Il est urgent de s’informer pour ceux qui refusent encore de voir la vérité en face.

L’apparente fermeté de François Hollande sur la légalisation de la GPA fait bon ménage avec la circulaire libertaire de Christiane Taubira, qui de fait autorise ces pratiques à l’étranger. La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a beau arguer l’intérêt supérieur de l’enfant, elle cache lamentablement dans son silence morbide que L’ENFANT A ETE ARRACHÉ A SA MERE POUR ETRE COMMERCIALISÉ.

Combien de fois François Hollande s’est-il vanté de vouloir changer les choses ? Voilà pour lui une bonne occasion de prouver aux Français qu’il en est capable : qu’il affronte les lobbies qui tiennent les médias majoritaires et les financements de son parti, souteneurs indignes du néo-esclavagisme des mères porteuses, qu’il démette ses ministres suppôts de cette œuvre du mal : Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem, Benoît Hamon et Laurence Rossignol, et qu’il expose son mandat pour rétablir, au nom des droits de l’Homme et du citoyen, les lois de la justice due aux femmes et aux enfants, dès leur conception, dans notre République.

Il s’agit bien aujourd’hui de crier haut, fort et clair que la GPA est par nature une «traite d’êtres humains», crime encouragé par les lois et les circulaires imposées par le gouvernement de François Hollande. Aucune novlangue ne pourra adoucir la cruauté faite aux femmes et aux enfants dans la pratique des mères porteuses.

C’est pourquoi un «collectif pour le respect de la personne» auquel participe Sylviane Agacinski propose une pétition citoyenne adressée à François Hollande (https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_President_de_la_Republique_protegez_les_femmes_et_les_enfants_des_contrats_de_mere_porteuse_GPA). Nous en reproduisons un extrait, d’autant plus surprenant que les signataires sont majoritairement de gauche :

«On le sait, le président de la République a adopté une position très claire (pas si claire que ça, ndlr) contre toute forme de légalisation des mères porteuses en France : c’est pourquoi nous nous tournons aujourd’hui vers lui, dans une lettre ouverte qui peut être signée par tous afin qu’il se montre inflexible face aux groupes de pression qui, par des moyens détournés, nient les droits fondamentaux de la personne».

On est étonné de la politesse avec laquelle ce collectif édulcore l’horreur de la GPA et souligne la «position très claire» du Président de la République, alors qu’elle n’a jamais été aussi floue. Les mots justes devaient être : «traite des êtres humains», «atteinte grave à la dignité de la femme», «commerce d’enfants», «cruauté», «cynisme», «contre-humanisme», «crime contre l’Homme», «prendre des initiatives dans les organismes internationaux pour lutter contre la GPA», «dissoudre les lobbies réclamant la GPA», «interdire la promotion de la GPA», «promouvoir l’intérêt supérieur de l’enfant dès la conception».

Force est de constater qu’on en est bien loin. François Hollande serre les fesses, aligné derrière le mensonge explicite de la circulaire Taubira, et vautré dans le mensonge implicite de la CEDH. Les citoyens épris de liberté n’ont rien à attendre d’un Président qui pisse dans le sens du vent, chie dans son froc, et n’a aucun courage pour changer les choses. Puisons nos forces dans les combats des nos parents pour la liberté et la justice : «Monsieur d’ Charette a dit… Prends ton fusil Grégoire, prends ta gourde pour boire, prends ta vierge d’ivoire, nos messieurs sont partis, pour chasser la perdrix».

source

sotchi-pma-gpa

Vous êtes virée de votre boîte? Devenez mère porteuse ou chef d’entreprise de reproduction pour autrui.